Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
Les villes et régions ont besoin de l’Union européenne. ‎ L’Union européenne a besoin des villes et régions.  
Discours du Président Lambertz sur «L’état de l’Union européenne: ‎ la perspective des régions et des villes» ( #SOTREG )

Karl-Heinz Lambertz, Président du Comité européen des régions (CdR), a prononcé le 9 octobre 2018 son deuxième discours sur «L’état de l’Union européenne: la perspective des régions et des villes» , à l’occasion d’un débat avec le président du Parlement européen, Antonio Tajani. S’adressant à l’assemblée plénière du Comité réunie à Bruxelles, il a déclaré: «Plus que d’un changement d’heure, l’Europe a besoin d’un changement de cap et de méthode, en accordant plus de poids aux régions et aux villes dans la construction de son avenir».

Dans son discours, le Président Lambertz a plaidé en faveur d’une augmentation des financements européens et d’un rôle accru pour les régions et les villes dans les processus décisionnels de l’Union, soulignant qu’«affaiblir nos communes, nos villes, nos régions, c’est affaiblir notre Union. Ça ne doit pas être un projet d’avenir. Au contraire, c’est en renforçant nos territoires que l’on renforcera notre Union.»

Antonio Tajani , président du Parlement européen, a souligné: «Le Parlement européen et le Comité européen des régions rassemblent celles et ceux que les citoyens ont élus au niveau européen, local et régional. Il est dès lors de notre devoir d'œuvrer ensemble à apporter des réponses concrètes aux citoyens et donner forme à une Europe qui soit plus efficace, plus juste et mieux à même de les représenter.»

Principaux messages du discours sur «L’État de l’Union: la perspective des régions et des villes»:

Sur le budget de l’Union: «Que ce soit pour la cohésion, la politique agricole commune ou toute autre politique, le bon sens nous rappelle qu’avec un budget européen si faible, on ne peut pas faire plus avec moins.»

Sur la politique de cohésion: «[...] la cohésion est l’affaire de tous. Pour preuve: 8 000 signataires ont rejoint l’appel de l’Alliance qui couvre ainsi désormais la quasi-totalité de l’Union. [...] [la] cohésion est une politique qui aide nos territoires à se développer. Parce que la cohésion est une politique d’avenir pour faire face aux grands défis de notre époque et, dans le même temps, répondre aux demandes du quotidien. Le combat des élus locaux et régionaux – pour que l’Union conserve sa cohésion – continue

Sur les migrations: «Jour après jour, nos villes et régions se battent pour le vivre ensemble en Europe. Quand au Conseil résonne sans cesse le mot “migration”, sur le terrain, j’entends plus souvent le mot “intégration”. [...] Voilà aussi pourquoi nous allons lancer, en collaboration avec la Commission européenne, une campagne pour valoriser les projets d’intégration qui sont mis en œuvre dans nos villes et nos régions.»

Sur les dialogues citoyens: «Il faut un “effet retour” sur les politiques de l’Union. Écouter ne suffit pas. Il faut organiser les dialogues citoyens et leur suivi de manière à améliorer l’action de l’Union dans des domaines spécifiques. [...] C’est pourquoi, j’ai proposé au président du Comité économique et social européen de travailler ensemble pour définir les contours de ce mécanisme permanent de dialogue citoyen

Sur la subsidiarité: «Ce qui doit guider l’action c’est “plus d’Europe, là où il y a besoin de plus d’Europe”, “moins d’Europe, là où il y a besoin de moins d’Europe”. [...] La subsidiarité, c’est aussi une Union renforcée parce qu’elle s’appuie sur ses territoires pour se rapprocher des citoyens. [...] Et nous concrétiserons nos réflexions en mettant en place un nouveau réseau pilote de pôles régionaux pour appuyer les examens de la mise en œuvre des politiques.»

Recommandations du CdR pour reconnecter les citoyens au projet européen

Le débat en plénière a été suivi de l’adoption du rapport du CdR sur «Réflexions sur l’Europe: la voix des collectivités locales et régionales pour redonner confiance dans l’Union européenne» , élaboré à la demande du président du Conseil européen Donald Tusk. Ce document est l’aboutissement d’une campagne lancée en mars 2016 – " Réflexions sur l’Europe " – qui a donné lieu à deux ans de contacts intensifs avec plus de 40 000 citoyens ainsi qu’à la consultation de 266 collectivités territoriales. Cette campagne a permis d'organiser des dialogues citoyens au niveau local, à l’initiative des membres du CdR. Complétés par une enquête en ligne et une consultation des collectivités territoriales, les points de vue recueillis ont servi de base à un rapport élaboré sous la direction du président et du premier vice-président du CdR.

Le rapport met en avant les principales conclusions de la campagne:

Le message des citoyens: un projet européen fondé sur la solidarité, la cohésion et la proximité

80 % des citoyens souhaitent une plus grande solidarité au sein de l’UE.

Les citoyens font davantage confiance à leurs représentants locaux et régionaux qu’aux responsables politiques européens ou nationaux.

De nombreux citoyens ont insisté sur la distance qui les sépare des politiques et des institutions européennes, ainsi que leur sentiment de frustration à l’égard de l’Union qui est souvent perçue comme trop éloignée et non fiable.

Le message des régions et des villes: un projet européen qui associe pleinement les collectivités à l’élaboration des politiques de l’UE

Le rôle des collectivités locales et régionales doit être plus systématiquement reconnu, tant au niveau de la gestion quotidienne des affaires européennes que lors des modifications à venir des traités de l’UE.

Faciliter la participation des citoyens aux politiques de l’UE et établir un dialogue permanent avec eux au-delà de 2019

L’Union ne gagnera en crédibilité et en confiance que si la valeur ajoutée de son action est clairement démontrée.

Le dialogue avec les citoyens ne doit pas se limiter aux périodes pré-électorales.

Dans la perspective des élections européennes, le CdR proposera de mettre en place un système permanent de dialogue entre les citoyens et les institutions de l’Union, en associant les collectivités locales et régionales par le biais du Comité.

Un Sommet européen des régions et des villes en 2019

Pour nourrir la réflexion sur l’avenir de l’Union européenne post-Brexit, le Président a annoncé la tenue d'un Sommet européen des régions et des villes les 14 et 15 mars 2019 à Bucarest. Ce Sommet sera un grand rassemblement politique de maires, de présidents de région et de dirigeants locaux issus de toute l’Europe, avec plus de 800 participants attendus, y compris des hauts responsables des institutions européennes.

Note à l’intention des journalistes:

Chaque année, au mois d’octobre, le président du CdR prononce son discours sur «L’état des régions de l’UE» devant l’assemblée plénière du Comité. Il s'agit de dresser un bilan de la situation actuelle des villes et des régions et de jeter un regard prospectif sur les principaux défis des années à venir. Ce discours permet aussi de réagir aux priorités politiques présentées dans l'allocation sur "L'état de l'Union" du Président de la Commission européenne quelques semaines auparavant.

Plus d’informations:

Page web «L’état de l’Union européenne: la perspective des régions et des villes»

Suivez-nous sur Twitter: #SOTREG et #EULocal

Page web du CdR consacrée à la campagne sur l’avenir de l’Europe

Brochure «La campagne sur l’avenir de l’Europe en bref»

Galerie photos Flickr

Contact:
Nathalie Vandelle

nathalie.vandelle@cor.europa.eu

Tél. +32 (0)2 282 24 99