Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
Les villes et les régions accordent leurs positions sur l’avenir de la politique agricole commune  

Les gouvernements locaux accordent leurs vues sur la réforme à venir de la politique agricole commune (PAC), qui représente 38 % du budget total de l’Union européenne. La commission NAT souhaite un meilleur équilibre entre les paiements directs et le développement rural, et préconise de réguler les marchés agricoles pour empêcher pénuries ou excédents structurels. Les membres de la commission NAT demandent une réorientation de la politique commerciale agricole de l’Union vers l’exportation de produits à haute valeur ajoutée et une répartition plus équitable des marges entre les producteurs et les acteurs des filières d’approvisionnement.

 

Plus de 80 membres du Comité européen des régions se sont réunis à Palma de Majorque à l’occasion de la réunion de la commission des ressources naturelles (NAT) de l’assemblée de l’Union européenne des collectivités locales et régionales. La réunion était présidée par Mme Francina Armengol (ES/PSE), présidente de la communauté autonome des îles Baléares et présidente de la commission NAT. Mme Armengol, qui préside cette commission depuis un an, a déclaré: «C’est un honneur pour moi de présider la commission NAT, qui traite de questions aussi essentielles pour les territoires que l’agriculture, le développement rural, la protection civile, les affaires maritimes ou le tourisme – autant de thématiques fondamentales qui figuraient à notre ordre du jour, ici, à Palma.» Elle a ajouté que «l’avis sur la PAC après 2020 s’inscrit dans la droite ligne de nombreuses décisions de la Communauté autonome des îles Baléares, ainsi que de demandes que nous avons faites pour insuffler un réel changement dans les politiques agricoles. Nous nous félicitons de l’adoption de ce projet d’avis qui prend également en compte les spécificités des îles».

 

M. Guillaume Cros (FR/PSE), vice-président du conseil régional d’Occitanie, est le rapporteur sur le thème de l’avenir de la PAC après 2020. M. Cros a déclaré à ce propos: «Sans un revenu d’abord assuré par des prix agricoles justes et stabilisés, sans une plus juste répartition du soutien public entre exploitations et entre États membres, sans une plus grande durabilité des modes de production, et sans un effort accru pour le développement rural, l’Union ne pourra garantir la pérennité d’exploitations agricoles prospères à taille humaine, faire face aux défis environnementaux et de santé publique, développer des territoires ruraux vivants et renforcer la cohésion de l’Union européenne.»

 

Le projet d’avis adopté sur la PAC plaide en faveur d’un agenda rural qui donne la priorité au développement rural conformément aux objectifs de cohésion territoriale et qui garantisse un meilleur équilibre entre paiements directs et mesures de développement rural. Les membres ont pour objectif d’améliorer les perspectives de revenu des agriculteurs fondées sur le marché et de rendre les filières alimentaires plus équitables. Le texte final devrait être adopté lors de la session plénière des 12 et 13 juillet prochains. Il représentera la contribution institutionnelle du CdR en amont de la publication par la Commission européenne de sa communication sur la modernisation de la PAC, qui doit être publiée avant la fin de cette année.

 

M. Anthony Buchanan (UK/AE) , membre du conseil d’East Renfrewshire (Écosse), a vu l’adoption de son projet d’avis sur la gouvernance internationale des océans. La commission NAT rappelle que les cadres réglementaires qui s’appliquent aux océans, comme ceux portant sur la pêche et l’exploitation, affectent les communautés côtières en les mettant face à des défis qu’elles ne sont pas en mesure de relever. Le CdR demande la tenue d’un dialogue structuré sur la gouvernance des océans associant la Commission, le Conseil et le Parlement afin d’élaborer de manière conjointe de nouvelles initiatives stratégiques dans le domaine marin.

 

En réaction directe aux récents tremblements de terre qui ont frappé l’Italie, la commission NAT a adopté un projet d’avis intitulé «Une politique européenne pour la mise à niveau sismique du patrimoine», présenté par M. Vito Santasiero (IT/PSE), membre du Conseil régional de Basilicate. Il invite la Commission européenne à proposer un plan d’action pour la mise à niveau sismique du patrimoine immobilier et des infrastructures, et enjoint les États membres à faire de la mise à niveau sismique des bâtiments existants l’une des priorités de leurs programmes opérationnels pour leur développement régional. Les membres de la commission NAT soulignent la nécessité de consacrer à cette fin des ressources financières, notamment au moyen d’instruments d’incitation adéquats pour les activités de prévention du risque sismique. Le 24 mai dernier, une délégation du CdR menée par M. Markku Markkula, son président, s’est rendue dans les régions italiennes touchées par les tremblements de terre de 2009 et de 2016 afin de mieux comprendre la manière de rendre l’aide de l’Union plus efficace. Au cours de la dernière décennie, les catastrophes naturelles ont coûté la vie à plus de 80 000 personnes et entraîné plus de 95 milliards d’euros de dépenses au sein de l’UE.

 

Un échange de vues a eu lieu à propos du document de travail sur le «Plan d’action pour une stratégie maritime dans la région atlantique – Pour une croissance intelligente, durable et inclusive» présenté par M. Jeremy Lundy (IE/AE) , son rapporteur, lequel a rappelé qu’aucun financement spécifique n’était prévu dans le plan d’action pour l’Atlantique. En février dernier, la Commission européenne a demandé au CdR de rendre un avis sur la révision à mi-parcours du plan d’action, prévu pour la fin de cette année.

 

La commission NAT a désigné les rapporteurs des trois prochains avis: M. Samuel Azzopardi (MT/PPE) sur le développement durable de l’économie bleue dans la Méditerranée occidentale, M. Xamuel Gonzalez Westling (SE/PSE) sur le développement de politiques de désinstitutionnalisation et M. Enda Stenson (IE/AE) sur le thème «Revitaliser les zones rurales grâce aux villages intelligents».

 

La prochaine réunion de la commission NAT aura lieu au mois de septembre à Bruxelles et comprendra un débat sur l’avenir de l’Europe, qui viendra alimenter l’avis du CdR sur cette thématique qu’élaborent actuellement M. Markku Markkula, président du CdR, et M. Karl-Heinz Lambertz, premier vice-président.

 

Pour plus d’information:

Pour télécharger des photos de la réunion, cliquez ici.

Les documents de la réunion de la commission NAT peuvent être téléchargés ici.


Contact:
David Crous

david.crous@cor.europa.eu

+32 (0) 470 88 10 37