Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
L’Europe numérique: L’Estonie montre comment l’innovation peut améliorer les services publics  

Les gouvernements locaux et régionaux doivent compter parmi les fers de lance de la révolution numérique dans l’Union européenne, a déclaré ce vendredi à Tallinn Karl-Heinz Lambertz, le président du Comité européen des régions (CdR). Des membres du CdR – l’Assemblée de l’Union européenne des collectivités locales et régionales – se sont réunis dans la capitale estonienne pour échanger des bonnes pratiques en matière d’innovation publique et de solutions numériques qui sont en train de transformer les services publics.

M. Karl-Heinz Lambertz , qui a été élu président du CdR en juillet dernier, a déclaré à ce propos: «L’Estonie est l’une des sociétés numériques les plus avancées du monde et un pays pionnier en matière de démocratie en ligne et de gouvernance électronique. Le succès estonien est la parfaite démonstration du potentiel que recèle la transition vers une économie numérique pour l’administration publique et des avantages qu'en retirent les citoyens. Les autorités locales et régionales sont en première ligne pour concevoir des services publics nouveaux et plus efficaces, mais l’Union doit aussi veiller à ce que chaque région recueille les fruits de la révolution numérique.»

«En Estonie, plusieurs services publics en ligne ont été conçus pour les citoyens. Il existe un potentiel évident à la fois pour améliorer la qualité des services existants ainsi que pour développer de nouveaux services en ligne transfrontaliers au sein de l’Union. Si l’utilisation de la signature numérique permet à elle seule d’économiser en moyenne cinq jours de travail par personne et par an, on peut facilement imaginer les bénéfices énormes de l'innovation numérique en général pour la société», a constaté Jaak Aab , ministre de l’administration publique d’Estonie. «Les municipalités fournissent une contribution importante et indispensable au développement de services publics en ligne, et dans la mesure où elles sont les plus proches du citoyen, elles ont une meilleure compréhension de ce qui est vraiment nécessaire.»

Taavi Aas , maire faisant fonction de Tallinn, a souligné que la réussite de la capitale estonienne en matière de numérique a été reconnue plusieurs fois au niveau international. «Le Forum des communautés intelligentes (ICF) a élu Tallinn cinq fois parmi les sept communautés les plus innovants du monde, et il y a quelques jours nous avons appris que Tallinn a été choisi parmi les dix finalistes du prix de la Capitale européenne de l'innovation 2017.»

S'il est vrai que l’achèvement du marché unique numérique est essentiel pour créer des emplois et de la croissance en Europe, le président Lambertz a souligné que ceci ne devait nullement se faire au détriment de la protection sociale et des droits des consommateurs. Il a également insisté sur la nécessité d’une action plus énergique pour lutter contre les disparités croissantes entre les régions de l’Union: «L’Union doit investir pour garantir qu’aucune collectivité locale ne soit laissée de côté et s’assurer que chacun ait accès à l’internet à haut débit afin de minimiser la fracture numérique.» Pour ce faire, le 12 octobre prochain, aux côtés de Mariya Gabriel, commissaire européenne pour l'économie et la société numériques, le CdR lancera une plateforme consacrée au haut débit afin de renforcer la coopération entre les entités publiques et privées concernées par les investissements dans le haut débit ainsi que mesurer des progrès dans la mise en œuvre de programmes nationaux dans le domaine du haut débit.

Compte tenu de l’importance de la gouvernance en ligne pour les collectivités locales et régionales, la présidence estonienne de l’Union européenne a également demandé au CdR de préparer un document exposant de façon formelle sa position dans le contexte de l’Union européenne. Cet avis sur le thème « Perspective locale et régionale – Promouvoir l’innovation dans le secteur public grâce à des solutions numériques » sera adopté dans le courant de l’année.

La réunion de Tallinn a rassemblé des membres du Bureau du CdR – l’organe à qui il appartient d’élaborer le programme politique du Comité au début de chaque nouveau mandat, de contrôler son exécution et de coordonner de façon générale les travaux de l’institution. Le Bureau compte parmi ses membres des représentants des 28 États membres de l’Union ainsi que les dirigeants des cinq groupes politiques du CdR.

Contact:
Lauri Ouvinen
Tél. +32 22822063

lauri.ouvinen@cor.europa.eu