Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
Le président Lambertz prononce son premier discours sur «L’état de l’Union européenne: la perspective des régions et des villes»  

Karl-Heinz Lambertz, président du Comité européen des régions (CdR), a prononcé le 10 octobre le premier discours sur «L’état de l’Union européenne: la perspective des régions et des villes» , suivi par un débat avec Donald Tusk, président du Conseil européen. Cet exercice inédit s’inscrit dans le contexte du débat politique sur l’avenir de l’Europe.

Le discours prononcé par le président Lambertz devant l’assemblée plénière du CdR – composée d’élus locaux et régionaux de tous les États membres de l’Union européenne – vise à dresser un bilan de la situation actuelle des villes et des régions dans l’UE et d'examiner les principaux défis auxquels elles seront confrontées dans les années à venir.

«Au Comité européen des régions, nous envisageons l’Union depuis le terrain, aux côtés des Européens, avec le regard de nos 350 élus locaux et régionaux. C’est ce point de vue que nous voulons livrer» , a déclaré le président Lambertz.

«L’Europe occupe une place de plus en plus importante dans l’activité des élus locaux et régionaux. Ces derniers mettent en œuvre la majorité de la législation européenne. Ils bâtissent, cofinancent et gèrent des projets européens. Ils débattent de l’Europe dans leurs assemblées et avec leurs concitoyens. Tout comme le niveau européen influence le niveau local et régional, il faut que le niveau local et régional puisse pleinement influencer le niveau européen» , a-t-il insisté.

Donald Tusk, président du Conseil européen, a conclu dans le même sens et souligné que «la confiance en soi et le bien-être de l’Europe dépendent du dynamisme de nos villes, de nos régions et de nos communes» .

Principaux message du discours de 2017 sur "L’état des régions":

Renouer avec les citoyens: «L’engagement des élus locaux et régionaux est récompensé par un niveau de confiance des citoyens envers les pouvoirs locaux et régionaux qui est supérieur à celui dont bénéficient l’Europe et les États. C’est une grande fierté parce que cela veut dire que nos villes et nos régions sont un élément de confiance dans une Union parfois empreinte de doutes.»

«Deux principes doivent guider notre action: agir au bon niveau et dialoguer avec les citoyens européens. Depuis mars 2016, nous avons organisé plus de 140 débats citoyens dans 95 régions.»

«Je suis convaincu que c’est en se confrontant aux attentes des Européens que la peur de l’Europe cédera la place à l’envie d’Europe.»

L’avenir de la politique de cohésion: « La politique de cohésion est une contribution solidaire essentielle au renforcement de l’Union européenne. Elle est la contrepartie nécessaire aux règles du marché intérieur. Son avenir et celui de l’Europe sont étroitement liés.»

«Plus de trois Européens sur quatre considèrent que les investissements régionaux de l’Union européenne ont des retombées positives sur leur ville ou leur région.»

«Notre demande au Conseil de l'Union européenne est double: assurer une politique de cohésion forte associant toutes les régions et lui garantir des ressources correspondant à au moins un tiers du budget de l’Union, comme c’est le cas aujourd’hui.»

Budget de l’UE et investissements publics: «L’ambition pour l’Europe doit s’accompagner des moyens nécessaires pour être crédible, notamment en dégageant de nouvelles ressource propres.»

Migration: « Nos identités doivent dialoguer pacifiquement et être constamment dans l’ouverture, plutôt que dans le repli sur soi. »

«À Catane, à Athènes, sur les îles grecques, et dans bien d’autres lieux et pays, des responsables locaux et régionaux ont organisé l’accueil de milliers de migrants dans des conditions très difficiles. Par leur courage et leur solidarité, ils ont ainsi fait honneur à l’esprit européen.»

« Brexit»: «Le Brexit est l’échec d’une Europe basée sur des régimes d’exception. La décision du Brexit aura de lourdes conséquences pour les collectivités territoriales britanniques et européennes.»

Europe sociale: «La sécurité doit aussi être sociale. Les écarts économiques et sociaux entre Européens restent immenses. Et plus d’un sur cinq vit dans un ménage en situation de pauvreté ou d’exclusion sociale. Les Européens ont besoin d’un modèle social fort qui les protège tous.»

«N’oublions jamais que l’Europe est fondée sur la promesse d’un mieux social. Voilà l’enjeu du Sommet social qui se tiendra à Göteborg en Suède, le 17 novembre, et auquel notre Comité participera.»

Environnement: «La sécurité des Européens passe aussi par la protection de l’environnement et de la biodiversité. Là aussi, les collectivités territoriales sont des acteurs de premier plan, tout comme les États et villes américains qui ont courageusement décidé de mettre en œuvre les objectifs de l’accord de Paris, malgré l’attitude irresponsable du président Trump.»

«La lutte contre le changement climatique est aussi notre priorité. Nous venons de signer des partenariats avec le réseau européen de l’Alliance pour le climat ainsi qu’avec le réseau international ICLEI.»

Feuille de route

Dans le cadre de sa contribution au débat sur l’avenir de l’Europe, le CdR a lancé une initiative ascendante intitulée «Réflexions sur l’Europe» , qui c onsiste à organiser des dialogues avec les citoyens et des débats publics auxquels participent ses 350 membres et leurs suppléants. Cette consultation est accompagnée d’une enquête en ligne paneuropéenne, composée d’une série de questions sur l’avenir de l’Europe et visant à relayer le point de vue des citoyens. À la suite de ces initiatives, le CdR adoptera sa vision de l’avenir de l’Europe du point de vue local et régional au premier semestre 2018. Il organisera enfin un «sommet des dirigeants locaux et régionaux de l’Europe» au premier trimestre 2019.

Le 9 octobre, le Comité européen des régions, de conserve avec les principales associations de villes et de régions de l’UE, a lancé une alliance paneuropéenne pour la cohésion ( #CohesionAlliance ) qui réclame un budget de l’UE après 2020 qui permette d’accroître la force, l’efficacité et la visibilité de la politique de cohésion et qui fasse en sorte que chacune des régions en Europe puisse davantage bénéficier de cette politique. Les dirigeants locaux et régionaux de toute l’Europe, ainsi que les députés au Parlement européen et les représentants de la société civile et d’associations professionnelles, sont invités à signer la déclaration de cette alliance pour la cohésion.

Note à l’intention des journalistes

Dorénavant, chaque année au mois d’octobre, le président du CdR prononcera son discours sur «L’état des régions de l’UE» devant l’assemblée plénière du Comité. L’objectif est de dresser un bilan de la situation actuelle des villes et des régions dans l’UE et de jeter un regard prospectif sur les principaux défis qui se poseront dans les années à venir. Ce discours a aussi vocation à communiquer les premières réactions du CdR aux principales propositions dévoilées par la Commission européenne dans son programme de travail. Le discours est suivi d’un débat en plénière avec des membres du CdR et des représentants à haut niveau de l’UE.

Les réactions des groupes politiques du CdR peuvent être consultées sur leurs pages web respectives .

Page web du CdR consacrée à «L’état de l’Union européenne: la perspective des régions et des villes»

Discours du président Donald Tusk devant le Comité des régions

Suivez-nous: #SOTREG #EULocal

Galerie de photos Flickr

Contact:
Nathalie Vandelle

Tél. +32 (0)2 282 24 99

nathalie.vandelle@cor.europa.eu