Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
La politique extérieure de l’UE doit orienter davantage de financements vers les villes et les régions  
Consacrer 500 millions d’EUR à une collaboration avec les villes et les régions de pays tiers donnerait plus de cohérence et de cohésion à la politique extérieure de l’Union.

L’Union européenne devrait consacrer 500 millions d’EUR à la collaboration avec les villes et les régions du monde entier après 2021, a estimé le Comité européen des régions dans une série de recommandations publiées le 6 décembre, dans lesquelles il fait valoir que la politique extérieure de l’UE devrait accorder une attention plus complète et plus explicite aux collectivités locales et régionales.

L’avis émis par l’assemblée de l’UE des collectivités locales et régionales souligne tout particulièrement la nécessité de renforcer la coopération avec les villes et les régions, dès lors que deux tiers des objectifs de développement durable des Nations unies nécessitent une action des collectivités locales et régionales. L’un de ces objectifs consiste spécifiquement à ce que «les villes et les implantations humaines soient ouvertes à tous, sûres, résilientes et durables».

Le rapporteur sur le budget proposé pour l’action extérieure Hans Janssen (NL/PPE), bourgmestre d’Oisterwijk – a déclaré que: «Pour atteindre les ODD, une action des villes et des régions est nécessaire. Pour que le partenariat oriental de l’UE soit une réussite, il faut y associer des villes et des régions de pays tels que l’Ukraine et la Géorgie. L’approfondissement des relations avec les pays du voisinage méridional de l’Union impose à l’UE de regarder plus loin que les capitales nationales. En d’autres termes, une action au niveau local devrait contribuer à asseoir les réformes au niveau local. L’UE doit donc intégrer la collaboration avec les collectivités locales et régionales dans son budget ainsi que dans ses politiques. L’UE propose à juste titre de réserver des financements spécifiques pour la société civile en 2021-27; elle devrait également affecter 500 millions d’EUR aux collectivités locales et régionales, qui devraient être des partenaires tant de la société civile que des gouvernements centraux.»

Et M. Janssen de poursuivre: «L’Union européenne aspire à mettre en œuvre une politique étrangère marquée au sceau de la cohérence, de la cohésion et de la souplesse. Elle est progressivement en train d’apprendre que la collaboration avec les villes et les régions peut renforcer la cohérence, la cohésion et la souplesse. Cependant, les propositions budgétaires de la Commission constituent à certains égards une régression: le rôle des pouvoirs infranationaux y est moins explicitement reconnu que ce n’est le cas dans de précédentes moutures; elles ne sont pas suffisamment détaillées s’agissant du soutien aux villes et aux régions; et, globalement, l’accent placé sur l’essaimage géographique des dépenses risque de renforcer la prépondérance accordée par l’UE aux gouvernements nationaux. Nous estimons que nos propositions rendent le budget plus cohérent par rapport aux propositions du Consensus européen pour le développement.»

M. Janssen a également mis en avant l’utilité d’encourager les villes et les régions de l’UE à lancer ou étendre des partenariats internationaux. «Les villes et les régions d’Europe ont une longue tradition s’agissant de trouver des partenaires dans d’autres pays», a-t-il déclaré. «Le jumelage a joué un rôle social et pratique notable pour la reprise en Europe au lendemain de la guerre, et il y a dans toute l’Europe des collectivités locales et régionales qui travaillent depuis des dizaines d’années avec leurs homologues d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie. Le CdR lui-même montre qu’en mettant en commun notre expertise, nous pouvons apporter une contribution utile, sur le plan politique et pratique, à la stabilisation de la Libye . Les premiers résultats d’un projet pilote similaire en Ukraine sont également très prometteurs. Et, surtout, en marge des discussions sur le climat en cours à Katowice , nous devons garder à l’esprit que la Convention des maires en Europe est devenue un réseau mondial qui renforce l’espoir d’éviter un changement climatique catastrophique.»

Le Comité des régions et la Commission européenne réuniront les 4 et 5 février 2019 des villes et des régions d’Europe, d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie qui sont déjà engagées dans la coopération internationale au développement. Le forum «Les villes et les régions pour la coopération au développement» sera la sixième réunion biennale du genre.

L’avis du CdR se félicite des projets de l’UE d’accroître les dépenses de politique extérieure au cours de la période 2021-27, ainsi que la souplesse supplémentaire apportée à sa programmation bilatérale, plurinationale et transfrontalière, tout en soulignant que le nouvel Instrument de voisinage, de coopération au développement et de coopération internationale (NDICI) doit continuer à servir les objectifs de développement à long terme que l’UE poursuit de longue date. Les recommandations mettent en avant les réseaux, plateformes, alliances et outils existants de l’UE – jumelage, Instrument d’assistance technique et d’échange d’informations (TAIEX) et Soutien à l’amélioration de l’administration et de la gestion (SIGMA) – qui pourraient être mieux utilisés pour promouvoir la collaboration avec les villes et les régions. Parmi les défis internationaux auxquels le CdR estime que les régions et les villes pourraient utilement contribuer figurent l’égalité entre les sexes et le Pacte mondial des Nations unies pour les migrations .

La plupart des recommandations portent sur le NDICI, qui serait créé par la fusion de sept instruments existants et qui devrait rassembler la plupart des fonds que l’UE dépense à l’extérieur de l’Union. Le CdR, toutefois, évoque également une autre ligne budgétaire, celle de l’Instrument d’aide de préadhésion dont peuvent bénéficier de futurs membres potentiels de l’UE, se félicitant qu’il soit «doté d’objectifs spécifiques visant à renforcer l’efficacité de l’administration publique et soutenir les réformes structurelles et la bonne gouvernance à tous les niveaux, ainsi qu’à appuyer la coopération territoriale et transfrontalière». Dans un avis distinct adopté le 6 décembre, le CdR a également identifié des manières dont l’UE pourrait encourager les progrès au niveau local et régional dans les Balkans occidentaux.

Contact:

Andrew Gardner

Tél. +32 473843981

andrew.gardner@cor.europa.eu

Partager: