Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
Les responsables politiques locaux et régionaux appellent à une éducation numérique améliorée et plus accessible pour tous les citoyens européens  

Afin de rendre le système éducatif européen plus numérique et plus résilient, les responsables politiques locaux et régionaux invitent les États membres à utiliser une plus grande part des fonds de l’UE pour améliorer l’éducation numérique et contribuer à combler le fossé numérique entre les zones rurales et urbaines. Ces suggestions font partie d’un avis sur le plan d’action en matière d’éducation numérique 2021-2027 élaboré par Gillian Coughlan (IE/Renew Europe), membre du conseil du comté de Cork, et examiné par les membres du Comité européen des régions (CdR) le 6 mai.

Le plan d’action en matière d’éducation numérique 2021-2027 poursuit deux priorités majeures: encourager le développement d’un paysage numérique éducatif hautement performant et améliorer les aptitudes et compétences numériques au sein de la population européenne. La crise de la COVID-19 a accéléré une transition déjà en cours vers la numérisation dans l’UE, rendant les compétences numériques essentielles dans presque tous les domaines de la vie quotidienne, en particulier sur le lieu de travail et dans l’éducation. Selon Eurostat , de nombreux Européens ne possèdent toujours pas les compétences numériques de base, et la Cour des comptes européenne a souligné que les compétences numériques sont réparties de manière inégale entre la population en fonction de l’âge, de l’emploi, de l’éducation et de la situation géographique.

C’est dans le domaine de l’enseignement que la nécessité d’une meilleure infrastructure numérique est devenue la plus évidente, puisque la scolarisation à domicile et les cours en ligne sont devenus une nouvelle norme temporaire pendant la pandémie. Gillian Coughlan (IE/Renew Europe), membre du conseil du comté de Cork, enseignante et rapporteure de l’avis, a déclaré: « J’ai pu constater par moi-même combien d’écoles, d’étudiants et d’enseignants n’étaient pas prêts à passer au numérique durant la pandémie. Ce n’était pas seulement le cas en Irlande, mais dans toute l’UE. Il est essentiel de mettre en place l’infrastructure numérique qui donnera à tous les étudiants et enseignants des chances égales de réussir et de développer leurs compétences. En outre, nous devons veiller à ce que tous les citoyens européens, indépendamment de leur origine et de leur situation socio-économique, aient les mêmes chances d’élargir leurs compétences numériques.»

Victor Negrescu , député au Parlement européen et vice-président de la commission de la culture et de l’éducation, qui s’est joint aux membres du CdR pour discuter de l’avis, a fait observer: « L’accès à l’éducation est un droit, et il devrait en être de même pour l’éducation numérique. Nous devons définir des normes de qualité pour l’éducation numérique et travailler en étroite collaboration avec les communautés et les collectivités locales pour les mettre en place à un rythme plus rapide. Il est crucial d’affecter au moins 10 % des fonds du plan de relance à l’éducation et ces nouvelles ressources disponibles devraient associer les acteurs locaux afin d’améliorer l’accessibilité, de développer les infrastructures, les méthodes et le contenu, et d’améliorer la qualité du processus éducatif.»

L’avis considère le fossé numérique qui sépare les zones rurales et les zones urbaines comme l’un des principaux problèmes que doit résoudre le plan d’action en matière d’éducation numérique. En outre, l’avis souligne également qu’il importe d’améliorer l’infrastructure numérique et de développer l’éducation numérique au sein de l’UE, tout en veillant à ce que l’éducation numérique soit également accessible à toutes les composantes de la société, indépendamment de l’âge, du sexe, du milieu social, de l’origine ethnique ou des capacités physiques et intellectuelles.

Afin d’atteindre ces objectifs, le Comité européen des régions invite la Commission européenne et les États membres à utiliser davantage les fonds mis à disposition pour l’éducation numérique par l’intermédiaire de la facilité pour la reprise et la résilience, d’ Erasmus+ et du Fonds social européen . Le CdR plaide également en faveur d’un financement public direct pour le développement de nouveaux modèles d’enseignement et la promotion des compétences du XXI e  siècle à tous les niveaux d’enseignement. En outre, les membres du CdR se félicitent de la stratégie européenne en matière de compétences et de son objectif de faire en sorte que 70 % des personnes âgées de 16 à 74 ans possèdent au moins des compétences numériques de base d’ici à 2025.

L’avis souligne également le rôle central que jouent les collectivités locales et régionales en matière d’éducation et d’inclusion numérique dans leurs régions et cherche donc à obtenir l’assurance que les fonds destinés à améliorer l’éducation numérique seront distribués au niveau régional.

Suite au débat d’aujourd’hui, l’avis sera adopté par les membres du CdR à l’issue de la session plénière du 7 mai.

Informations générales

L’UE met actuellement en place un espace européen de l’éducation qui devrait être achevé en 2025 et qui vise à aider les États membres à instaurer des systèmes d’éducation et de formation résilients et tournés vers l’avenir. Le CdR a adopté un avis sur l’espace européen de l’éducation en mars 2021, qui a fait l’objet d’un communiqué de presse que vous trouverez ici .

Parmi les fonds de l’UE mis à la disposition des États membres pour améliorer l’éducation numérique figurent le programme Erasmus+ , dont le budget est estimé à 26,2 milliards d’euros pour la période 2021-2027 pour soutenir l’éducation, la formation, la jeunesse et le sport dans l’UE, et le Fonds social européen (FSE) , principal instrument de l’UE visant à soutenir l’emploi, à aider les personnes à trouver un meilleur emploi et à garantir des perspectives d’emploi plus équitables pour tous les citoyens de l’UE.

Contact:

Tobias Kolonko

Tél. +32 22822003

tobias.kolonko@ext.cor.europa.eu

Share: