Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
Les défis démographiques auxquels l’Europe est confrontée exigent des solutions locales  

Les dirigeants régionaux et locaux demandent instamment aux institutions de l’UE de collaborer étroitement avec les gouvernements locaux afin de contrer les conséquences territoriales et socio-économiques de l’évolution démographique.

Dans un débat avec Dubravka Šuica, vice-présidente de la Commission européenne chargée de la démocratie et de la démographie, les dirigeants locaux et régionaux de l’Europe ont exhorté les institutions de l’UE à collaborer étroitement avec les gouvernements locaux afin de contrer les conséquences territoriales et socio-économiques de l’évolution démographique. Étant donné que la population diminue dans plus de 40 % des régions de l’UE, le Comité européen des régions appelle à intégrer la dimension démographique dans toutes les politiques de l’UE ainsi que dans le débat sur l’avenir de l’Europe.

Le rapport sur les conséquences de l’évolution démographique récemment publié par la Commission européenne reconnaît qu’«il est souvent préférable d’aborder ces questions aux niveaux local et régional». Il souligne également le lien étroit qui existe entre l’évolution démographique et la double transition écologique et numérique et indique que l’évolution démographique peut entraîner une «perte de confiance dans notre démocratie» dans les régions touchées par un déclin de population. À long terme, la diminution de la population en âge de travailler est susceptible de peser sur les budgets publics et d’avoir une incidence négative sur les perspectives géopolitiques et la position de l’Europe dans le monde.

S’exprimant à l’occasion de la session plénière du Comité européen des régions du 1 er  juillet, Dubravka Šuica , vice-présidente de la Commission européenne, a déclaré: «Nous devons permettre aux régions les plus touchées par l’évolution démographique de maintenir et d’améliorer la qualité de vie et nous doter des outils nécessaires pour trouver des solutions novatrices. Nous sommes déterminés à soutenir et à accompagner les personnes au cours du processus de changement, en offrant des possibilités concrètes et en veillant à ce que personne ne soit laissé pour compte.»

Apostolos Tzitzikostas , le président du Comité européen des régions, a quant à lui déclaré que «la pandémie de COVID-19 a mis en évidence la nécessité de penser et d’agir de manière stratégique en ce qui concerne l’évolution démographique et ses incidences territoriales et socio-économiques graves sur le long terme. Elles peuvent même donner lieu à la mise en place d’une «géographie du mécontentement», alimentant les mouvements extrémistes et les opinions anti-européennes dans certaines régions qui souffrent du déclin démographique et de la fuite des cerveaux, ce qui aboutit à une polarisation du système démocratique. Étant donné que les collectivités régionales et locales disposent de nombreuses compétences juridiques sur les questions démographiques, notre Comité est prêt à soutenir les initiatives de la Commission visant à lutter contre ce phénomène et à améliorer la vie des citoyens dans les régions, les villes et les villages de l’UE.»

Le Comité européen des régions présentera, lors de sa prochaine session plénière d’octobre, ses propositions visant à contrer les effets négatifs du changement démographique dans les régions de l’UE. Le projet d’avis, qui est en cours d’élaboration , attire l’attention sur le fait que le vieillissement de la population européenne, les faibles taux de natalité et la répartition de plus en plus inégale de la population appellent une réponse politique cohérente à tous les niveaux de gouvernance et dans toutes les politiques de l’Union. Il insiste particulièrement sur le lien entre l’évolution démographique et l’amélioration des conditions de vie partout.

Le rapporteur, János Ádám Karácsony (HU/PPE), membre du gouvernement local de Tahitótfalu, a déclaré: «Les conséquences de l’évolution démographique vont se faire sentir sur le long terme, il est dès lors très important d’examiner les solutions qui ont été appliquées par le passé et de réfléchir à celles que nous pouvons trouver maintenant. Dans notre manière d’envisager la démographie de l’Europe, nous devons prendre en considération différents aspects tels que le vieillissement ou l’allongement de l’espérance de vie, le dépeuplement des zones rurales, la migration interne et externe, la fuite des cerveaux, ainsi que l’évolution des schémas de fécondité et des intentions parentales.»

Pour de plus amples informations:

La Commission européenne a publié, le 17 juin dernier, le rapport sur les conséquences de l’évolution démographique , assorti d’une série de statistiques détaillées sur la situation dans chaque État membre, ainsi que d’autres cartes et données au niveau de l’UE. Pour 2021, la Commission prévoit également de présenter un livre vert sur le vieillissement et une vision à long terme pour les zones rurales. En outre, en octobre 2020, le baromètre régional et local annuel du CdR fournira également des chiffres et des cartes sur la démographie et les régions.

Les défis démographiques graves qui touchent l’Union européenne sont présents sur de nombreux territoires de l’UE et se manifestent à travers une combinaison de trois tendances: une diminution de la population, un vieillissement de la population (avec une augmentation du taux de dépendance) et faible taux de natalité. Plus de 40 % des régions européennes perdent de leur population et celle des régions à prédominance rurale devrait diminuer de 7,9 millions d’ici à 2050. Dans le même temps, la population de l’UE est celle qui a la moyenne d’âge la plus élevée dans le monde et, d’ici à 2070, l’Europe ne devrait représenter que 4 % de la population mondiale. La part de l’Europe dans le PIB mondial est elle aussi en constante diminution.

La pandémie de COVID-19 a particulièrement touché la frange âgée de la population européenne, ce qui témoigne de la nécessité de disposer de soins de santé et de soins de longue durée de qualité, accessibles et abordables. La crise actuelle a également souligné l’importance de combler la fracture numérique et de mettre en place des infrastructures numériques solides.

Dans sa résolution sur le programme de travail de la Commission européenne pour 2021 , le Comité européen des régions demande à la Commission de présenter une évaluation scientifique de l’impact de la pandémie de COVID-19 sur l’évolution démographique et de veiller à ce que les décisions futures soient adaptées aux spécificités et aux besoins locaux. Il souligne également le rôle d’une éducation et d’une formation de haute qualité accessibles en réponse aux changements démographiques et à la fuite des cerveaux, et, à cet égard, soutient le déploiement d’un  espace européen de l’éducation d’ici 2025, en synergie étroite avec l’Espace européen de la recherche.

Contact:

Lauri Ouvinen

Tél. +32 473536887

lauri.ouvinen@cor.europa.eu