Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
Les régions et les villes demandent un soutien plus vigoureux ‎ pour les secteurs de la culture et de la création ‎ afin de faire face à des pertes économiques considérables  

L’art et la culture devraient être considérés comme un «bien de base»
et ne pas être pénalisés par les confinements

Apostolos Tzitzikostas , président du Comité européen des régions et président de la région grecque de Macédoine centrale, a déclaré: Les pertes financières subies par les secteurs de la culture et de la création s’élèvent, pour la seule année 2020, à 70 %: le risque que cela représente pèse non seulement sur des emplois et des entreprises, mais aussi sur notre propre patrimoine et notre identité. La culture et la créativité renforcent la cohésion sociale de nos communautés, qui sont au cœur de nos identités et de nos traditions. Investir dans la culture signifie investir dans notre existence même en tant que citoyens européens. C’est pourquoi nous devons apporter un soutien plus audacieux et plus fort à ces secteurs aux niveaux européen, national, régional et local.»

S’exprimant lors de la session plénière qui s’est tenue aujourd'hui, la commissaire européenne Mariya Gabriel a affirmé: «Étant particulièrement touchés par la pandémie, les secteurs de la culture et de la création ont besoin et méritent que nous mettions tout en œuvre pour les aider. Pour y parvenir, les villes et les régions sont des alliées essentielles. Grâce à notre soutien commun, nous veillerons à ce que la culture puisse jouer et joue un rôle clé dans la construction d’une Europe plus verte, plus dynamique et plus résiliente.»

Karine Gloanec-Maurin (FR/PES), présidente de la communauté de Communes des Collines du Perche dans la région du Centre-Val de Loire a salué l'intervention de la Commissaire Mariya Gabriel et a rappelé: " Dans toutes les régions et les villes, y inclus les zones rurales, la culture est un secteur stratégique pour l’Union européenne, pour ses valeurs d’émancipation et de diversité, autant qu’en termes économiques. Avec la crise du COVID, c’est tout le monde culturel, notre culture, qui est en danger. Pour les artistes sans protection dans certains Etats-membres, la situation est très précaire. Aussi, nous demandons un cadre européen pour leurs conditions de travail et rappelons la nécessité de réserver aux secteurs de la culture et de la création au moins 2 % de la facilité pour la reprise et la résilience consacrée à la relance. "

François Decoster Président du groupe Renew Europe au CdR, maire de Saint-Omer et conseiller régional de la région Hauts-de France, a ajouté: "La culture nous aura accompagnés pendant ces longs mois de crise sanitaire, en innovant sans cesse pour garder le contact avec ses publics. Le virus aura aussi accentué les fragilités du secteur culturel. Il nous faudra collectivement être à la hauteur pour redonner de la prévisibilité et de la sérénité au monde culturel". 

Agnès Rampal (FR/PPE) , Conseillère à la Région Sud Provence Alpes Côte d'Azur, Conseillère métropolitaine Nice-Côte d'Azur et Adjointe au Maire de Nice a déclaré: «La culture est la clé de la cohésion de nos sociétés. C'est aussi le fruit d'un travail intense mené par des professionnels qui doivent être accompagnés lorsque leur capacité d'agir est mise en danger. Les régions et les villes se sont engagées à soutenir le secteur culturel. Il doit également être massivement soutenu au niveau européen, y compris par des initiatives innovantes telles que le nouveau Bauhaus européen. »

Laurence Farreng (FR/Renew Europe), rapporteure du Parlement européen sur les « Mesures efficaces pour rendre plus écologiques les programmes Erasmus + et Europe créative ainsi que le corps européen de solidarité », a assisté aux débats et a déclaré: «Après une année d’arrêt, il est devenu évident que la culture aura besoin d’Europe pour sa reprise; mais il est encore plus certain que l’Europe aura besoin de culture pour sa relance. Cette future relance doit se faire au plus près des citoyens, au niveau local, mais également par un effort européen, afin de faire en sorte qu’aucun artiste, auteur, musicien, comédien, réalisateur ne soit oublié. Je me réjouis donc que le Comité européen des régions ait joint sa voix à l’appel du Parlement pour consacrer au moins 2 % des fonds de relance à ces acteurs clés pour notre économie mais aussi, et surtout, pour notre identité européenne.»

Informations complémentaires:

Les secteurs de la culture et de la création occupent une place spécifique dans le plan d’action commun signé en novembre 2020 entre le Comité européen des régions et les services de la commissaire Gabriel (DG EAC, DG RTD et JRC). Ce plan prévoit un renforcement de la coopération et des échanges politiques, par exemple autour de l’initiative «Capitales européennes de la culture», de conférences et de manifestations de haut niveau, de projets d’apprentissage auprès des pairs, ainsi que de la conception et de la mise en œuvre de l’initiative «nouveau Bauhaus européen».

L’ avis du CdR affirme que les secteurs de la culture et de la création devraient être traités comme une industrie de biens de première nécessité, de sorte qu’ils ne soient pas pénalisés par un confinement en cas de nouveaux événements extraordinaires tels que la pandémie de COVID-19. Le Comité suggère d’élaborer des lignes directrices communes afin de leur permettre de continuer à fonctionner, avec toutefois des restrictions quant à leur utilisation. Il se félicite de l’accord intervenu récemment sur le programme «Europe créative», qui assure un soutien de 2,2 milliards d’EUR aux artistes et facilite la participation de projets culturels à petite échelle. Il appelle toutefois à mieux intégrer les investissements des différents fonds de l’UE dans la culture et à étendre la possibilité de cofinancement jusqu’à 80 % pour les projets de petits opérateurs. Les régions et les villes s’accordent avec le Parlement européen sur la nécessité de réserver aux industries et secteurs de la culture et de la création au moins 2 % des fonds de la facilité pour la reprise et la résilience. Elles demandent en outre que l’on utilise les fonds provenant des instruments REACT-UE et SURE pour soutenir ces secteurs au niveau national.

Contact:

Lauri Ouvinen

Tél. +32 473536887

lauri.ouvinen@cor.europa.eu