Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
Budget de l'UE: les coupes opérées dans la politique de cohésion vont compromettre la réalisation des promesses de l’Union en matière de progrès social  

Un an après la proclamation du socle européen des droits sociaux , une question essentielle subsiste: comment tenir les promesses faites par les chefs d’État et de gouvernement à l’occasion du sommet social de Göteborg de novembre 2017? Au cours d’une conférence interinstitutionnelle organisée par le Comité européen des régions (CdR) lundi dernier, les représentants des régions et des villes de l’UE ont affirmé devant la commissaire Marianne Thyssen que la politique de cohésion de l’Union doit continuer à soutenir la mise en œuvre du socle européen des droits sociaux, avec la participation active des collectivités locales et régionales.

Le président du Comité européen des régions, Karl-Heinz Lambertz , a déclaré: «L’UE doit toujours s’efforcer de donner davantage de moyens à ses citoyens en créant des emplois décents et en protégeant leur santé, tout en veillant à ce que personne ne soit laissé de côté. Le socle européen des droits sociaux a mis la protection et l’inclusion sociales au cœur de l’agenda de l’UE, mais sa mise en œuvre exige un engagement partagé à tous les niveaux de gouvernement. Aujourd’hui, plus que jamais, nous avons besoin d’un budget ambitieux pour l’UE, assorti d’une politique de cohésion forte après 2020. Les régions et les villes sont prêtes à revitaliser l’Europe, mais réduire ou centraliser les fonds de l’UE, en particulier le Fonds social européen, est de nature à freiner notre ambition.»

Marianne Thyssen , la commissaire européenne chargée de l’emploi, des affaires sociales, des compétences et de la mobilité des travailleurs, a quant à elle déclaré: «Nous pouvons exercer une politique au niveau local, mais les enjeux auxquels nous sommes confrontés sont de dimension européenne, voire mondiale. Le Comité des régions parvient à résoudre cette contradiction: il nous aide à penser à l’échelle du continent, mais à agir localement. Il en est de même du socle européen des droits sociaux. Il s’attaque à des défis qui concernent tout notre continent au moyen d’actions qui ne sont pas seulement européennes, mais aussi nationales, régionales et locales.»

Estimant que les droits sociaux doivent être sur un pied d’égalité avec les droits économiques, le CdR a appelé à intégrer dans les traités de l’UE un chapitre sur le progrès social et à mettre en place des objectifs sociaux contraignants pour les États membres. Il est également d’avis que le tableau de bord qui accompagne le socle européen des droits sociaux devrait inclure des données territoriales afin de s’attaquer aux disparités régionales. Les régions et les villes appellent par ailleurs à une large mobilisation en faveur des compétences et de l’éducation afin de stimuler l’investissement dans le capital humain et d’améliorer l’adéquation entre les compétences et les besoins du marché du travail.

José Ignacio Ceniceros (ES/PPE), président de la commission de la politique sociale, de l’éducation, de l’emploi, de la recherche et de la culture (SEDEC) du CdR et chef du gouvernement de la communauté autonome de la Rioja, a précisé: «Les disparités sociales et économiques qui existent entre les régions européennes ainsi qu’en leur sein sont la cause de changements démographiques désastreux, de la fuite des cerveaux, de l’immigration et du populisme. Avec un financement approprié et une forte volonté politique, le socle européen des droits sociaux peut devenir une arme contre l’inégalité et l’isolement et fournir aux moins chanceux d’entre nous la formation et les compétences qui leur permettront de trouver leur voie dans un marché de l’emploi concurrentiel et de devenir des membres actifs et productifs de leur communauté.»

Heinz-Joachim Höfer (DE/PSE), maire d’Altenkirchen et rapporteur du CdR pour le socle européen des droits sociaux, a ajouté: «Pour que les principes du socle deviennent une réalité pour tous les Européens, nous attendons de la Commission européenne qu’elle fasse preuve de beaucoup plus d’ambition et passe rapidement à l’action. Nous sommes toujours dans l’attente d’une stratégie européenne pour des logements abordables, d’un plan européen de lutte contre la pauvreté visant à réduire le nombre de personnes exposées au risque de pauvreté ou d’exclusion sociale, et de mesures adéquates pour protéger les travailleurs des plateformes. Il est encore plus préoccupant de constater que les réductions budgétaires prévues pour la période 2021-2027, notamment dans le Fonds social européen, entraveront la bonne mise en œuvre du socle, en particulier dans les régions accusant un retard.»

La rapporteure du Parlement européen, Maria João Rodrigues (PT/S&D), a quant à elle souligné que «le prochain budget de l'UE devrait s’appliquer à réaliser les promesses faites à Göteborg: construire une Europe plus juste et renforcer la dimension sociale de l’UE avant les élections européennes de 2019. Les collectivités locales et régionales devraient être dûment associées à la préparation et à la mise en œuvre des programmes du prochain budget. Leur connaissance spécifique des besoins régionaux et locaux en fait des partenaires privilégiés pour une mise en œuvre efficace du socle social.»

La présidence autrichienne du Conseil de l’UE était représentée par le conseiller spécial Andrä Rupprechter , qui a souligné que pour pouvoir rendre l’économie européenne plus stable et plus productive, il faut avancer vers la convergence économique et sociale.

Luca Jahier , le président du Comité économique et social européen (CESE), a conclu: «Le CESE et le CdR doivent unir leurs forces, si l’on souhaite que le socle produise des résultats pour le bien-être de tous les citoyens. Nous sommes les mieux placés pour évaluer la mise en œuvre dans une perspective territoriale et du point de vue de la société civile. Nous devons d’urgence lutter contre les inégalités qui divisent et apporter les transformations dont nos concitoyens ont un besoin impérieux.»

Galerie de photos

Pour plus d’informations:

La Commission européenne propose, pour la prochaine période budgétaire 2021-2027, une version assouplie et simplifiée de l’actuel Fonds social européen fusionnant un certain nombre de fonds et programmes existants. Le nouveau Fonds social européen plus soutiendra les principes du socle européen des droits sociaux et la mise en œuvre des recommandations formulées dans le cadre du semestre européen. Toutefois, il est prévu que son niveau global de financement soit diminué d’environ 6 %. Le projet d’avis du CdR , qui doit être adopté lors de la session plénière de décembre [rapporteure: Susana Díaz Pacheco (ES/PSE), présidente de la région d’Andalousie], met également en garde contre la centralisation de la gestion du Fonds, au détriment des collectivités locales et régionales.

Contact:

Lauri Ouvinen

Tél.: +32 22822063

lauri.ouvinen@cor.europa.eu