Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
Renforcer l’esprit d’entreprise ‎ chez les jeunes et les femmes dans la région euro-méditerranéenne  
Une entreprise de mode libyenne remporte ‎ le prix de l’entrepreneuriat local des jeunes en Méditerranée

Une entreprise libyenne de textile et de mode s’est vu décerner, le 26 février, le prix 2019 de l’entrepreneuriat local des jeunes en Méditerranée. Ce prix a été remis lors de la session plénière de l’ Assemblée régionale et locale euro-méditerranéenne (ARLEM) qui s’est tenue dans la ville espagnole de Séville, où une centaine de dirigeants locaux et régionaux s’étaient réunis pour débattre de la manière de stimuler l’entrepreneuriat des jeunes, d’émanciper les femmes, d’améliorer la gouvernance, de renforcer la coopération entre les villes et de gérer les migrations.

Le prix a été décerné à Zimni Jdeed , une entreprise de mode et de textile installée à Tripoli, qui a réinventé avec beaucoup de succès les vêtements traditionnels. La jeune entrepreneure Najway Altahir Mohammed Shukri et son frère Ali ont lancé la société il y a trois ans. Ils emploient aujourd’hui six couturières, et offrent aux femmes un environnement de travail décent. Cette première édition du prix de l’ARLEM a reçu 24 candidatures de neuf pays.

Faisant l’éloge du lauréat, Karl-Heinz Lambertz, président du Comité européen des régions , a déclaré: « On observe dans toute la Méditerranée un désir de renforcer la coopération et de libérer l’énorme potentiel de la région. En donnant des moyens d’action à tous les jeunes, quel que soit leur sexe, nous pouvons susciter l’esprit d’entreprise et créer de nouveaux emplois. Grâce à la coopération décentralisée, nous renforçons l’intégration de la région, en relevant les défis qui dépassent les frontières, comme la migration et l’exclusion sociale, et en assurant un développement durable. »

Lahcen Amrouch, maire d’Argana (Maroc), qui représentait Mohammed Boudra, coprésident de l’ARLEM, lors de cette réunion, a souligné que « l’entrepreneuriat des jeunes est une priorité pour l’ARLEM. Nous avons donc lancé le prix de l’ARLEM afin de promouvoir l’esprit d’entreprise chez les jeunes et de donner de la visibilité à ceux qui ne sont pas découragés par les difficultés liées à la création d’une nouvelle entreprise. Nous demandons instamment aux gouvernements nationaux de simplifier la législation sur les entreprises, de réduire la charge administrative et fiscale et de créer des incubateurs d’entreprises et des programmes de microcrédit pour stimuler l’entrepreneuriat des jeunes. »

Nasser Kamel, secrétaire général de l’Union pour la Méditerranée , a quant à lui déclaré que « les travaux de l’Assemblée régionale et locale euro-méditerranéenne sont extrêmement importants. L’Assemblée représente la population de la région euro-méditerranéenne, plus de 800 millions de citoyens qui ont besoin de notre engagement et de notre détermination en faveur de la promotion du dialogue et de la coopération. Incarnant la dimension territoriale au sein de l’Union pour la Méditerranée, l’ARLEM doit contribuer à la définition de nos priorités et nous aider à renforcer la visibilité de nos travaux et activités, en rapprochant le partenariat euro-méditerranéen des intérêts et des attentes des citoyens qu’elle représente. »

La délégation de 100 participants issus de 19 pays membres a visité La Cartuja à Séville, le site de l’exposition universelle de 1992 reconverti en parc d’activités économiques et en incubateur regroupant 450 entreprises et 17 000 salariés. Juan Espadas (Espagne/PSE), maire de Séville , a déclaré: « Le conseil municipal a déployé de nouvelles compétences pour lutter contre le chômage, en mettant l’accent sur la formation des jeunes et en améliorant leur employabilité. Séville possède un énorme capital humain. L’entrepreneuriat est inscrit dans l’ADN de notre ville. C’est pourquoi je suis particulièrement heureux que la première cérémonie de remise du prix de l’ARLEM aux jeunes entrepreneurs ait lieu chez nous. »

Les participants à la réunion de l’ARLEM ont adopté un rapport sur l’entrepreneuriat des jeunes en Méditerranée , qui réclame le renforcement des programmes visant à soutenir l’esprit d’entreprise chez les jeunes, tels que MedUP! , Med4jobs et Next Society , afin de promouvoir le développement économique sur les rives méridionales de la Méditerranée. Selon le rapport, l’Union européenne devrait lancer des programmes pour donner aux jeunes entrepreneurs en provenance d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient la possibilité d’effectuer une formation pratique auprès d’entrepreneurs expérimentés dans l’un des 28 États membres de l’UE.

Le rapporteur, Olgierd Geblewicz (Pologne/PPE), président de la région de Poméranie occidentale , a indiqué: « Nous devons faciliter l’entrepreneuriat des jeunes pour revitaliser les communautés locales, créer de nouveaux emplois, stimuler la croissance économique et améliorer le bien-être social. Nous invitons l’UE, les Nations unies et les gouvernements nationaux de toute la région euro-méditerranéenne à créer des programmes de formation professionnelle et à développer des programmes de microcrédit pour les jeunes entrepreneurs. Les collectivités locales et régionales devraient être pleinement associées aux politiques du marché du travail et de l’emploi, étant donné qu’elles sont les mieux placées pour mettre en œuvre des programmes qui répondent aux besoins de leurs communautés. »

Un rapport sur la gouvernance et la transparence dans la région méditerranéenne , élaboré par Lütfü Savas , maire de Hatay (Turquie), a également été adopté. Il plaide en faveur d’une plus grande décentralisation dans la région, afin de remédier à l’actuelle défiance à l’égard des pouvoirs publics. Grâce au renforcement du pouvoir de l’échelon local, les citoyens peuvent participer davantage aux processus décisionnels. L’ARLEM défend une augmentation des budgets des collectivités locales ainsi que le développement de leurs capacités de recouvrement de l’impôt pour leur permettre d’investir dans de nouveaux projets dans des domaines prioritaires.

Les participants à l’atelier sur les migrations organisé conjointement par la Conférence des régions périphériques maritimes (CRPM) et l’ Association des régions frontalières européennes (ARFE) se sont penchés sur le rôle des collectivités locales et régionales dans l’accueil et l’intégration des migrants.

Des discussions sur l’ initiative de Nicosie , un programme de coopération décentralisée entre les maires de l’UE et de Libye, ont également eu lieu. À la suite du succès rencontré par les programmes d’échanges dans les domaines de la pêche durable avec le Frioul-Vénétie julienne et de la gestion de l’eau avec la Murcie, l’ARLEM a l’intention d’étendre l’initiative de Nicosie en augmentant sa dotation financière et les programmes d’échanges, et a accueilli de nouveaux partenaires tels que le gouvernement régional de Galice et la municipalité de Séville.

Note à l’attention des journalistes:

Le Comité européen des régions a créé l’ARLEM en 2010 afin de permettre aux élus des trois rives de la Méditerranée d’être représentés auprès de l’Union européenne et de l’Union pour la Méditerranée (UpM), et pour entretenir un dialogue politique et promouvoir la coopération interrégionale. L’ARLEM se compose de 80 membres et 2 observateurs issus de l’Union européenne et de ses pays partenaires méditerranéens. Elle est coprésidée par Karl-Heinz Lambertz, président du CdR, et Mohamed Boudra, maire de la ville marocaine d’Al Hoceima et président de l’Association marocaine des présidents des conseils communaux (AMPCC). L’UpM a été fondée en 2008. Il s’agit d’une organisation intergouvernementale dont le siège est à Barcelone, et qui rassemble 43 pays, dont les 28 États membres de l’UE.

Qu’est-ce que le prix de l’ARLEM? Regardez l’animation vidéo ici .

Regardez la présentation vidéo du lauréat du prix 2019 de l’ARLEM.

Contact:

David Crous | david.crous@cor.europa.eu | +32 (0)470 88 10 37