Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
Déclaration du président Lambertz à propos de L’état de l’Union 2017  

L’objectif visant à «bâtir une Europe plus unie, plus forte et plus démocratique», qui doit être atteint en partenariat avec les régions d’Europe, nous montre la voie à suivre. Il est clair que l’Union européenne et ses institutions ne pourront le réaliser qu’en travaillant ensemble, avec tous les niveaux de gouvernement, y compris les collectivités territoriales, et qu’il ne peut être «dicté d’en haut». Le processus de Réflexion sur l’Europe lancé par notre Comité complète les efforts entrepris par la Commission européenne et les autres institutions de l’UE afin d’écouter les citoyens et de travailler avec eux pour décider de l’avenir de l’Europe.

Le président Juncker a également déclaré à juste titre que la subsidiarité et la proportionnalité devaient guider l’avenir de notre Union européenne. Pour progresser, l’UE doit coopérer plus étroitement avec les régions et les villes dans leurs domaines de compétences, surtout si elle entend mettre en place une politique environnementale menant à une économie durable, améliorer les transports, intégrer les réfugiés, créer des emplois décents, contribuer à la justice sociale et promouvoir la cohésion sociale et territoriale tout en soutenant nos économies locales. A ce titre nous demandons donc que le Comité européen des régions soit représenté dans le groupe de travail «Subsidiarité et proportionnalité».

Les objectifs fixés par le président Juncker ne peuvent être atteints sans ressources adéquates. Nous avons besoin d’un budget plus solide pour l’UE, à la mesure des ambitions européennes. Tout en saluant l’intention de renforcer le Fonds européen pour les investissements stratégiques , nous insistons sur le fait que les instruments financiers doivent compléter, et non remplacer, une politique de cohésion pour toutes les régions, allant de pair avec une plus grande flexibilité dans la mise en œuvre du Pacte de stabilité et de croissance. La politique de cohésion est l’expression ultime de la solidarité européenne – qui, selon environ 80 % des citoyens, fait défaut en Europe.

Nous invitons dès lors tous ceux qui sont convaincus de la valeur ajoutée de la politique de cohésion à s’associer à la campagne #CohesionAlliance qui sera lancée le 9 octobre à Bruxelles.

L’Union européenne ne peut plus se reposer sur ses lauriers. Nous devons démontrer qu’elle est prête à être plus efficace, qu’elle est socialement progressiste et qu'elle améliore la vie de chaque citoyen. Les collectivités locales et régionales sont aux avant-postes de l’Europe, comprennent les défis et savent comment les relever. Elles sont à l’origine des «vents favorables» qui soufflent sur l’Union. Une «Europe unie» doit écouter, travailler et investir au niveau local.

L’échelon local doit se faire entendre davantage à Bruxelles. C’est pourquoi je prononcerai le premier discours annuel sur « L’état de l’Union européenne vu par les régions et les villes » le 10 octobre à Bruxelles. Le discours et le débat qui suivra avec les élus locaux de l’UE seront diffusés en direct sur EbS et sur le site internet du CdR à www.cor.europa.eu.

Plus d’information:

Suivez-nous sur: #SOTREG #EULocal #CohesionAlliance

L’état de l’Union vu par les régions et les villes

Discours du président Juncker sur l’état de l’Union 2017

Contact:
Nathalie Vandelle

Tél. +32 (0)2 282 24 99

nathalie.vandelle@cor.europa.eu