Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
Les propositions sur la PAC après 2020 ne permettront pas à l'UE d'atteindre ses objectifs de maintien d'une agriculture familiale et d'un tissu rural vivant  

Réagissant à la proposition sur la politique agricole commune (PAC) après 2020 présentée par la Commission européenne aujourd'hui, Karl-Heinz Lambertz (BE/PSE), Président du Comité européen des régions, a déclaré: "Les coupes drastiques dans le budget consacré au développement rural, l'augmentation du cofinancement pour la politique de développement rural et la sortie du financement du développement rural par la PAC du cadre de la politique de cohésion, ne permettront pas de maintenir l'agriculture sur l'ensemble des territoires et de conserver un tissu rural vivant, afin de répondre à l'objectif de cohésion territoriale inscrit dans le traité de Lisbonne ".

Au-delà de la PAC, il est indispensable selon le Président du CdR de considérer les territoires ruraux dans l'ensemble des politiques européennes: leurs besoins dépassent en effet largement ce que peut faire le pilier du développement rural de la PAC. La Commission doit, en ce sens, assurer un meilleur équilibre territorial via la prise en compte des besoins spécifiques des zones rurales et péri-urbaines, notamment au sein de la politique de cohésion. 

De son côté, le rapporteur du CdR sur l'avenir de la PAC après 2020 , Guillaume Cros (FR/PSE) , Vice-président du Conseil Régional d'Occitanie, a souligné: "Une grande partie des agriculteurs vendent leurs produits à perte et ont un revenu qui n'est pas digne de leur travail. Sans prix agricoles justes, sans reconnaissance économique, les jeunes continueront de se détourner de ce métier. Or le règlement sur l'organisation commune des marchés proposé aujourd'hui par la Commission ne sera pas suffisant pour prévenir les crises sectorielles. La Commission doit proposer aux agriculteurs des outils de régulation des marchés plus efficaces et moins coûteux que le déclenchement de mesures de crises a posteriori ".

Si le Comité se félicite d'une plus juste répartition des paiements directs entre les pays de l'UE et de la mise en place d'un paiement redistributif pour les premiers hectares, il s'interroge sur la portée réelle des propositions de la Commission concernant le plafonnement et la dégressivité. Il demande à la Commission d'évaluer le pourcentage d'aide qui pourrait effectivement être redistribué aux petits agriculteurs dans chaque Etat Membre via ces nouveaux mécanismes de redistribution.

Plus d’informations
Avis du CdR sur " La PAC post-2020 "

Contact:
Nathalie Vandelle
Tél. +32 22822499
nathalie.vandelle@cor.europa.eu