Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
Le pacte vert pour l’Europe dessine de nouvelles priorités pour les villes et les régions  
Dans un contexte où le réchauffement de la planète tend à exacerber les défis climatiques, la nouvelle commission ENVE se concentrera sur les possibilités offertes par le pacte vert pour l’Europe.

Le 27 février prochain, Juan Espadas (ES/PSE), le maire de Séville, a présidé sa première réunion en tant que président de la commission de l’environnement, du changement climatique et de l’énergie (ENVE) du Comité européen des régions (CdR). Le pacte vert pour l’Europe est la priorité absolue de ce nouveau mandat. Les prochains avis de la commission ENVE porteront sur des questions relatives à l’eau, la pureté de l’air, l’hydrogène et la biodiversité. De nouveaux rapporteurs viennent d’être désignés pour les dossiers relatifs à la législation européenne sur le climat, au pacte européen pour le climat et au nouveau plan d’action pour l’économie circulaire.

La deuxième réunion de la commission ENVE a débuté par un débat sur le pacte vert pour l’Europe. Juan Espadas (ES/PSE) , président de la commission ENVE et maire de Séville a déclaré: «Le pacte vert pour l’Europe représente un défi immense, mais c’est aussi une chance formidable qu’il ne faut surtout pas laisser passer. Nous devons renforcer notre alliance avec le Parlement européen pour que la voix des villes et des régions soit mieux entendue dans le contexte des réformes législatives et politiques qui arrivent. Il faut que nous nous imposions comme des acteurs dynamiques pour faire en sorte que le pacte vert profite concrètement à nos concitoyens, en leur apportant de nouveaux emplois, une meilleure qualité de l’air, des énergies abordables et des solutions de mobilité propres pour tous. En tant que représentants locaux et régionaux, nous devons à la fois nous engager et faire en sorte que la transition écologique apparaisse comme un changement où nous sommes tous gagnants.»

Pierre Larrouturou, député au PE, a souligné la nécessité de «multiplier les ressources financières disponibles car c’est le seul moyen de réussir la transition vers l’objectif du pacte vert pour l’Europe» . Le rapporteur général du PE sur le budget 2021 a recommandé de fixer des règles de transparence pour veiller à ce que les banques et les compagnies d’assurance cessent progressivement d’investir dans les combustibles fossiles. «C’est tout à fait réalisable, mais ce qu’il nous faut désormais, c’est un calendrier clair».

Vojko Obersnel (HR/PSE) , le rapporteur du CdR sur le Fonds pour une transition juste, a rappelé que «si l’Union européenne entend réellement atteindre la neutralité climatique d’ici 2050, nous devons nous doter d’un financement approprié, et ceci ne doit pas se faire au détriment de la politique de cohésion. En ces temps de montée du populisme, nous ne pourrons accepter que le Fonds pour une transition juste soit alimenté par le Fonds social européen. Il sera impossible pour nous de dire à nos concitoyens que les programmes du marché du travail dans une région doivent être réduits pour soutenir la transition écologique dans une autre. Des financements supplémentaires sont nécessaires pour ce nouveau fonds. Ce défi doit être regardé comme une mise à l’épreuve de la crédibilité de l’Union.» L’avis de Vojko Obersnel devrait être adopté lors de la prochaine session plénière des 25 et 26 mars 2019.

Les membres ont procédé à un échange de vues sur les futurs avis suivants:

Hydrogène: «Vers une feuille de route pour un hydrogène propre – La contribution des collectivités locales et régionales à une Europe neutre pour le climat» , rapporteure Birgit Honé (DE/PSE). «Il nous faut de toute urgence une stratégie européenne pour l’hydrogène vert ainsi qu’un cadre de l’Union européenne qui stimule la mise en place d’une économie forte en matière d’hydrogène. Cette source d’énergie offre des possibilités considérables en matière d’innovation, de création de valeur et d’emploi dans de nombreuses régions européennes, et elle constitue un élément essentiel pour atteindre les objectifs de décarbonation et de neutralité climatique fixés dans le pacte vert» , a déclaré le ministre des affaires fédérales et européennes et du développement régional du Land de Basse-Saxe. Il est prévu d’adopter cet avis lors de la session plénière des 13 et 14 mai prochains.

L’eau: Avis sur le «Bilan de qualité de la directive-cadre sur l’eau et de la directive “Inondations”» , rapporteur Piotr Całbecki  (PL/PPE). «Nous devons utiliser des outils innovants de gestion de l’eau, fondés sur la recherche, la science interdisciplinaire et les solutions fondées sur la nature. L’objectif de cet avis est de mettre en avant des propositions concrètes visant à améliorer et à simplifier la législation tout en améliorant les normes de qualité de l’eau dans nos territoires» , a déclaré le maréchal de la voïvodie de Cujavie-Poméranie. L’avis en question sera adopté lors de la session plénière des 13 et 14 mai.

Pureté de l’air: «La mauvaise qualité de l’air provoque des décès prématurés et des problèmes respiratoires chroniques, accélère les pertes de biodiversité et affecte négativement le patrimoine culturel. Seules les initiatives locales et régionales et les projets innovants soutenus par les fonds européens peuvent avoir une incidence réelle sur l’amélioration de la qualité de l’air pour nos concitoyens» , a déclaré János Ádám Karácsony (HU/PPE), membre du conseil municipal de Taitótfalu et rapporteur pour l’avis sur «L’avenir de la politique de l’UE en matière de qualité de l’air dans le cadre de l’ambition zéro pollution» . L’adoption de l’avis est prévue pour la session des 1 er  et 2 avril 2020.

Biodiversité: «L’extraordinaire biodiversité de notre planète est menacée. Il est nécessaire d’agir maintenant pour protéger et restaurer nos écosystèmes et notre biodiversité à tous les niveaux, de l’échelon local à l’échelle mondiale. Pour que la nouvelle stratégie européenne en matière de biodiversité aboutisse, il faut que les villes et les régions soient associées à la mise en place d’actions politiques ambitieuses, et qu’elles disposent d’un financement et d’une mise en œuvre adéquats» a souligné le rapporteur, Roby Biwer (LU/PSE), membre du conseil municipal de Bettembourg, lors de l’échange de vues sur l’avis sur «Des villes et des régions respectueuses de la biodiversité au-delà de 2020, dans le cadre de la COP 15 de la CDB des Nations unies et de la prochaine stratégie» . L’avis en question sera adopté lors de la session plénière des 13 et 14 mai.

Les membres de la commission ENVE nomment les rapporteurs suivants:

Juan Manuel Moreno Bonilla (ES/PPE), président de la junte d’Andalousie, a été nommé rapporteur sur le thème «Législation européenne sur le climat consacrant l’objectif de neutralité climatique à l’horizon 2050»

Tjisse Stelpstra  (NL/ECR), membre du Conseil exécutif de la province de Drenthe, a été nommé rapporteur de l’avis sur le «Nouveau plan d’action en faveur d’une économie circulaire»

Rafał Trzaskowski (PL/PPE), maire de Varsovie, a été nommé rapporteur sur le «Pacte européen pour le climat».

Cliquez ici pour accéder à l’ensemble des documents de la réunion.

Contact: David Crous david.crous@cor.europa.eu +32 (0) 470 88 10 37