Atzinuma faktu lapa 

ADRIJAS–JONIJAS JŪRAS MAKROREĢIONA TERITORIĀLĀ SADARBĪBA VIDUSJŪRAS REĢIONĀ

BGCSDADEELENESETFIFRHUITLTLVMTNLPLPTROSKSLSV
Opinion Number: CDR 168/2011
Rapporteur: SPACCA Gian Mario
Commission: COTER
Status: Adopted
Date: 11/10/2011
 
Le Comité des régions

- souligne qu'une stratégie macrorégionale ne peut inclure tous les domaines d'intervention, mais doit concentrer son action sur les défis et les problématiques propres à la macrorégion concernée, qu'il convient de définir dans le cadre d'une évaluation conjointe des partenaires et rappelle qu'une macrorégion, en tant que zone fonctionnelle, n'a pas de frontières préétablies, et que sa définition est étroitement liée aux défis communs que l'on entend relever

- estime que cette approche peut donner un contenu concret à l'objectif de cohésion territoriale

- souligne qu'une importante valeur ajoutée de la stratégie adriatico-ionienne réside dans l'attention de l'UE à l'égard des Balkans occidentaux, constituant un facteur significatif de réconciliation entre les territoires, et contribuant ainsi à l'intégration européenne);

- rappelle que la zone concernée comprend trois États membres (Italie, Grèce et Slovénie), deux pays candidats (Croatie, Monténégro) et trois pays potentiellement candidats (Albanie, Bosnie-Herzégovine, Serbie); note qu'au-delà de la dimension marine, l'approche macro-régionale devra prendre en considération chacun des grandes problématiques qu'affronte cet espace (protection et sauvegarde de l'environnement, énergie, changement climatique, recherche et innovation, etc.);

- rappelle que le principe des "trois non" de la Commission (pas de nouvelles règles, pas de nouvelles institutions, pas de moyens supplémentaires) devrait être accompagné de "trois oui": utilisation et contrôle de règles existantes dans la macrorégion – mise en place d'une plateforme, d'un réseau ou d'un GECT – utilisation concertée des ressources financières existantes.
Kopīgot :
 
Back to top