Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
Les élus locaux et régionaux de l’UE et du Royaume-Uni se réunissent dans le cadre d’un nouveau groupe de contact  

Des responsables politiques locaux et régionaux du Royaume-Uni ont, pour la première fois, rencontré des membres du Comité européen des régions dans le cadre d’un groupe de contact destiné à garantir que les lignes de communication développées au cours des près de 47 années d’adhésion du Royaume-Uni à l’Union européenne vont rester ouvertes au-delà de 2020, aux niveaux régional et local. Après sa création en 1994, le Comité européen des régions est devenu le principal point de contact entre les régions et les villes du Royaume-Uni et des autres États membres de l’UE.

Le Royaume-Uni a quitté l’Union le 31 janvier 2020, et la période de transition se terminera le 31 décembre prochain. À cette date, les accords juridiques qui sous-tendent les relations entre le Royaume-Uni et l’UE et ses 27 États membres expireront, à moins qu’un nouvel accord ne soit conclu dans les six semaines à venir.

Loïg Chesnais-Girard (FR/PSE), président du Conseil régional de Bretagne et du groupe de contact CdR-Royaume-Uni, a déclaré que «les responsables politiques du Royaume-Uni et de l’UE ont noué des liens étroits au fil de leurs 25 années de contacts par l’intermédiaire du Comité européen des régions. Et un quasi demi-siècle d’adhésion à l’UE a étroitement lié le Royaume-Uni aux régions et aux villes des 27 États membres de l’Union. Nous voulons que ces liens restent étroits au-delà de 2020: le groupe de contact CdR-Royaume-Uni s’emploiera à maintenir de bonnes lignes de communication et cherchera à établir une relation entre l’UE et le Royaume-Uni qui prévoie une coopération étroite et efficace aux niveaux régional et local. Avec ou sans accord, il y aura des changements importants à partir du 1 er  janvier 2021, et les responsables politiques locaux et régionaux des deux parties ont un intérêt commun à limiter les dommages causés à leur économie régionale et locale.»

Et M. Chesnais-Girard de poursuivre: «M’exprimant en tant qu’homme politique de l’UE, j’invite le gouvernement britannique à reconnaître que les relations entre l’UE et le Royaume-Uni, y compris celles avec ses administrations décentralisées et ses collectivités régionales et locales, ne peuvent pas être mises sur le même plan que les autres relations internationales. La réunion très constructive qui s’est tenue aujourd’hui avec une large palette de nos homologues britanniques montre que nous entretenons des liens étroits et de longue date aux niveaux local et régional, et que ces relations doivent être maintenues et développées à l’avenir.»

Au sein du groupe de contact CdR-Royaume-Uni, les membres du CdR ont un mandat fixe, tandis que les représentants des collectivités locales, des parlements et des assemblées décentralisés du Royaume-Uni varieront d’une réunion à l’autre en fonction des thèmes abordés.

Pour cette première réunion , ces représentants venaient d’Angleterre, du Pays de Galles, d’Écosse, d’Irlande du Nord et de Gibraltar. Le point de vue du Pays de Galles a été présenté par David Rees, président de la commission des affaires extérieures du Parlement gallois , et par Anthony Hunt, de l’ Association des collectivités locales du pays de Galles . La Local Government Association , qui représente les collectivités territoriales anglaises, s’est fait représenter par Kevin Bentley, président de sa task-force pour la sortie de l’UE et conseiller territorial. L’Écosse était représentée par Angela Constance, membre du Parlement écossais , et par Alison Evison, conseillère territoriale, présidente de la Convention des collectivités locales écossaises (COSLA), tandis que Matt Garrett intervenait en tant que président de l’ Association des collectivités locales d’Irlande du Nord (NILGA). Le Parlement de Gibraltar était quant à lui représenté par Joseph Garcia, un de ses députés.

Au cours d’un volet de la réunion qui était réservé aux responsables politiques de l’UE, le président du groupe de coordination UE-Royaume-Uni du Parlement européen, David McAllister (DE/PPE), a informé les membres du CdR du point de vue du Parlement concernant l’état d’avancement des négociations. Le CdR a souligné la nécessité que la nouvelle réserve d’ajustement au Brexit, une facilité de 5 milliards d’EUR destinée aux États membres et aux secteurs les plus touchés par le retrait du Royaume-Uni, soit opérationnelle dès que possible.

Le négociateur en chef de l’UE, Michel Barnier , qui faisait partie des orateurs lors de la réunion inaugurale du groupe de contact , le 22 septembre dernier, devrait prendre la parole lors de la prochaine réunion plénière du CdR, le 9 décembre.

Outre M. Chesnais-Girard, le groupe de contact se compose des membres du CdR suivants: Ellen Nauta-Van Moorsel (NL/PPE), cheffe de la délégation néerlandaise et bourgmestre de Hof van Twente; Michael Murphy (IE/PPE), chef de la délégation irlandaise du CdR et membre du conseil du comté de Tipperary; Ximo Puig i Ferrer (ES/PSE), président de la région de Valence; Aleksandra Dulkiewicz (PL/PPE), maire de Gdańsk; Erik Flyvholm (DK/Renew Europe), maire de Lemvig; Pehr Granfalk (SE/PPE), maire de Solna; Antje Grotheer (DE/PSE), vice-présidente du parlement de la ville de Brême; Michiel Rijsberman (NL/Renew Europe), député provincial du Flevoland; Maria Gomes (PT/PSE), maire de Portimão; Karl Vanlouwe (BE/AE), membre du parlement flamand; et Oldřich Vlasák (CZ/ECR), conseiller municipal de la ville de Hradec Králové. Henrike Müller (DE), membre du parlement de la ville de Brême, est observateur pour le groupe des Verts.

Contact:

Andrew Gardner

Tél.: +32 473843981

andrew.gardner@cor.europa.eu