Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
Les régions et les villes plaident ‎ en faveur d’une stratégie macrorégionale pour la Méditerranée  

Les régions et les villes de l’Union européenne estiment que l’élaboration d’une stratégie macrorégionale pour le bassin méditerranéen permettrait de relever conjointement les défis liés à la nécessaire double transition écologique et numérique, ainsi que les défis socio-économiques, migratoires et de sécurité. Le changement climatique, la détérioration de l’environnement, la prolifération des phénomènes météorologiques extrêmes, la rareté de l’eau, la perte de biodiversité et le problème de la sécurité alimentaire ne connaissent pas de frontières et constituent une grave menace pour les trois rives de la Méditerranée. Dans son avis relatif à une stratégie macrorégionale pour la Méditerranée, le Comité européen des régions souligne qu’une telle stratégie contribuerait à développer des projets communs concrets et à assurer une plus grande cohérence entre les initiatives existantes et les programmes de financement mis en œuvre par les différents niveaux de gouvernement.

Si ses populations partagent un patrimoine historique et culturel commun, l’espace méditerranéen affiche de grandes disparités en termes de niveaux de développement, qui nuisent à la stabilité, à la prospérité et à la sécurité de la région. Dans le même temps, le bassin méditerranéen est particulièrement touché par les conséquences du changement climatique. Au rythme actuel, le réchauffement climatique atteindra 2,2 °C dans la zone méditerranéenne d’ici 2040, la région se réchauffant à un rythme de 20 % plus rapide que la moyenne mondiale. Les conséquences sont déjà visibles sous la forme de vagues de chaleur, d’incendies de forêt, d’inondations et d’autres événements liés à des conditions météorologiques extrêmes. En outre, la région concentre 50 % de la population mondiale pauvre en eau.

Le rapporteur de l’avis du CdR, Nikola Dobroslavić (Croatie/PPE), président de la région de Dubrovnik-Neretva, a déclaré: «Nous avons besoin d’une stratégie macrorégionale en Méditerranée. La mer Méditerranée, qui relie les différentes cultures, économies, régions et États présents sur son pourtour, est l’une des plus polluées du monde, et elle est fortement touchée par le changement climatique. L’approche macrorégionale, déjà testée et approuvée par l’Union européenne dans plusieurs parties du continent, serait certainement à même d’aider les régions et les pays du bassin méditerranéen, qu’ils appartiennent ou non à l’UE, à relever ensemble leurs défis communs, en particulier le changement climatique, la transition numérique et la pollution de la mer et de l’air.»

L’avis élaboré par M. Dobroslavić a été adopté lors de la session plénière du Comité européen des régions qui s’est déroulée cette semaine. Il souligne que la stratégie doit être pensée à l’échelle du bassin méditerranéen et s’étendre progressivement pour couvrir, à terme, les trois sous-bassins, occidental, oriental et adriatique-ionien, en s’ouvrant aussi aux pays tiers et en accordant une attention particulière aux territoires insulaires. Elle doit pouvoir s’appuyer sur un schéma de gouvernance multiniveaux solide et représentatif, doté d’une assemblée générale et d’un conseil exécutif favorisant la prise en compte des collectivités locales et régionales, de groupes d’action thématiques, d’une présidence tournante annuelle et d’un secrétariat technique. La stratégie devrait se concentrer sur un nombre limité de défis communs, à commencer par le changement climatique, la transformation numérique et les problèmes environnementaux, ainsi que la nécessaire transition écologique. Dans un premier temps, la Commission européenne pourrait lancer un projet pilote portant sur l’objectif «zéro pollution marine» en Méditerranée.

Nanette Maupertuis (FR/EA), présidente de l'Assemblée de Corse et Vice-présidente du Groupe Alliance Européenne au CdR a commenté: « Nous demandons d’accorder une attention particulière aux Îles dans la mise en œuvre  d’une nouvelle stratégie macro régionale en Méditerranée et faire en sorte qu'elles soient pleinement inclues dans le système de gouvernance.»

