Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
Les régions et les villes sont prêtes à développer des plateformes numériques conjointement avec le commissaire européen chargé du marché intérieur pour mieux cibler et mettre en œuvre un plan de relance de 750 milliards d’euros  

Le CdR est prêt à développer des plateformes numériques, fort du succès de sa plateforme d’échange en ligne COVID-19 , pour aider la Commission européenne à soutenir l’économie locale, les PME, le tourisme et la numérisation.

Les dirigeants locaux et régionaux appellent également à une action énergique de l’UE en faveur des aéroports régionaux.

Dans un débat avec Thierry Breton, commissaire européen chargé du marché intérieur, les membres du Comité européen des régions (CdR) ont souligné le succès de la plateforme d’échange en ligne qu’il a créée afin de permettre aux gouvernements locaux et régionaux de partager les meilleures pratiques en matière de réaction à la pandémie de COVID-19. Sur la base de cet exemple concluant, les membres du CdR ont proposé au commissaire Breton de promouvoir conjointement la numérisation et l’utilisation innovante de plateformes numériques pour soutenir les travaux de la Commission européenne dans des domaines stratégiques tels que les transports, le tourisme ainsi que les services sociaux et l’éducation.

L’assemblée des régions et des villes de l’UE a également demandé un soutien plus important pour relancer l’industrie du tourisme, en soulignant en particulier le rôle vital des aéroports régionaux et des compagnies aériennes qui les relient. Les dirigeants régionaux et locaux ont souligné que la pandémie avait stimulé l’adoption de solutions numériques et innovantes mais avait aussi, dans le même temps, fait apparaître des lacunes considérables dans le domaine numérique.

«Lors de notre dernière réunion, le commissaire Breton a salué la plateforme d’échange COVID-19 lancée par notre Comité pour partager les expériences en matière de lutte contre la pandémie. Nous serions heureux de continuer à développer ces outils avec la Commission européenne afin de soutenir la mise en œuvre des plans de relance de l’économie locale, des PME et du tourisme », a déclaré le président du CdR, Apostolos Tzitzikostas . Et d’ajouter: « À l’approche de la saison des vacances, les aéroports régionaux et les compagnies aériennes qui les utilisent doivent redémarrer leur activité et nous nous efforçons de faire en sorte qu’ils puissent le faire rapidement et en toute sécurité. Nous attendons une réponse de la Commission européenne, compte tenu de la valeur ajoutée des aéroports régionaux pour le tourisme et de leur contribution à l’économie de l’UE. Il ne s’agit pas seulement d’une question régionale ou nationale, mais également d’une question européenne, dans la mesure où elle est directement liée au fonctionnement du marché unique.»

Le commissaire Breton s’est exprimé en ces termes: « La proposition de la Commission pour la relance est sans précédent, aussi bien dans son volume que dans son architecture politique, institutionnelle et économique. Les élus locaux et régionaux joueront un rôle primordial pour sa mise en œuvre efficace. Forts de leur expérience du terrain, ils sont en première ligne pour faire remonter les besoins, les situation d’urgence, les secteurs les plus touchés, ou encore les modes de soutien les plus efficaces.Les collectivités locales et régionales sont au cœur du développement des écosystèmes industriels performants, durables et résilients, pour soutenir le développement des chaînes de valeur transrégionales et bénéficier ainsi pleinement du marché intérieur. »

Christophe Rouillon (FR/PES), Maire de Coulaines, Président du Groupe Socialiste au CdR et rapporteur sur la "facilité pour la reprise et la résilience" a commenté:

« Nous demandons que les collectivités territoriales soient associées à la programmation du plan de relance européen de 750 milliards d’euros. La méthode de répartition des aides doit tenir compte des disparités de richesse des territoires. Comme 80 % de cet instrument relèveront du Semestre européen, une "boîte noire" qui fonctionne hors des traités européens, il faudrait dès lors que celui-ci soit profondément réformé pour devenir plus transparent, démocratique et territorialisé. Le plan ne sera pas appliqué sans l'engagement des communes et des régions qui représentent 2/3 des investissements publics. »

Selon François Decoster (FR/Renew Europe), membre du conseil régional des Hauts-de-France et président du groupe Renew Europe au CdR, « La crise sans précédent que nous traversons ne nous donne pas d’autre choix que d’innover et d’inventer. J’ai rappelé au Commissaire européen Thierry Breton que les collectivités locales, en première ligne à nouveau pour cette crise, pouvaient enrichir le plan de relance européen des leçons apprises ces derniers mois : nous devons surmonter ensemble les fractures numériques, les interruptions des chaînes de valeur et l’arrêt brutal de pans entiers de nos économies locales, comme le tourisme, que nous avons subis. Plus que jamais, la Commission européenne peut s’appuyer sur les régions et communes. »  

Contexte

La plateforme d’échange en ligne , mise à la disposition des collectivités régionales et locales de toute l’Europe depuis le mois de mars, a recueilli à ce jour plus de 250 contributions, données et suggestions sur la meilleure manière de gérer l’urgence et de favoriser la relance économique et sociale d’un point de vue régional et local. Les contributions peuvent être envoyées à la boîte fonctionnelle: COVID19@cor.europa.eu

Contact:

Matteo Miglietta

matteo.miglietta@cor.europa.eu

Share: