Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
Mettre l’accent sur la dimension locale pour mieux relier l’UE et les jeunes  

Dans son avis sur le corps européen de solidarité et la nouvelle stratégie européenne en faveur de la jeunesse, le Comité européen des régions (CdR) souligne qu’une interaction accrue avec les échelons local et régional s’impose pour parvenir à un véritable engagement des jeunes en Europe. Les collectivités locales et régionales soutiennent par ailleurs que la valeur ajoutée du corps européen de solidarité sera plus importante si les projets sont en adéquation avec les besoins des communautés locales.

La nouvelle stratégie européenne en faveur de la jeunesse élaborée par la Commission européenne propose de renforcer le dialogue avec les jeunes et de mettre en place un coordonnateur européen des activités relatives à la jeunesse par l’intermédiaire duquel celle-ci pourra faire entendre sa voix dans le cadre du processus décisionnel de l’UE. Dans un avis élaboré par Matteo Bianchi (IT/ECR), maire de Morazzone, le CdR souligne la nécessité d’introduire une dimension liée à la jeunesse dans toutes les politiques pertinentes de l’Union, en s’appuyant fortement sur les organismes locaux et régionaux publics et privés, dans la mesure où ils sont les mieux placés pour saisir les besoins réels du terrain en matière sociale.

«Notre objectif doit être de parvenir à un véritable engagement des jeunes, qui reflète la diversité des points de vue existant dans l’ensemble des villes et régions d’Europe. C’est pourquoi nous avons besoin du dialogue structuré avec la jeunesse, afin d’inclure également le niveau local et régional. En sa qualité de porte-parole des villes et des régions d’Europe, le CdR est prêt à contribuer à la réalisation de cet objectif», affirme M. Bianchi.

Le corps européen de solidarité est une initiative qui a été lancée en 2016 et fait actuellement l’objet d’un programme séparé doté d’une enveloppe de 1,26 milliards d’EUR dans le prochain budget à long terme de l’UE. Cette initiative donne la possibilité aux jeunes de se porter volontaires ou de travailler dans le cadre de projets organisés dans leur pays ou à l’étranger et destinés à aider des communautés et des personnes dans toute l’Europe.

«Les besoins et les attentes des communautés locales devraient constituer un critère de qualité important pour déterminer les projets éligibles au titre du corps européen de solidarité. Il est indispensable d’assurer un dialogue continu avec les organisations déjà actives dans le secteur et avec les organismes locaux et régionaux opérant dans le domaine de la solidarité», souligne M. Bianchi.

Afin de rendre le corps européen de solidarité plus efficace et d’améliorer les futures perspectives d’emploi des jeunes volontaires, le CdR formule les propositions suivantes:

les États membres pourraient prendre des initiatives d’allégements ou d’avantages fiscaux ayant une fonction de récompense afin de soutenir les projets solidaires;

il y a lieu d’introduire une délimitation claire entre le profil de «volontariat» et celui d’«emploi» dans le cadre du corps européen de solidarité afin d’éviter les formes de travail précaire ou non rémunéré;

à la fin d’une activité, tous les participants devraient se voir délivrer un certificat spécifique du corps européen de solidarité décrivant les compétences acquises;

lors de l’attribution du label de qualité aux projets, il convient de mettre en valeur les activités de volontariat les plus originales et les plus efficaces (par exemple celles effectuées en collaboration et en synergie avec des associations sportives), qui sont à même de pousser les jeunes à conserver toute leur vie des engagements de nature solidaire.

L’avis de M. Bianchi sera adopté lors de la session plénière du CdR , le mercredi 5 décembre.

Contact:

Lauri Ouvinen

Tél.: +32 22822063

lauri.ouvinen@cor.europa.eu

Share: