Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
Les villes et les régions redoutent l’apparition d’une crise sociale de grande ampleur et réclament des mesures pour financer le plan REPowerEU, dans un contexte où la Russie restreint toujours ses exportations de gaz  

Lors de la réunion de la commission ENVE du 15 juillet, il est apparu que la perspective d’une crise énergétique se renforçant à l’approche de l’hiver constituait une préoccupation majeure pour les collectivités locales et régionales de l’UE. Nous devons de toute urgence nous adapter au réchauffement climatique, comme le confirment les graves sécheresses qui sévissent au sein de l’Union ainsi que l’effondrement tragique du glacier de la Marmolada. La commission ENVE a adopté deux projets d’avis, l’un relatif au paquet énergie sur le gaz, l’hydrogène et les émissions de méthane, l’autre concernant le rôle des villes et des régions en matière de gouvernance climatique mondiale, dans la perspective du sommet des Nations unies sur le climat qui se tiendra au mois de novembre en Égypte. Les discussions ont aussi porté sur les priorités de la présidence tchèque.

La session plénière de juin du Comité européen des régions (CdR) a donné lieu à l’adoption d’avis relatifs à un ensemble de mesures économiques, fiscales et sociales visant à accélérer l’accès aux fonds verts, à améliorer la performance énergétique des bâtiments et à mieux aider les citoyens et les entreprises vulnérables à surmonter la précarité en matière d’énergie et de mobilité. Soucieux de souligner davantage l’importance du plan pour une relance verte, les membres de la commission ENVE du CdR ont fait valoir que la reprise économique à l’issue de la pandémie et de la guerre en Ukraine ne devait pas se faire au détriment des objectifs environnementaux et climatiques à long terme. Pour surmonter les enjeux auxquels le secteur de l’énergie est confronté et leurs conséquences pour les citoyens et les entreprises, il est essentiel de définir des objectifs plus ambitieux en matière d’efficacité énergétique et d’énergies renouvelables, comme le prévoit le plan REPowerEU.

Kata Tüttő, adjointe au maire de Budapest et présidente de la commission ENVE et du groupe de travail «Pacte vert — Investir l’échelon local», a ouvert la réunion en ces termes: «La Russie limite toujours ses exportations de gaz vers certains États membres. Dans nos villes et nos régions, certains ménages et certaines entreprises sont contraints de réduire voire d’interrompre leur consommation. La hausse des prix de l’énergie et les perturbations de l’approvisionnement influent déjà sur nos économies et menacent de provoquer une crise sociale. Si les livraisons venaient à être totalement interrompues d’ici à l’hiver prochain, nous devons veiller à ce que l’Union soit à même de déployer la solidarité énergétique dont elle est capable, dans l’ensemble de nos territoires et là où le besoin se fait le plus sentir. Il est capital de réduire la demande et d’économiser l’énergie, et nous demandons instamment l’adoption de mesures visant à financer le plan REPowerEU, conçu pour accélérer la transition vers une énergie propre.»

Deux projets d’avis ont été adoptés lors de la réunion de la commission ENVE de ce jour.

À propos du paquet énergie sur le gaz, l’hydrogène et les émissions de méthane, Jakub Piotr Chełstowski (PL/ECR), rapporteur de l’avis sur la question et maréchal de la voïvodie de Silésie, a déclaré: «L’ensemble de mesures auquel l’avis se réfère sera essentiel pour atteindre les objectifs de réduction de gaz à effet de serre que l’Union s’est fixés dans le paquet “Ajustement à l’objectif 55”, et contribuera directement aux plans stratégiques de l’UE visant à renoncer aux combustibles fossiles, conformément au plan REPowerEU.La conjoncture géopolitique actuelle ne doit pas peser sur les prix de l’énergie à la consommation. Notre premier objectif devrait être de protéger les consommateurs contre la hausse des tarifs et de garantir la sécurité de l’approvisionnement en gaz. En outre, il est primordial d’asseoir la prévisibilité économique de la transition énergétique.»

En amont du sommet des Nations unies sur le climat organisé en Égypte en novembre prochain, la commission du CdR a adopté un avis intitulé «Vers une intégration structurelle des villes et des régions à la COP 27 de la CCNUCC», élaboré par Alison Gilliland (IE/PSE). La rapporteure, conseillère municipale de la ville de Dublin et membre de la délégation du CdR à la COP 27, a ainsi affirmé: «La crise énergétique, exacerbée par l’invasion illégale de l’Ukraine par la Russie, n’a fait que souligner encore davantage le besoin impérieux de respecter nos ambitieux engagements en matière de lutte contre le changement climatique. Nous devons apporter une réponse rapide et à grande échelle à la crise climatique, en associant efficacement les mesures d’adaptation et d’atténuation au moyen d’une action à plusieurs niveaux. Le Comité européen des régions plaide en faveur d’une intégration structurelle des villes et des régions à la COP 27 de la CCNUCC.»

Le CdR devrait adopter ces deux avis lors de sa session plénière d’octobre.

Les discussions de la commission ENVE ont aussi porté sur les priorités de la présidence tchèque du Conseil de l’Union européenne L’un des objectifs de la République tchèque, qui assure la présidence des réunions ministérielles du Conseil depuis début juillet, concerne la sécurité énergétique de l’UE. Les ruptures d’approvisionnement en gaz russe viennent menacer cette sécurité, ce qui accroît le nombre de citoyens et d’entreprises qui risquent de se voir confrontés à la précarité en matière d’énergie et de mobilité. Au cours du débat, les membres ont insisté sur le besoin crucial de parvenir à un juste équilibre entre les grandes ambitions climatiques présentées dans le paquet «Ajustement à l’objectif 55» et la nécessité d’atténuer l’incidence négative de la situation géopolitique actuelle sur les prix de l’énergie et de réduire la dépendance de l’Europe à l’égard des importations d’énergie.

Un échange de vues a eu lieu avec le rapporteur Luca Menesini (IT/PSE), président de la province de Lucques, concernant la stratégie de l’Union européenne pour des textiles durables et circulaires.

Éléments de contexte:

Les documents relatifs à la réunion de la commission ENVE sont disponibles ici.

L’initiative du CdR intitulée «Pacte vert — Investir l’échelon local» vise à placer les villes et les régions au cœur de la transition de l’UE vers la neutralité climatique, afin de donner aux dirigeants locaux et régionaux les moyens de prendre des mesures contre le changement climatique et de concrétiser davantage de projets durables financés par l’UE dans les collectivités locales de toute l’Union européenne.

Contact:

David Crous // David.Crous@cor.europa.eu // +32 (0) 470 88 10 37

Theresa Sostmann // Theresa.Sostmann@cor.europa.eu // +32 (0) 475 99 94 15

Partager :