Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
Les dirigeants locaux et régionaux signalent au commissaire Šefčovič qu’ils sont prêts à joindre leurs forces en faveur d’une Union européenne plus résiliente, plus écologique, plus juste et plus numérique.  

Les membres du CdR appuieront la mise en œuvre du programme de travail de la Commission pour 2021 grâce à leur connaissance experte du terrain et de leurs retours d’information sur l’efficacité des mesures de l’Union.

Les dirigeants locaux et régionaux ont demandé aujourd’hui au vice-président de la Commission européenne, Maroš Šefčovič, de tout mettre en œuvre pour atténuer les effets de la pandémie et pour placer les collectivités locales et régionales au cœur du programme de l’Union pour la relance économique. Ils ont fait valoir qu’ils sont prêts à contribuer activement à la conception et à la mise en œuvre des initiatives phares de la Commission, telles que la réponse sanitaire liée à la COVID-19, le pacte pour le climat ou encore la facilité pour la reprise et la résilience.

Ce débat s’est déroulé au cours de la session plénière du CdR, lorsque le vice-président Maroš Šefčovič a présenté le premier rapport de prospective de la Commission en s’attachant au thème de la résilience et au programme de travail de la Commission pour 2021, et notamment aux efforts de l’Union pour contribuer au redressement dans le sillage de la pandémie de COVID-19. Le CdR a également adopté une résolution qui fait valoir la nécessité de tenir compte des disparités locales et régionales causées par la crise et de tirer parti de l’expertise dont disposent les pouvoirs publics locaux et régionaux lors de la conception de la législation de l’Union pour 2021. Les membres du CdR se sont également engagés à prendre une part active à la conférence sur l’avenir de l’Europe afin d’aider à formuler la réponse de l’Union aux défis présents et futurs grâce à des dialogues permanents et structurés avec les citoyens.

Apostolos Tzitzikostas , président du Comité européen des régions, a déclaré: «Je remercie le vice-président Šefčovič de l’excellente coopération et de l’engagement de notre Comité dans les efforts de la Commission européenne visant à atténuer les conséquences de la pandémie. Nous nous réjouissons d’œuvrer avec l’ensemble de l’équipe de la Commission européenne sur des projets concrets en 2021. Le baromètre local et régional du CdR pour 2021 sera un instrument utile pour asseoir la dimension régionale et locale des travaux de la Commission sur l’état de l’Union en 2021 et de la législation dans son ensemble.»

Prenant la parole devant l’assemblée plénière, Maroš Šefčovič , vice-président de la Commission chargé des relations interinstitutionnelles et de la prospective, a prévenu: «L’année prochaine sera une période intense pour l’élaboration des politiques. Il est important que nous travaillions ensemble et tirions le meilleur parti de toutes nos ressources. Les travaux du Comité européen des régions sont essentiels pour s’assurer de faire dûment entendre la voix des collectivités locales, communales et régionales auprès des décideurs politiques européens. À présent, cette démarche importe plus que jamais, lorsque nous nous efforçons de surmonter la crise de la COVID-19, de mettre en mouvement notre relance et de planifier l’avenir que nous souhaitons pour notre Union. Il nous faut traduire les plans nationaux de relance et de résilience en actions concrètes sur le terrain, en suscitant des projets.»

Le CdR s’est également engagé à contribuer au programme de prospective stratégique de la Commission européenne en vue de son rapport pour 2021. En suivant à l’échelon local et régional les dimensions écologique, numérique et socio-économique de la résilience, il mettra en évidence les principales vulnérabilités des villes et des régions européennes, comme il l’a fait au moyen de son premier baromètre local et régional annuel .

Vasco Alves Cordeiro (PT/PSE), membre de l’assemblée législative des Açores et premier vice-président du CdR, a averti: «Partout dans l’Union, y compris dans les régions ultrapériphériques, la crise de la COVID-19 a durement touché tous les secteurs d’activité. Dans un souci de résultat et dans le souci des citoyens que nous servons, il est indispensable, et il s’agit là d’une nécessité inéluctable bien qu’elle n’ait toujours pas été prise en compte, de faire participer les collectivités locales et régionales au processus décisionnel et de les associer aux solutions.»

Les présidents des six groupes politiques du CdR ont mis l’accent sur certains aspects du programme de travail qui revêtent une importance particulière pour leurs membres.

