Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
Les zones rurales ne doivent pas être laissées pour compte dans les plans de relance  

À l’occasion de l’ouverture de la Semaine de la vision rurale , les membres du Comité européen des régions (CdR) se sont déclarés préoccupés par le fait que les zones rurales pourraient être désavantagées dans les plans de l’Union européenne visant à contribuer à la reconstruction d’une Europe de l’après-COVID-19 plus verte, plus numérique et plus résiliente. La déclaration suivante, qui a été adoptée en réunion par les membres de la commission des ressources naturelles (NAT) du CdR, est soutenue par l’intergroupe «Zones rurales, montagneuses et isolées (RUMRA) et villages intelligents» du Parlement européen, qui rejette fermement tout plan qui ne respecterait pas le principe de partenariat et n’associerait pas les zones rurales à son élaboration.

La pandémie a pour effet d’aggraver bon nombre des problèmes qui affectaient déjà les zones rurales et a mis en lumière, une fois de plus, la vulnérabilité de ces régions, notamment en ce qui concerne leur desserte numérique, la qualité des services de santé et leur fourniture, l’éducation, l’accès au haut débit, les besoins particuliers des populations qui y vivent, la résilience des chaînes de distribution et les compétences en matière d’innovation. Il est nécessaire de disposer d’une stratégie claire pour éviter que les plans de relance ne creusent encore le fossé entre des communautés rurales à la traîne et des zones urbaines qui accélèrent le pas sur la voie de la durabilité et de la numérisation. À défaut, nous risquons de laisser passer une chance unique de réaliser un progrès économique et social dans l’ensemble de l’Union, ainsi que de perdre, dans la plus grande partie de ses territoires, l’adhésion des générations de demain.

Karine Gloanec-Maurin (FR/PSE), Adjointe au maire de la nouvelle commune de Couëtron au Perche, a déclaré: "Nos campagnes ont joué un rôle stabilisateur pendant les pires moments de la pandémie de COVID-19, procurant de la nourriture et un refuge pour l'ensemble de la société. Malgré cette contribution positive, elles ont été fortement frappées par le ralentissement économique et ne devraient pas être oubliées dans les plans de relance nationaux. C'est pourquoi il est primordial d'impliquer les Régions dans la mise en œuvre de ces plans de relance. Les Régions sont en effet les seules capables d'apporter des réponses sur mesure aux zones rurales les plus fragiles et de renforcer une reprise équilibrée et juste pour tous les citoyens, quel que soit l'endroit où ils vivent".

Les inquiétudes que nourrissent les membres de la commission NAT sont les suivantes:

  • dans une majorité d’États membres, les régions, en particulier rurales, ne sont pas suffisamment associées au processus décisionnel concernant l’élaboration des plans nationaux pour la reprise et la résilience;
  • alors que ces régions ont été particulièrement touchées par la pandémie de COVID-19, les ressources affectées aux zones rurales au titre de Next Generation EU pourraient être moindres, en raison du cadre structurel des plans nationaux pour la reprise et la résilience, ainsi que de leurs priorités d’intervention et de leurs méthodes de mise en œuvre;
  • c’est par des appels à propositions que s’effectuera l’affectation d’une grande part des sommes concernées, de sorte que les zones rurales seront moins aptes à avoir accès aux fonds de Next Generation EU, étant donné qu’elles ont habituellement disposé de moins de moyens en matière de développement des capacités et d’assistance technique pour la programmation des fonds de l’Union européenne et l’engagement de leurs crédits;
  • la délimitation actuelle des aires rurales sous-estime probablement leur véritable étendue en Europe, étant donné que les territoires de zones «grises», de type intermédiaire, sont très vraisemblablement confrontés aux mêmes problèmes qu’elles.

Les membres de la commission NAT appellent:

  • les institutions européennes et les gouvernements nationaux à associer les collectivités locales et régionales à l’élaboration des plans nationaux et européens pour la relance et la résilience, car pour être efficaces, ces mesures doivent présenter une dimension locale;
  • les États membres à nouer des dialogues stratégiques avec toutes les parties prenantes concernées: les régions rurales ne peuvent être laissées à la traîne et leurs besoins doivent être pleinement pris en considération et intégrés dans les plans nationaux pour la reprise et la résilience;
  • tous les acteurs institutionnels concernés à surveiller attentivement l’utilisation des ressources de Next Generation EU au niveau territorial, pour s’assurer que leur répartition entre les régions soit équitable;
  • les États membres et les autorités de gestion à faciliter et simplifier l’accès des zones rurales aux fonds de Next Generation EU.

Vous trouverez sous les liens suivants la liste des membres de la commission NAT et de l’ intergroupe du Parlement européen «Zones rurales, montagneuses et isolées (RUMRA) et villages intelligents» .

Contact:

Comité européen des régions

Andrew Gardner

Tél.: +32 473843981

andrew.gardner@cor.europa.eu

Intergroupe du Parlement européen «Zones rurales, montagneuses et isolées (RUMRA) et villages intelligents»

Adam Mouchtar

Tél. +32 499421655

adam.mouchtar@europarl.europa.eu

Share: