Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
La commission COTER adopte les recommandations des villes et des régions ‎ visant la politique de cohésion, les transports publics ‎ et les régions ultrapériphériques  

​Le 24 septembre dernier, les membres de la commission de la politique de cohésion territoriale et du budget de l’UE (COTER) du Comité européen des régions (CdR) se sont réunis en ligne pour adopter leurs recommandations sur «Le rôle de la politique de cohésion de l’UE quant à un changement économique intelligent et innovant au sein des régions dans le contexte de la crise du coronavirus» , sur le «Rapport de la Commission européenne relatif à la mise en œuvre du partenariat stratégique renouvelé et renforcé avec les régions ultrapériphériques de l’Union européenne» et sur «Les défis pour les transports publics dans les villes et les régions métropolitaines» . Les membres ont également examiné le paquet REACT-UE, les services publics transfrontaliers, ainsi que l’état d’avancement des négociations sur le CFP.

L’Union européenne est confrontée à une accumulation de problèmes liés au changement climatique, à la numérisation et à la mondialisation, que les conséquences négatives de la COVID-19 rendent encore plus compliqués. Même s’ils s’observent partout en Europe, ces problèmes présentent des différences tant dans la forme qu’ils prennent que pour la gravité de leur impact en fonction des différents territoires.

La mobilité durable et intelligente est le thème principal du projet d’avis sur «Les défis pour les transports publics dans les villes et les régions métropolitaines» , élaboré par Adam Struzik (PL/PPE), rapporteur, lequel souligne qu’un quart des émissions de gaz à effet de serre dans l’Union sont causées par les transports. Le rapporteur affirme qu’il importe de trouver des moyens de répondre aux besoins de transport de la population tout en réduisant le plus possible les besoins de déplacement en limitant le développement des zones périurbaines, en rationalisant les déplacements grâce à une répartition modale appropriée, ou encore en internalisant les coûts externes des différents modes de transport afin de mieux faire ressortir les coûts réels pour la société.

«La croissance des aspirations et des besoins des individus et des sociétés entraîne une augmentation de leur mobilité. Cette évolution rend nécessaire la mise en place de systèmes de transports efficaces, durables et intégrés, qui permettent différentes options pour se déplacer, tant à des fins professionnelles qu’à des fins privées, et dans le but d’utiliser une palette de services élargie. D’où cet appel lancé aux autorités européennes, nationales, régionales et locales en faveur de la coopération pour mettre en œuvre un système de transport cohérent et efficace, conforme aux règles du développement durable, afin d’atteindre les objectifs du pacte vert pour l’Europe et d’assurer une croissance économique durable. Les transports publics joueront un rôle crucial dans la réduction des émissions, y compris dans la décarbonation du secteur des transports» , a déclaré Adam Struzik, maréchal de la voïvodie de Mazovie.

La pandémie de COVID-19 ainsi que le changement climatique et la numérisation ont eu des répercussions particulièrement fâcheuses dans les régions ultrapériphériques (RUP), qui dépendent fortement du tourisme et de la connectivité avec le reste du monde. C’est pourquoi, dans son projet d’avis sur «Un partenariat stratégique renouvelé et renforcé avec les régions ultrapériphériques de l’Union européenne» le rapporteur Ángel Víctor Torres Pérez (ES/PSE) demande instamment que soit menée une analyse approfondie de la stratégie actuelle, et que cette dernière soit adaptée au vu de la gravité de la situation économique et sociale actuelle.

«La stratégie de l’Union pour les régions ultrapériphériques, qui reconnaît leurs réalités spécifiques, complexes et uniques sur l’ensemble du territoire européen, doit être renouvelée et adaptée de toute urgence afin d’affronter les conséquences colossales de la crise de la COVID-19 dans ces territoires particulièrement vulnérables» , a déclaré Ángel Víctor Torres Pérez, président du gouvernement régional des îles Canaries.

La place fondamentale des régions et leurs stratégies sur mesure pour relever ces différents défis sont au cœur du projet d’avis sur «Le rôle de la politique de cohésion de l’UE quant à un changement économique intelligent et innovant au sein des régions dans le contexte de la crise du coronavirus» , élaboré par le rapporteur Michiel Rijsberman (NL/RE) à la demande de la présidence allemande du Conseil de l’Union. Il observe que des concepts innovants sont nécessaires pour assurer la transition vers une Europe plus durable, plus numérique et plus résiliente, soit autant d’aspects où la politique de cohésion peut jouer un rôle.

«La politique régionale est profondément enracinée dans les traités de l’UE. Jamais ses principes ne devraient être sacrifiés. Cette politique devrait être un outil d’investissement clé pour la relance innovante, puisqu’elle place les régions au cœur» , a déclaré Michiel Rijsberman, ministre régional de la province du Flevoland.

Les membres de la commission COTER ont également procédé à un échange de vues sur l’état d’avancement des négociations sur le cadre financier pluriannuel (CFP) pour la période 2021-2027 en présence de Jan Koopman, directeur général de la DG BUDG de la Commission, ainsi que sur l’avenir de la coopération transfrontalière au sein de l’Union, notamment en ce qui concerne les services publics transfrontaliers.

«Face à l'ampleur de la crise, l'Union européenne a répondu présent pour soutenir l'ensemble de ses Etats membres et de ses citoyens. Le recours à l'emprunt pour financer les investissement de relance et d'avenir est une décision historique! Mais nous avons besoin de ces moyens maintenant avec des ressources propres pour les financer. Je m'inquiète aussi de la faiblesse du budget européen de long terme qui ne nous permettra pas, après la crise, de continuer à mettre en œuvre les transitions écologiques et numériques nécessaires, sans pour autant laisser personne de côté. Le financement de ces politiques, mises en œuvre de concert avec les régions et les villes, est vital pour la survie de notre continent»​​, a déclaré Isabell Boudineau (FR/PSE), présidente de la commission COTER du CdR.

«Le paquet REACT-UE» , qui permettra aux régions et aux villes d’utiliser les fonds structurels pour atténuer les effets négatifs de la pandémie, a été au centre d’un débat exploratoire. Le projet d’avis sera élaboré par Mieczysław Struk (PL/PPE), rapporteur général, et mis aux voix lors de la session plénière du CdR d’octobre prochain, tout comme le projet d’avis sur la politique de cohésion de l’Union.

Les effets de la COVID-19 dans les régions européennes, et les défis auxquels sont confrontées les collectivités locales et régionales en conséquence feront l’objet du premier baromètre régional et local annuel , qu’ Apostolos Tzitzikostas, gouverneur de Macédoine centrale et président du CdR, présentera dans une allocution lors de la session plénière de l’assemblée, le 12 octobre prochain. Le baromètre s’appuie sur des études commandées spécialement, ainsi que sur d’autres recherches destinées à fournir une évaluation détaillée de la crise, ainsi que de certaines des questions politiques majeures soulevées par celle-ci.

Contact:

Carmen Schmidle
Tél. +32 22822366
carmen.schmidle@cor.europa.eu