Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
Le Comité européen des régions (CdR) et la Commission ‎ lancent un partenariat pour aider les collectivités locales ‎ à intégrer les migrants et à appliquer le nouveau pacte sur la migration et l’asile  

Le président Tzitzikostas et la commissaire Johansson
ont annoncé cet accord lors de la session plénière du CdR.

La Commission européenne et le Comité européen des régions unissent leurs forces pour développer un nouveau partenariat pour soutenir plus avant l’œuvre d’intégration que mènent les villes et les régions de l’Union européenne. Apostolos Tzitzikostas, président du CdR, et Ylva Johansson, commissaire aux affaires intérieures, ont annoncé ce partenariat aujourd’hui, lors de la session plénière du CdR.

Ce nouveau partenariat pour l’intégration soutiendra les villes et les régions de l’Union européenne selon trois principaux volets d’action:

bâtir un dialogue ouvert et régulier sur l’intégration entre les institutions de l’Union et les collectivités locales et régionales;

renforcer les capacités des collectivités locales et régionales, et favoriser leurs échanges d’expériences;

améliorer la collecte d’éléments de preuve et de données en matière d’intégration au niveau local.

Ce partenariat s’appuiera sur la coopération qu’ont déjà solidement établie la Commission et le Comité dans le cadre de l’initiative «Les villes et les régions pour l’intégration des migrants» qu’a lancée ce dernier en 2019 afin de procurer aux maires et aux dirigeants des régions en Europe une plateforme politique pour échanger des informations et mettre en valeur les exemples positifs d’intégration des migrants et des réfugiés.

Apostolos Tzitzikostas (EL/PPE), président du Comité européen des régions et président de la région de Macédoine centrale, a déclaré: «La migration n’est pas un problème qui ne touche qu’une poignée d’États membres, c’est une affaire qui concerne l’Union européenne dans son ensemble . L’Union doit aider les régions, les villes et les îles, telles que Lesbos, Lampedusa ou les Canaries, qui se trouvent en première ligne pour assurer une aide, une intégration et d’autres services aux migrants nouvellement arrivés. Alors que les collectivités locales ont mis en place de nombreuses mesures pratiques efficaces et novatrices en matière d’intégration, elles continuent, notamment lorsqu’il s’agit de petites villes et de zones rurales, de se heurter à des difficultés pour accéder aux financements, aux données et aux connaissances. Le partenariat soutiendra leurs efforts et montrera concrètement que l’Union se trouve à leurs côtés pour relever les nombreux défis qu’elles affrontent».

La commissaire Johansson a ajouté: «L’intégration se joue dans chaque village, chaque ville, chaque région où les migrants vivent, travaillent, étudient et s’engagent, par exemple, dans des activités sportives. Les collectivités locales et régionales fournissent des services essentiels en matière de santé, de logement et d’éducation. Elles organisent des activités sportives et culturelles qui permettent aux nouveaux arrivants de rencontrer d’autres personnes et de nouer des relations. Je me réjouis d’œuvrer plus étroitement encore avec le Comité européen des régions pour soutenir les villes et les régions dans leurs efforts d’intégration.»

Mark Speich (DE/PPE), secrétaire d’État pour les affaires fédérales et européennes et les questions internationales du Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie et président de la commission de la citoyenneté, de la gouvernance et des affaires institutionnelles et extérieures (CIVEX) du CdR, a fait valoir que «les collectivités locales et régionales jouent un rôle central dans l’inclusion sociale et la solidarité; c’est pourquoi je me réjouis vivement de ce que la Commission européenne reconnaît qu’elles sont des acteurs essentiels et qu’elle entend donc, au lieu d’œuvrer en parallèle, placer les municipalités et les régions au cœur des programmes de l’Union» .

Le CdR s’accordera sur ses recommandations relatives au nouveau pacte sur la migration et l’asile lors de sa session plénière en mars 2021. La rapporteure du CdR pour ce dossier, Antje Grotheer (DE/PSE), vice-présidente de l’Assemblée civile de la ville de Brême, a déclaré: «L’accueil des migrants et des réfugiés n’est ni l’alpha ni l’oméga de la question migratoire. C’est pourquoi le plan d’action en faveur de l’intégration et de l’inclusion s’intègre pleinement dans une approche globale de la migration qui place les collectivités locales et régionales au centre des mesures pour lutter contre la discrimination, favoriser l’intégration et assurer aux migrants l’égalité d’accès aux biens et aux services publics. Les sociétés inclusives sont non seulement plus justes mais aussi plus prospères, et tout commence par l’action sur le terrain.»

CONTEXTE

Le président du Comité européen des régions a constaté que la proposition de la Commission relative à un nouveau pacte sur la migration et l’asile constitue une initiative «opportune et nécessaire» qui, une fois approuvée, permettrait de construire des communautés résilientes et de gérer la migration. Il a pris la parole lors d’un débat au cours duquel la commissaire Ylva Johansson a pressé les villes et les régions d’utiliser le surcroît de financements de l’Union disponibles pour soutenir l’intégration des immigrants.

Ce nouveau pacte sur la migration et l’asile , d’abord présenté en septembre 2020, comporte un élément central, le plan d’action en faveur de l’intégration et de l’inclusion pour la période 2021-2027 , élaboré au mois de novembre suivant. Dans son prochain budget à long terme, l’Union européenne prévoit de financer bien plus largement des projets et des programmes en faveur de l’intégration au cours la période 2021-2027.

En mars 2019, le CdR a lancé l’initiative «Les villes et les régions pour l’intégration» (#regions4integration) visant à rassembler les villes et les régions qui souhaitent faire connaître leurs expériences des politiques d’intégration et s’informer plus avant des possibilités d’obtenir des financements de l’Union pour leurs travaux d’inclusion des migrants au sein des communautés et des économies locales.

La tranche de financements la plus récente mise à disposition par l’Union européenne , d’un montant total de 37,2 millions d’euros, a été rendue publique à la fin du mois de novembre et soutiendra les projets visant à aider les enfants migrants et les victimes de la traite, à faciliter l’accès aux services de base, à faire participer les migrants à la conception et à la mise en œuvre des politiques d’intégration et à soutenir le développement de partenariats multipartites.

Pour plus d’informations:

Les photographies de la 141 e  session plénière du Comité européen des régions sont disponibles dans la galerie Flickr du CdR .

Contact:

Andrew Gardner

Tél. +32 473 843 981

andrew.gardner@cor.europa.eu