Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
Les maires des grandes villes européennes disent «non» au populisme et à la montée de l’euroscepticisme  

Alors que l’Europe s’apprête à marquer le soixantième anniversaire du traité de Rome, les maires de grandes villes européennes se sont réunis aujourd’hui lors d'un "Sommet des maires sur le futur de l'Europe" pour débattre des moyens d'enrayer la montée du populisme et de l'euroscepticisme. Leur message est clair: le renouveau de l’Europe passe par un authentique partenariat entre les villes et leurs citoyens, les institutions européennes et les États membres.

 

Le Sommet des maires organisé par EUROCITIES a rassemblé le 7 mars au siège du Comité européen des régions les maires de 36 grandes villes européennes ainsi que des dirigeants européens et nationaux pour débattre du futur de l'Europe et concevoir un nouveau modèle de gouvernance "de bas en haut".

 

Johanna Rolland , maire de Nantes, a pris la parole lors de ce Sommet pour défendre l'idée que: " Dans ce moment de crise européenne, l’Europe de demain doit se construire avec les villes, pas simplement au sens des institutions ou des collectivités, mais au sens des territoires : acteurs économiques, sociaux, culturels et bien évidemment citoyens. Dans un monde en mutation, nous devons partager le pouvoir d’agir avec les citoyens. La clarté des règles du jeu est un impératif essentiel. Distinguons, information, consultation, concertation et coproduction ."

 

Selon Mme Rolland, ces démarches ont deux enjeux majeurs : "D’une part, les projets construits en reconnaissant l’expertise d’usage des citoyens sont plus créatifs et plus efficaces. D’autre part, ces démarches de participation citoyenne contribuent à reconstruire de l’intérêt général. C’est un impératif démocratique. C’est ce que nous faisons à Nantes et cela fonctionne ! En 2015, 4 500 Nantaises et Nantais ont participé à des temps de dialogue citoyen. En 2016, 40 000 contributions ont enrichi le grand débat sur la place de notre fleuve, la Loire. Cela exige des règles claires, une démarche sincère et une méthode sérieuse, si on ne veut pas que le dialogue citoyen ne soit qu'un alibi ."

 

La Mairie de Nantes applique également cette démarche pour les projets qui parlent d’Europe aux citoyens, avec par exemple la création d’un " Pôle Europe", lieu ouvert au public qui accueillera des associations et sera dédié à l’expérimentation, à l’information et au montage de projets. Il en va de même avec l’appel à projet Nantes Creative Generations , visant à encourager l’ouverture et la mise en relation des jeunes Européens. " Nous avons besoin de plus d'Europe et de mieux d'Europe ", a conclu la maire de Nantes.

 

En tant qu'hôte de l'événement, Markku Markkula , président du Comité européen des régions, a déclaré:

« Nous devons être plus à l’écoute des citoyens et les associer davantage sur le terrain, afin de passer des paroles aux actes. C’est pourquoi le Comité européen des régions a lancé un vaste processus de consultation à travers l'Europe estampillé «Réflexions sur l’Europe», principalement sous la forme de dialogues citoyens et de débats publics au niveau local, afin de recueillir les préoccupations des citoyens et de faire entendre leur voix à l’échelle de l’Union. Le CdR a déjà organisé 27 manifestations sur le thème «Parlons d’Europe!» dans 13 États membres, auxquelles ont participé près de 3 200 citoyens. Cet exercice sera intensifié tout au long de l’année 2017, puisque quelque 75 nouveau dialogues citoyens sont prévus dans l’ensemble des États membres ."

 

Daniël Termont, bourgmestre de Gand et président d’EUROCITIES, a quant à lui souligné: «Alors que les dirigeants européens s’apprêtent à célébrer les 60 ans du traité de Rome, nous arrivons à un tournant pour l’Europe. Nous devons y voir l’occasion de réaffirmer notre attachement aux valeurs fondamentales de l’Europe que sont le respect, la liberté, la démocratie et l’égalité. Surtout, nous devons placer le citoyen européen au centre de nos considérations. En travaillant avec les villes, les institutions de l’UE peuvent trouver de nouvelles voies pour mobiliser les citoyens et s’inspirer de notre expérience acquise sur le terrain.» Maniël Termont a confirmé que les villes étaient déterminées à renforcer les initiatives démocratiques au niveau local et qu’elles agiraient en ce sens dans les mois à venir.

 

Frans Timmermans et Jyrki Katainen, vice-présidents de la Commission européenne, Corina Crețu, commissaire européenne, et Guy Verhofstadt, négociateur principal du Parlement européen pour la sortie du Royaume-Uni de l’Union, ont par ailleurs tous réaffirmé leur engagement à approfondir leur coopération avec les collectivités locales et régionales afin de sortir le projet européen de l’impasse où il se trouve.

 

Les photos de l'événement peuvent être téléchargées via notre galerie Flickr

 

Contact:
Nathalie Vandelle
Tél. +32 (0)2 282 24 99
nathalie.vandelle@cor.europa.eu