Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
Sommet sur la transformation écologique: le rôle crucial des régions spécialisées dans l’industrie automobile  

Des responsables politiques issus des régions de production automobile se sont entretenus avec Johannes Hahn, commissaire européen au budget, avec des membres de la commission de la politique de cohésion territoriale (COTER) du Comité européen des régions (CdR), ainsi qu’avec des représentants de l’industrie automobile, afin de débattre du rôle que jouent ces mêmes régions dans la réussite de la transformation écologique. Cet événement s’est tenu le 14 octobre dans le cadre de la Semaine européenne des régions et des villes (cliquez ici pour en visionner l’enregistrement).

La pandémie vient frapper les secteurs de l’automobile et des équipementiers au moment même où ceux-ci engagent des investissements massifs dans la transformation écologique. Cette année, les ventes de véhicules ont accusé une chute de 32 %, qui a entraîné de lourdes suppressions d’emplois dans les régions spécialisées dans l’industrie automobile. Le pacte vert pour l’Europe et le budget de l’UE joueront un rôle déterminant pour aider ces régions et ce secteur à mener à bien cette transformation.

Dans son discours prononcé en ouverture du sommet sur la transformation écologique, le commissaire Johannes Hahn a souligné que « les régions d’Europe sont au cœur des transitions écologique et numérique et du plan de relance de l’Union européenne. Ce sont les PME, les chaînes de valeur européennes et les industries présentes sur notre continent qui favoriseront l’innovation, créeront des emplois et stimuleront la croissance économique en Europe ».

Christopher Drexler (AT/PPE), président du groupe interrégional du Comité des régions sur l’avenir de l’industrie automobile (CoRAI) et ministre du gouvernement régional de Styrie, a souhaité la bienvenue aux participants et fait observer que « les secteurs de l’automobile et des équipementiers, tout comme les régions d’Europe qui les abritent, ont été brutalement plongés dans une situation dramatique. Les régions européennes doivent unir leurs forces pour être les fers de lance de cette transformation impérative. Elles en sortiront, espérons-le, encore plus fortes. Innovation et coopération internationale ont toujours été la clé du succès de la Styrie, région spécialisée dans la recherche et le développement pour le secteur automobile. Aux côtés d’autres régions européennes de production automobile, nous puiserons dans cette force d’innovation pour sortir de cette crise et créer de nouveaux emplois ».

« Afin de limiter autant que possible les préjudices pour l’emploi et la compétitivité industrielle, l’Union européenne doit contribuer à moderniser et à rénover les usines existantes sur le continent, de manière à ce que ce secteur réussisse sa transformation dans le droit fil du pacte vert », a ajouté Francisco Igea Arisqueta (ES/Renew Europe), vice-président du gouvernement régional de Castille-et-León. « Ce sont des dizaines de milliers d’emplois dans la région de Castille-et-León, et même plusieurs millions dans toute l’Europe, qui dépendent de l’industrie automobile. »

María Victoria Chivite Navascués (ES/PSE), présidente du gouvernement régional de Navarre, conduit sa région sur le chemin de la mobilité électrique: « La Navarre s’est muée en une zone de test idéale pour l’automobile, en orientant les capacités de ce secteur industriel vers le développement des véhicules électriques et de leurs composants, ainsi qu’en favorisant la conception et la mise en œuvre de nouvelles solutions de mobilité sur son territoire. »

Il existe plus d’une voie vers la mobilité verte. « L’objectif doit être de parvenir à une réduction effective des émissions, et non de privilégier certaines technologies par rapport à d’autres », a déclaré Francisco Igea Arisqueta . Jonas Strömberg (Scania) a donné un exemple concret: « Saviez-vous que les déchets produits par 1 000 personnes peuvent alimenter un bus en carburant pendant un an? Pour y parvenir, il est essentiel de mettre en place une procédure de passation de marchés régionaux et urbains qui soit davantage axée sur les systèmes. »

József Berényi (SK/PPE), vice-président de la région autonome de Trnava, a plaidé en faveur d’une coopération étroite entre l’industrie et les régions: « En ce qui concerne le secteur automobile dans la région de Trnava, nous estimons que la coopération entre le gouvernement régional, les entreprises et l’industrie est primordiale, notamment en cette période de crise de la COVID-19. La croissance de la compétitivité de la production automobile, la numérisation et l’innovation jouent toutes un rôle fondamental pour parvenir à un avenir durable. »

« L’industrie des équipementiers automobiles est porteuse de solutions indispensables pour que la transformation écologique et numérique de la mobilité devienne une réalité. Si la COVID-19 a accéléré cette mutation, elle a par ailleurs suscité une forte pression supplémentaire, notamment sur les niveaux d’emploi. L’Europe a besoin d’un écosystème solide dans le domaine automobile si elle veut rester compétitive et poursuivre la réalisation d’objectifs ambitieux sur le plan de l’environnement, du numérique et de la sécurité routière. Il nous faut à tous les niveaux – régional, national et européen – un cadre politique qui soit “ouvert à la technologie” et qui soutienne autant que possible l’innovation », a résumé Sigrid de Vries , secrétaire générale du Comité de liaison de la construction d’équipements et de pièces d’automobiles (CLEPA).

Note à l’intention des journalistes:

Le groupe interrégional du Comité européen des régions sur l’avenir de l’industrie automobile ( CoRAI ) réunit plus de 30 responsables politiques issus des régions de production automobile dans le but de promouvoir la coopération entre les collectivités locales et régionales.

Contact:

David Crous

Tél. +32 470881037

david.crous@cor.europa.eu

Carmen Schmidle

Tél. +32 494735787

carmen.schmidle@cor.europa.eu