Olgierd Geblewicz (PL/PPE), maréchal de la voïvodie de Poméranie occidentale et président du groupe du Parti populaire européen , a souligné: «Le plan complet pour l’Union européenne de la santé annoncé par la présidente von der Leyen afin de réagir à la crise sanitaire, est essentiel pour renforcer les capacités et la préparation des systèmes de santé des États membres. De nombreuses régions de l’Union européenne, y compris la mienne, la voïvodie de Poméranie occidentale, disposent de compétences importantes dans le domaine de la santé publique, telles que la gestion des hôpitaux et des établissements de soins, tout comme la conception des stratégies de prévention sanitaire. Il est donc capital d’associer les collectivités régionales et locales pour préparer la réponse européenne aux menaces sanitaires graves, y compris les menaces transfrontières. Toute cette connaissance qu’elles ont de la question des soins de santé ne saurait être négligée. Les collectivités locales et régionales disposent des données chiffrées pour mettre en lumière les disparités et les inégalités régionales. Nous devons coordonner conjointement les services et développer les capacités pour protéger nos citoyens avec des ressources et des moyens similaires dans toute l’Europe.»

Christophe Rouillon (FR/PSE), maire de Coulaines et président du groupe du Parti socialiste européen , a déclaré: «Nos territoires affrontent le plus important défi de l’histoire récente, c’est-à-dire de reconstruire en mieux après la pandémie de COVID-19 en rendant les villes et les régions plus durables, plus inclusives et plus démocratiques. Grâce au groupe des socialistes, le Comité européen des régions exprime une position ambitieuse sur le plan social, notamment en respectant les valeurs fondamentales, y compris l’égalité de genre et les droits des personnes LGBTI, et en donnant à 100 000 villes et régions un accès direct aux financements de l’Union dans le cadre du plan de relance et de la politique migratoire.»

Ulrika Landergren (SE/Renew Europe), membre du conseil municipal de Kungsbacka et première vice-présidente du groupe Renew Europe , a déclaré: «La prospective est capitale à chaque échelon de gouvernement. En Suède occidentale, nous sommes en première ligne pour développer les compétences de l’ère numérique. Dans le cadre de notre planification stratégique à long terme, nous avons mis fortement l’accent sur le développement des bonnes compétences pour l’avenir, à l’intention non seulement de notre jeunesse mais aussi de l’ensemble de nos travailleurs, tout comme de nos personnes âgées ou handicapées, afin d’être prêts pour l’avenir et la transition écologique. Nous ne pouvons nous permettre de laisser quiconque de côté alors que notre société ne cesse de se numériser davantage.»

Władysław Ortyl (PL/ECR), maréchal de la voïvodie de Subcarpatie et président du groupe des Conservateurs et Réformistes européens , a déclaré: «Nous vivons des temps extraordinaires et exceptionnels et l’UE devrait s’attacher en priorité à la santé de tous nos citoyens et à remettre nos économies sur les rails. La Commission européenne devrait donner une priorité accrue aux propositions de son programme de travail qui traitent de la pandémie de COVID-19 et qui soutiennent la relance économique et reporter à plus tard ses propositions qui ne servent pas ces objectifs. L’heure n’est pas à de nouvelles exigences bureaucratiques. L’heure est venue de définir les priorités, de faire preuve de souplesse et de coopérer.»

Kieran McCarthy (IE/Alliance européenne), membre du conseil municipal de Cork et président de l’ Alliance européenne , a fait valoir: « Je me félicite de ce que la Commission européenne coopère avec le CdR pour assurer une participation accrue des régions et des villes à la conception et à la mise en œuvre des politiques de l’Union. Pour ce faire, il s’impose de suivre les recommandations de la task-force “Subsidiarité” en appliquant le principe de la subsidiarité active et en généralisant les principes de la gouvernance à niveaux multiples. La participation du CdR à la plateforme “Prêts pour l’avenir” est un pas dans la bonne direction et nous comptons sur le soutien de la Commission européenne pour placer les régions et les villes au cœur des initiatives de relance écologique et numérique.»

Bernd Voss (DE/Les Verts), membre du Parlement du Land de Schleswig-Holstein et coprésident du groupe des Verts , a déclaré: «Nous demandons à la Commission de mettre en œuvre une politique des minorités qui prolonge l’initiative citoyenne européenne “Minority Safepack” visant à protéger les minorités. Plus de 1,3 millions de citoyens en Europe ont soutenu cette initiative et il est temps d’agir.»

Le CdR contribue d’ores et déjà aux travaux législatifs de l’Union pour 2021 dans le cadre de la plateforme «Prêts pour l’avenir» , que ce soit par le truchement des trois de ses six présidents de commission actifs au sein du groupe de réflexion des États membres de cette plateforme ou par celui de son réseau de pôles régionaux (RegHubs), un sous-groupe qui recueille des informations auprès des villes et des régions par la voie de consultations ciblées pour les synthétiser dans des rapports sur la mise en œuvre de politiques choisies de l’Union. En dernier lieu, le CdR a publié le 4 décembre, conjointement avec les associations européennes de territoires, une déclaration politique qui demande aux dirigeants de l’Union européenne d’agir d’urgence pour permettre la relance.

Contact:

Marie-Pierre Jouglain

Mobile +32 473 524 115

mariepierre.jouglain@cor.europa.eu

Galerie Flickr du CdR