Le Comité estime que la stratégie macrorégionale apporterait l’outil opérationnel, jusque-là manquant, pour mettre en œuvre un plan d’action concret et des projets communs, en réponse aux priorités recensées dans le cadre d’initiatives de coopération existantes comme l’Union pour la Méditerranée (UpM), l’Alliance pour la coopération méditerranéenne et l’Assemblée régionale et locale euro-méditerranéenne (ARLEM). Il souligne que des fonds importants provenant des programmes et instruments de coopération territoriale peuvent être mobilisés pour soutenir les projets méditerranéens. De nombreux programmes mis en œuvre directement par la Commission européenne, tels qu’Horizon Europe, LIFE ou Erasmus +, sont ouverts à la participation de pays tiers et constituent donc une source de financements complémentaires intéressante.

Le Comité invite le Conseil européen et la Commission à lancer les travaux sur une stratégie macrorégionale méditerranéenne afin qu’elle puisse être approuvée dès la présidence espagnole, soit au cours du second semestre 2023. Des représentants d’autres régions méditerranéennes ont exprimé leur soutien à cette initiative lors de la session plénière et à l’occasion d’un atelier organisé au cours de la Semaine européenne des régions et des villes, le 13 octobre dernier.

Le président de la région des Abruzzes, Marco Marsilio (Italie/ECR), a déclaré: «Compte tenu de la grave crise mondiale de l’environnement et de l’énergie que nous traversons, il est urgent d’élaborer une stratégie commune visant à renforcer le développement de l’ensemble de la zone dans ses composantes terrestre et maritime, en se fondant sur la promotion des énergies renouvelables et la création d’un réseau de transport multimodal euro-méditerranéen intégré, ainsi que sur les piliers de l’économie bleue, de la connectivité, de la qualité de l’environnement et du tourisme durable.»

Pour en savoir plus: Macro-regional strategies in the EU(Commission européenne)

Contact:

Lauri Ouvinen

Tél. +32 473536887

lauri.ouvinen@cor.europa.eu

Partager :
 
Actualités sur le sujet

1.HTTPS://COR.EUROPA.EU/FR/NEWS/PAGES/SOCIAL-COHESION-RISKS.ASPX

2.HTTPS://COR.EUROPA.EU/FR/NEWS/PAGES/MACRO-REGIONAL-STRATEGY.ASPX

La cohésion économique et sociale est en danger si les politiques de l’UE négligent les régions éloignées
La cohésion économique et sociale est en danger si les politiques de l’UE négligent les régions éloignées
01.12.2022

1.HTTPS://COR.EUROPA.EU/FR/NEWS/PAGES/7TH-UFM-REGIONAL-FORUM.ASPX

2.HTTPS://COR.EUROPA.EU/FR/NEWS/PAGES/MACRO-REGIONAL-STRATEGY.ASPX

ARLEM at the 7th UfM Regional Forum
ARLEM at the 7th UfM Regional Forum
25.11.2022

1.HTTPS://COR.EUROPA.EU/FR/NEWS/PAGES/COHESION-ALLIANCE-REACTION-TO-GAC-CONCLUSIONS.ASPX

2.HTTPS://COR.EUROPA.EU/FR/NEWS/PAGES/MACRO-REGIONAL-STRATEGY.ASPX

Les régions et les villes de l’UE se félicitent de l’engagement des États membres ‎ à conserver la politique de cohésion comme pilier essentiel de l’Union
Les régions et les villes de l’UE se félicitent de l’engagement des États membres ‎ à conserver la politique de cohésion comme pilier essentiel de l’Union
22.11.2022

1.HTTPS://COR.EUROPA.EU/FR/NEWS/PAGES/TWENTIETH-MEETING-JCC-NORTH-MACEDONIA.ASPX

2.HTTPS://COR.EUROPA.EU/FR/NEWS/PAGES/MACRO-REGIONAL-STRATEGY.ASPX

Twentieth meeting of JCC North Macedonia – the first after the opening of EU accession negotiations
Twentieth meeting of JCC North Macedonia – the first after the opening of EU accession negotiations
21.11.2022

1.HTTPS://COR.EUROPA.EU/FR/NEWS/PAGES/ARLEM-ACCOUNT.ASPX

2.HTTPS://COR.EUROPA.EU/FR/NEWS/PAGES/MACRO-REGIONAL-STRATEGY.ASPX

Mediterranean cities and regions urge COP27 to support locally led climate action
Mediterranean cities and regions urge COP27 to support locally led climate action
09.11.2022