Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
EU funding can multiply the benefits of green infrastructure in regions and cities  
La restauration des habitats naturels permet de réduire le risque de catastrophes ‎ et d’améliorer le bien-être des citoyens

Préserver le capital naturel de l’Europe et restaurer la nature dans les environnements urbains peut améliorer la santé et le bien-être des citoyens, favoriser l’adaptation au changement climatique et réduire le risque de catastrophes naturelles comme les inondations dans les régions et les villes européennes. Les solutions fondées sur la nature sont également indispensables pour mettre en œuvre les directives de l’Union sur la nature. Le 29 mai, lors de la présentation de leurs solutions dans le contexte de la plateforme d’échange de connaissances (PEC), diverses régions et villes européennes ont souligné l’importance d’un solide financement de l’UE et de la coopération transfrontalière.

Karl-Heinz Lambertz , président du Comité européen des régions (CdR), a ouvert ce séminaire organisé conjointement par le CdR et la direction générale de la recherche et de l’innovation (DG RTD) de la Commission européenne, avec le soutien du réseau ERRIN et d’ICLEI. Il a plaidé en faveur d’un budget de l’Union ambitieux, qui permettrait de fournir aux villes et aux régions des ressources appropriées pour faire avancer la recherche et l’innovation.

«Il est temps maintenant de passer à la vitesse supérieure en matière d’investissements et d’innovation, et de développer les infrastructures vertes en utilisant nos ressources naturelles comme première ligne de défense afin de réduire les émissions et de protéger la biodiversité. Le changement dont nous avons besoin se produira dans nos régions, nos villes et nos villages. Mais il ne pourra se faire sans investissements. C’est pourquoi, tout en me félicitant de l’augmentation proposée des investissements de recherche et d’innovation dans le prochain budget de l’UE, je suis extrêmement préoccupé par la réduction de 10 % du budget alloué à la politique de cohésion», a déclaré le président Lambertz.

Des solutions fondées sur la nature pour la régénération urbaine et pour la résilience face aux changements climatiques et aux défis liés à l’eau ont reçu un financement de plus de 130 millions d’euros pour la période 2016-2017 grâce au programme Horizon 2020. Les avantages sont multiples: les toitures végétales, par exemple, sont non seulement jolies, mais elles favorisent aussi la biodiversité et améliorent l’isolation. Au cours du séminaire de la plateforme d’échange de connaissances, les membres du CdR ont présenté des études de cas issues de leurs villes et de leurs régions, et échangé leurs points de vue avec des représentants de la Commission européenne, notamment Patrick Child , directeur général adjoint de la DG RTD.

Roby Biwer (LU/PSE), membre du conseil municipal de Bettembourg, a expliqué qu’au Luxembourg, les municipalités avaient uni leur forces concernant les politiques de préservation de la nature. Le consortium appelé Sicona travaille notamment dans les domaines de la gestion des inondations, de la protection des réserves forestières naturelles, de la structuration du paysage et des actions pédagogiques. Si différents projets ont reçu des financements provenant du programme LIFE de l’Union, ils sont néanmoins principalement financés par les collectivités locales. «Dans un petit pays, il importe de rechercher des synergies afin de multiplier les ressources», a souligné M. Biwer.

Dans le même temps, la province de Novare, dans la région italienne du Piémont, coopère avec le canton frontalier du Tessin, en Suisse, dans le cadre du programme Interreg Slowmove . Matteo Besozzi (IT/PSE), président de la province de Novare, a expliqué que l’objectif de ce programme est de réduire la pollution et de promouvoir le tourisme vert et durable, en aménageant des voies navigables et des pistes cyclables et en favorisant d’autres modes de transport alternatifs. Dans le secteur de la chimie verte et des matériaux avancés, la région du Piémont soutient la compétitivité et le développement des entreprises régionales grâce à l’association CGreen , qui regroupe des PME, de grandes entreprises, des universités et des centres de recherche.

Étant donné qu’un tiers des Pays-Bas se situe au-dessous du niveau de la mer, les collectivités locales et régionales doivent s’occuper en permanence de la gestion de l’eau et de la protection contre les inondations. André van de Nadort (NL/PSE), bourgmestre de Weststellingwerf, a présenté le projet de réaménagement Wolvega-Zuid , dans le Sud de la Frise, conçu pour restaurer des habitats naturels, créer des espaces de loisir pour les citoyens et fournir de nouveaux moyens de rétention, de stockage et d’évacuation de l’eau de pluie, sur une superficie de 90 hectares.

Les initiatives suivantes, qui ont bénéficié d’un financement au titre des programmes LIFE+ ou Horizon 2020 de l’Union, ont également été présentées:

Scalluvia (LIFE+) vise à aménager 90 hectares de forêts alluviales dans les polders de Kruibeke afin de prévenir les inondations et de restaurer des habitats naturels (Anvers, Belgique).

Grow Green (H2020) est un partenariat en faveur de villes plus vertes, pour accroître la qualité de vie, la durabilité et les débouchés commerciaux. Les partenaires officiels sont Manchester (Royaume-Uni), Valence (Espagne), Wroclaw (Pologne), Wuhan (Chine), Brest (France), Modène (Italie) et Zadar (Croatie).

Urban GreenUP (H2020) a pour but d’élaborer, d’appliquer et de valider une méthodologie relative aux plans urbains de renaturation pour atténuer les effets du changement climatique, améliorer la qualité de l’air et la gestion de l’eau, et augmenter la durabilité de nos villes grâce à des solutions innovantes fondées sur la nature. Liverpool (Royaume-Uni), Valladolid (Espagne) et Izmir (Turquie) sont les trois villes pionnières, suivies par cinq autres villes à travers le monde.

Green4Grey (LIFE+) consiste à aménager des infrastructures dites vertes et bleues pour les paysages périurbains gris situés dans la «ceinture flamande» autour de Bruxelles et dans la zone périurbaine de Hasselt-Genk (Belgique).

Naturvation (H2020) est un projet d’innovation urbaine fondée sur la nature, d’une durée de 4 ans, auquel participent 14 institutions à travers l’Europe, issues des domaines du développement urbain, de la géographie, des études d’innovation et de l’économie.

Gestire 2020 (LIFE+) vise à préserver la biodiversité dans la région de la Lombardie et à sensibiliser l’opinion au sujet des sites Natura 2000.

La plateforme d’échange de connaissances (PEC) est un concept élaboré conjointement par le Comité européen des régions et la DG Recherche et innovation de la Commission européenne. Son objectif est de présenter de nouvelles solutions en matière de recherche et d’innovation, ainsi que des produits innovants et des bonnes pratiques, en réponse aux défis sociétaux auxquels sont confrontées les régions et les villes d’Europe. En 2018, la PEC se consacre aux thèmes des solutions fondées sur la nature et du patrimoine culturel.

Contact:

Lauri Ouvinen

Tél.: +32 nnnnnnnn

Lauri.Ouvinen@cor.europa.eu

Share: