Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
La «nouvelle méthode de travail» de l’Union européenne, grâce à un vaste dialogue à long terme avec les citoyens : ‎ quelles sont les prochaines étapes?  

À l’occasion du Sommet européen des régions et des villes organisé à Bucarest les 14 et 15 mars derniers, Karl-Heinz Lambertz, président du Comité européen des régions (CdR) et Luca Jahier, président du Comité économique et social européen (CESE), ont à nouveau invité les institutions européennes à collaborer pour mettre au point, au cours de leur prochain mandat (2019-2024), un « mécanisme de consultation structuré et permanent de l’Union européenne »  visant à faire entendre les voix des citoyens, des villes, des régions et de la société civile.

Ces dernières années, les institutions européennes, nationales et locales se sont toutes efforcées d’encourager la participation des citoyens afin d’améliorer la qualité, la transparence et l’acceptation des processus d’élaboration des politiques de l’Union européenne. Aujourd’hui, les présidents des deux organes consultatifs de l’Union, Luca Jahier (Comité économique et social européen) et Karl-Heinz Lambertz (Comité européen des régions), ont réitéré leur appel adressé au Parlement, à la Commission et au Conseil européen, les invitant à mettre au point un mécanisme commun et permanent pour les «consultations citoyennes européennes».

« L’Union européenne a besoin, plus que jamais, de voir renaître ses idées et valeurs fondamentales. Nous devons notamment revoir la manière dont les institutions européennes répondent aux préoccupations des citoyens et les associer de façon plus directe au processus de décision. Les organisations de la société civile peuvent jouer un rôle déterminant dans cette renaissance; elles se tiennent d’ores et déjà prêtes à entamer un nouveau dialogue avec les citoyens », a affirmé Luca Jahier .

« La démocratie commence au sein de nos régions et de nos villes. Les élus locaux sont les plus proches de la population et entretiennent des relations quotidiennes avec les citoyens. J’invite les dirigeants locaux de tous les États membres de l’Union à consentir un effort plus concerté pour organiser un débat annuel au caractère véritablement européen. Ce débat devrait être axé sur des thèmes décisifs et nourrir les discussions au niveau européen, notamment par le biais d’un appel à l’action. Si nous voulons davantage de démocratie en Europe, l’écoute ne suffit pas », a déclaré Karl-Heinz Lambertz .

Les deux présidents ont pris la parole le 15 mars, à l’occasion du Sommet européen des régions et des villes de Bucarest, organisé conjointement par le CdR et la présidence roumaine de l’UE, auquel ont pris part plus de 700 maires et représentants élus de gouvernements et de parlements régionaux. Depuis 2015, le CdR a organisé plus de 200 dialogues qui ont rassemblé 40 000 citoyens issus de 27 États membres. Le CESE a quant à lui noué un dialogue avec plus de 1 000 représentants d’organisations de la société civile à l’occasion de 27 consultations nationales.

Contexte

Les 13 et 14 décembre 2018, le Conseil européen a examiné les résultats de 1 700 consultations et dialogues citoyens sur «l’avenir de l’Europe» organisés par les gouvernements nationaux. Les présidents Jahier et Lambertz ont été les premiers à réagir, proposant de mettre en place un «mécanisme permanent pour des consultations et des dialogues structurés avec les citoyens». Les parlements et assemblées régionaux, les collectivités locales et les organisations de la société civile prendraient part à ce mécanisme, en vue d’exercer une influence régulière sur le cycle politique de l’Union. Les institutions européennes se penchent actuellement sur ce projet, l’objectif étant de le lancer à la fin de l’année prochaine.

Pour plus d'informations:

Un mécanisme permanent de l'UE pour des consultations et des dialogues structurés avec les citoyens
8e édition du Sommet européen des régions et des villes

  

Contact:
Nathalie Vandelle
Tél. +32 22822499
nathalie.vandelle@cor.europa.eu