Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
COVID-19: la relance européenne ne peut laisser les régions ultrapériphériques de côté  

Le Bureau du Comité européen des régions a adopté la «Déclaration des Açores» dans laquelle il demande de faire face aux répercussions de la pandémie de COVID-19 dans le cadre d’un partenariat stratégique avec les collectivités locales et régionales.

Mettre en lumière la nécessité d’accorder une attention particulière aux régions ultrapériphériques dans la stratégie que l’Union européenne (UE) a élaborée pour faire face aux conséquences de la pandémie de COVID-19 et amorcer la reprise: tel est l’objectif principal de la déclaration des Açores, adoptée aujourd’hui par le Bureau du Comité européen des régions (CdR) réuni virtuellement dans la région autonome des Açores (Portugal). Le document a été soumis aux représentants de la Commission européenne, qui est en train d’actualiser le partenariat stratégique noué avec les régions ultrapériphériques à la lumière des graves répercussions de la pandémie.

La stratégie de l’Union européenne visant à faire face aux conséquences socio-économiques de la pandémie de COVID-19 doit tenir compte des besoins de toutes les régions, à commencer par les régions les plus fragiles et les plus touchées par la crise. Par conséquent, il est essentiel d’accorder une attention particulière aux régions ultrapériphériques si l’UE veut parvenir à une reprise durable et démontrer que la cohésion est l’une de ses valeurs fondamentales.

Dans la Déclaration des Açores adoptée aujourd’hui par son Bureau, le CdR se félicite de l’ annonce faite récemment par la Commission européenne de donner suite à la recommandation qu’il a émise d’adapter la stratégie de l’Union pour les régions ultrapériphériques à la lumière des graves conséquences de la pandémie, et invite les collectivités nationales et régionales à mettre à profit les plans de relance pour faire repartir leurs économies grâce à une approche intelligente et durable. Toutefois, le CdR invite la Commission européenne à faire preuve d’une grande vigilance et à veiller à ce que les États membres associent pleinement les collectivités locales et régionales à la mise en œuvre des plans nationaux pour la reprise et la résilience au-delà de leurs phases de préparation et de dépôt.

Le président du CdR et gouverneur de la région grecque de Macédoine centrale, Apostolos Tzitzikostas , a déclaré: « Ce débat est une occasion unique de mieux comprendre comment stimuler la reprise car la région des Açores, et le travail remarquable accompli par son président, donne un exemple éclairant de la manière dont on peut transformer les menaces de la pandémie en perspectives positives en mobilisant la politique de cohésion de l’UE parallèlement à tous les instruments de relance fournis au niveau européen et national. Ici, la pandémie a frappé dans un contexte caractérisé par trois défis structurels: une région ultrapériphérique, une région insulaire et une économie presque entièrement axée sur un secteur clé, le tourisme, qui a subi des perturbations spécifiques et profondes. Avec la déclaration des Açores, nous demandons que la stratégie de relance de l’Union européenne tienne compte des besoins de toutes les régions, à commencer par les plus fragiles et les plus durement touchées par la crise.»

Le premier vice-président du CdR et membre de l’assemblée législative des Açores, Vasco Cordeiro , a déclaré: « Le plan européen de relance et les différents instruments présentés pour relever les défis de la reprise ainsi que des transitions écologique et numérique offrent de très bonnes occasions de réaliser l’un des principaux objectifs de l’Union à savoir sa cohésion territoriale. Cela signifie que nous devons également répondre aux besoins spécifiques des régions ultrapériphériques, tels qu’ils sont reconnus et inscrits dans les traités, non seulement par rapport aux mesures de l’Union européenne, mais aussi au sein des États membres. Pour parvenir à la cohésion territoriale, l’UE devrait donc veiller à ce que les États membres prennent en considération et respectent le rôle des collectivités locales et régionales. »

José Manuel Bolieiro (PT/PPE), président de la région autonome des Açores, a déclaré: « Cette réunion, qui s’est tenue symboliquement aux Açores, intervient à un moment particulièrement difficile pour les Européens. Faire revivre l’Europe, lutter contre la pandémie avec tous les outils à notre disposition et associer cette relance, par l’intermédiaire de la facilité pour la reprise et la résilience, à l’avenir que nous voulons dessiner; un avenir écologique, numérique, forgé dans un partenariat politique, cadre qui est donné à notre action par le principe de subsidiarité. J’espère que la déclaration des Açores sera prise en compte par les institutions de l’UE et par nos États, et que la voix des régions ultrapériphériques et des collectivités locales et régionales s’en trouvera renforcée dans les choix qui détermineront l’avenir de nos communautés. »

Avant la réunion du Bureau, le CdR, en coopération avec le gouvernement des Açores, a organisé une manifestation numérique sur l’ avenir de l’Europe , présidée par le premier vice-président Vasco Cordeiro. Cette manifestation a marqué l’ouverture politique du programme 2021 des jeunes élus (YEP) et a rassemblé plus d’une centaine de jeunes: des responsables politiques des Açores et de Madère ainsi que des étudiants et des représentants de la société civile. Dans le cadre de la conférence sur l’avenir de l’Europe , le CdR souhaite associer les jeunes élus locaux et régionaux et les jeunes en général, en écoutant leurs souhaits, leurs suggestions et leurs préoccupations afin de contribuer à façonner l’avenir de l’Europe, des régions et des citoyens européens.

Contexte

Les régions ultrapériphériques sont des îles, des archipels et un territoire terrestre (Guyane française). Elles sont géographiquement très éloignées du continent européen et sont situées dans l’ouest de l’océan Atlantique, le bassin des Caraïbes, la forêt amazonienne et l’océan Indien. Au total, elles comptent 4,8 millions de citoyens.

L’UE compte neuf régions ultrapériphériques: la Guyane française, la Guadeloupe, la Martinique, Mayotte, l’île de La Réunion et Saint-Martin (France), les Açores et Madère (Portugal), et les îles Canaries (Espagne).

Le statut spécifique accordé aux régions ultrapériphériques en vertu des traités de l’UE a conduit, depuis 2004, à l’élaboration de stratégies européennes visant à relever les défis auxquels elles sont confrontées. La dernière stratégie a été adoptée en 2017 et la Commission européenne cherche à présent à l’adapter aux nouvelles priorités de l’Union, telles que la reprise après la pandémie de COVID-19 et la transition vers une économie plus verte et plus numérique. Une feuille de route a été publiée et pourra faire l’objet d’un retour d’information jusqu’au 9 juin 2021 . La feuille de route sera suivie d’une consultation publique puis, au deuxième trimestre de l’année prochaine, de l’adoption de la nouvelle stratégie.

Le Bureau est un groupe de membres du CdR qui peut être considéré comme le moteur politique du CdR: il élabore son programme politique et en supervise la mise en œuvre. Il se réunit avant chaque session plénière afin de coordonner les travaux de l’assemblée plénière et des commissions. Il se réunit également deux fois par an dans le cadre de réunions extraordinaires dans l’État membre qui exerce la présidence du Conseil de l’Union européenne.

Contact:

Matteo Miglietta

Tél. +32 470895382

matteo.miglietta@cor.europa.eu