Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
Gestion de la population des grands carnivores: ‎ Les responsables des gouvernements locaux demandent que les Etats Membres aient plus de moyens et plus de souplesse  

Jacques Blanc (FR / PPE), maire de La Canourgue et rapporteur du Comité européen des régions sur le pastoralisme est intervenu ce 5 décembre lors de l'audition organisée à Bruxelles par le Parlement européen sur le loup pour demander que les Etats Membres aient plus de moyens et plus de souplesse afin de gérer leur population de grands carnivores.

La préservation de l’activité pastorale est essentielle pour le maintien de l'agriculture sur l'ensemble des territoires afin de conserver un tissu rural vivant. Malheureusement la situation est très préoccupante pour le pastoralisme dans de nombreux pays européens où les populations de grands carnivores sont en augmentation. Les pertes causées par les grands prédateurs sont très significatives et en augmentation.

Le Comité européen des régions demande à la Commission d’évaluer la nécessité de réviser la directive «Habitat» sur la base du prochain rapport sur l’état de la nature en 2020 . Le CdR demande également que la stratégie en faveur de la biodiversité s’appuie sur un nouveau fonds spécifique pour la conservation des espèces. "Ce fonds devrait prendre en charge l’indemnisation des dégâts occasionnés par les grands carnivores, dont le coût est en forte augmentation qui consomme une part de plus en plus importante du FEADER alors que ce budget est en forte réduction. En France le coût annuel de la protection des troupeaux et de l'indemnisation a été estimé par l'Institut National de la Recherche Agronomique à 80.000 euros par loup. En Espagne le coût des compensations est passé de 40.000 euros en 2014 à 300.000 euros en 2019. Ce coût exponentiel de la prédation n'est plus tenable" a souligné Jacques Blanc.

Contact:

Helene Moraut

Tél. +32 22822161

helene.moraut @cor.europa.eu