Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
Les acteurs régionaux cherchent à relancer et à améliorer la coopération transfrontalière après les revers provoqués par la pandémie  

En Europe, les régions frontalières européennes sont des modèles d’intégration européenne
et sont les mieux placées pour tester de nouvelles idées et des solutions innovantes

Remettre la coopération transfrontalière au premier rang des priorités politiques de l’UE constitue l’une des principales priorités du Comité européen des régions (CdR). La conférence sur l’avenir de la coopération transfrontalière, organisée avec les autres partenaires fondateurs de l’Alliance européenne pour les citoyens transfrontaliers, contribue à la réalisation de cet objectif. Au cours de la manifestation, qui s’est tenue le 5 juillet, les participants ont analysé les effets de la crise de la COVID-19, recensé les difficultés actuelles et futures pour les régions transfrontalières et tenu un débat sur la vision de la coopération transfrontalière dans le cadre de l’avenir de l’Europe. La manifestation a eu lieu quelques jours seulement après l’adoption par la session plénière du CdR d’ une résolution sur la coopération transfrontalière qui servira de contribution à la conférence sur l’avenir de l’Europe.

La pandémie de COVID-19 a été l’un des plus grands revers de la coopération transfrontalière au cours des dernières décennies, mais bien avant l’éclatement de la pandémie, de nombreuses régions frontalières étaient déjà confrontées à une multitude d’obstacles régionaux uniques. Dans une récente consultation commandée par le CdR, les régions frontalières ont cité, parmi les principaux obstacles auxquels elles sont confrontées sur leur territoire, le transport transfrontalier et sa connectivité, ainsi que les obstacles administratifs pour les citoyens comme pour les entreprises. Suite au lancement de la conférence sur l’avenir de l’Europe, la manifestation organisée avec les partenaires fondateurs de l’Alliance européenne pour les citoyens transfrontaliers (l’ARFE, l’association MOT et le CESCI) ainsi que la récente résolution adoptée lors de la session plénière du CdR visent à contribuer à faire de la coopération transfrontalière un point de discussion majeur du débat qui porte actuellement sur l’avenir de l’Europe.

Pavel Branda (CZ/ECR), président du groupe interrégional du CdR sur la coopération transfrontalière et rapporteur du récent avis sur les services publics transfrontaliers, a déclaré: « Il est très positif que le Comité européen des régions ait accepté de représenter les régions frontalières et leurs citoyens lors de la conférence sur l’avenir de l’Europe. Nous devons placer la coopération transfrontalière là où elle doit être, au cœur même du projet d’intégration européenne. La coopération transfrontalière est l’une des plus grandes réussites de l’Union européenne, et elle doit jouer un rôle encore plus important à l’avenir. C’est aux frontières que les citoyens font l’expérience des avantages réels de l’intégration européenne.»

Peter van’t Hoog , vice-président de l’ Association des régions frontalières européennes et ministre de la province de Gueldre, a déclaré: « L’Europe doit initier de nombreuses transitions afin de faire face à des défis tels que le changement climatique, et les régions frontalières peuvent être, une fois de plus, des laboratoires dynamiques de l’intégration européenne en jouant un rôle crucial pour façonner ces transitions dans les années à venir, en mettant en œuvre, au niveau transfrontalier, des engagements tels que le pacte vert.»

Jean Peyrony , directeur de la Mission opérationnelle transfrontalière , a affirmé: «Lorsque l’Europe a été frappée par la pandémie, les frontières habituellement ouvertes se sont refermées du jour au lendemain, ce qui a eu de graves conséquences pour les communautés transfrontalières. La crise a révélé l’existence d’interdépendances qui nécessitent de nouvelles politiques: une approche fonctionnelle qui tienne compte des personnes dans les zones d’habitation transfrontalières; une gouvernance à plusieurs niveaux qui associe les régions transfrontalières, les États et l’UE. Les régions transfrontalières seront des exemples pilotes d’intégration et de solidarité européennes.»

Gyula Ocskay , secrétaire général du Service d’Europe centrale pour les initiatives transfrontalières , a ajouté: «La pandémie a provoqué une remise en question sans précédent du projet européen de frontières ouvertes. En 2020, beaucoup ont connu pour la première fois dans leur vie un monde avec des frontières fermées. D’autres se sont souvenus leur enfance marquée par le Rideau de fer et le mur de Berlin. Nous devons unir nos efforts pour empêcher le retour d’une Europe divisée.»

Contexte

Lancée en 2020, l’ Alliance européenne pour les citoyens transfrontaliers est une initiative visant à améliorer la vie des citoyens de l’Union européenne qui vivent dans des régions frontalières. Au sein de l’Union, ces régions frontalières couvrent 40 % de son territoire, abritent 30 % de sa population (150 millions de personnes) et accueillent plus de 2 millions de travailleurs frontaliers.

Le 1 er  juillet, la Cour des comptes européenne a publié un rapport spécial sur la coopération transfrontalière, dont les résultats indiquent que son potentiel n’est pas encore pleinement exploité. 

Contact:

Tobias Kolonko

Tél. +32 22822003

tobias.kolonko@cor.europa.eu

Matteo Miglietta

Tél. +32 470895382

matteo.miglietta@cor.europa.eu

Share: