Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
Message des régions et des villes de l’UE à Angela Merkel: ‎ nous sommes déterminées à œuvrer ensemble pour bâtir une Europe ‎ plus résiliente, plus démocratique, plus durable et plus humaine  
 ​

Au cours de la session plénière d’octobre, M me Angela Merkel, la chancelière allemande,
a débattu de l’impact de la crise de la COVID-19 et de l’avenir de l’Europe
avec les membres du Comité européen des régions.

M. Apostolos Tzitzikostas, président du Comité européen des régions, a accueilli M me Angela Merkel, chancelière de la République fédérale d’Allemagne, lors de la session plénière du Comité européen des régions (# CoRplenary), le 13 octobre dernier. La chancelière allemande a présenté les priorités de la présidence allemande de l’UE, débattu du rôle des collectivités locales et régionales dans la relance de l’Europe et procédé à un échange de vues avec les membres du CdR sur l’avenir de l’Europe (voir le débat enregistré ici ).

En réponse aux principales attentes des régions et des villes à l’égard de la présidence allemande, M. Tzitzikostas (voir son discours ) a déclaré: «300 régions et 90 000 municipalités sont les fondements démocratiques de l’UE et son filet de sécurité. En tant que dirigeants locaux et régionaux, nous sommes en première ligne pour lutter contre la pandémie. Nous travaillons sans relâche pour contenir le virus, aider les plus vulnérables, protéger nos communautés et préserver les économies et les emplois locaux. Nos citoyens nous considèrent comme le niveau de gouvernance le plus fiable et le plus efficace. Si l’Europe désire mieux communiquer avec les citoyens des territoires et trouver des solutions concrètes à leurs besoins, les dirigeants régionaux et locaux doivent avoir davantage leur mot à dire dans le processus décisionnel de l’UE».

La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré : «Vos perspectives, vos expériences et votre engagement sont précisément ce dont l'Europe a besoin pour traverser cette période difficile de manière solidaire et pour assumer ses responsabilités sur le terrain. Sans vous, nous, chefs d’État et de gouvernement, ne pouvons pas faire grand-chose - tout aussi peu que sans les citoyens européens. Par conséquent, j'adresse mes remerciements à tous ceux qui prennent au sérieux leurs responsabilités dans les régions et les municipalités. Surmonter la crise est une tâche herculéenne qui sera d'autant plus réussie si en Europe nous unissons nos forces ''. *

«La pandémie a montré les limites de l’Europe bidimensionnelle actuelle, fondée uniquement sur les États membres et Bruxelles» , a poursuivi le président Tzitzikostas. «Nous avons besoin d’une Maison de la démocratie européenne tridimensionnelle, dans lesquelles tous les niveaux de gouvernement – européen, national, régional/local – travaillent ensemble pour les citoyens et au plus près des citoyens. Nous croyons dans la devise allemande «Gemeinsam – Ensemble». Ensemble, nous pouvons construire une Europe plus résiliente, plus démocratique, plus durable et plus humaine.»

Christophe Rouillon, maire de Coulaines et président du groupe PSE au CdR s'est adressé à la chancelière allemande:

"Je sollicite votre appui au Conseil Européen pour qu'une approche décentralisée soit transposée au niveau européen, en particulier dans la mise en œuvre du plan de relance de 750 milliards et de la gouvernance économique de l'Union. Le Semestre européen ne doit plus être une "boîte noire" anti-démocratique sans l’implication du Parlement européen et du Comité européen des régions. C’est dans l'intérêt de l’UE et des États de s'appuyer sur la force d'investissement des régions et des communes de toute l‘Europe".

CONTEXTE:

Les villes et régions d’Europe demeurent aux avant-postes de la lutte contre la pandémie de COVID-19. Les collectivités locales et régionales ont dû réagir rapidement pour apporter un soutien aux citoyens les plus vulnérables et aux entreprises locales. La crise de la COVID-19 a touché chaque région, chaque ville et chaque communauté locale en Europe, mais chacune de manière différente, comme en témoignent aussi les conclusions du baromètre régional et local annuel présenté par le CdR au début de cette semaine. Fidèle à sa devise «Ensemble pour la relance de l’Europe» , la présidence allemande du Conseil de l’Union européenne s’attachera dans l’immédiat à surmonter la pandémie de COVID-19 en luttant contre la propagation du virus, en soutenant la relance de l’économie européenne et en renforçant la cohésion sociale en Europe. La proximité des citoyens tout au long de la crise a démontré la nécessité pour les collectivités locales et régionales de jouer un rôle central dans la prise de décision afin de garantir une reprise économique réussie et équitable.

Dans le contexte de la conférence sur l’avenir de l’Europe, la pandémie a également renforcé l’urgence de placer les collectivités locales et régionales au cœur de l’action de l’UE, en la rendant plus démocratique, plus transparente, plus proche et mieux à même de répondre aux besoins de ses citoyens. Un récent sondage (voir ici ) effectué par Kantar montre que dans chaque pays, une très grande majorité de citoyens estime que les collectivités locales et régionales ont trop peu d’influence au niveau de l’UE et qu’une majorité absolue estime qu’accorder une plus grande influence aux collectivités locales et régionales aurait une incidence positive sur la capacité de l’UE à résoudre les problèmes.

Note aux éditeurs:

* Ceci est une traduction de courtoisie faite par le Comité européen des Régions. Veuillez faire référence au discours original .

Contact:

Michele Cercone

Porte-parole du président

Tél.: +32 (0)498 982 349

Michele.Cercone@cor.europa.eu