Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
Les aéroports régionaux et la mobilité intelligente en tête de l’ordre du jour de la réunion des collectivités locales  

Les membres de la commission COTER ont fait valoir la nécessité d’améliorer aussi bien la connectivité que la durabilité au sein du secteur des transports de l’Union européenne

La commission de la politique de cohésion territoriale et du budget de l’UE (COTER) du Comité européen des régions (CdR) a adopté deux projets d’avis lors de sa réunion le 23 avril. Ces avis traitent respectivement des possibilités et des défis qui se présentent pour les aéroports régionaux et de la stratégie de l’Union européenne pour une mobilité intelligente. Les membres de la commission COTER ont également désigné les rapporteurs de trois avis d’initiative et ils ont clos leur réunion sur la présentation d’une étude sur l’application du principe de partenariat dans le cadre de la programmation de la politique de cohésion.

Avec un trafic aérien intraeuropéen qui a chuté de 54 % en 2020 par rapport en 2019 en raison de la pandémie, de nombreux aéroports régionaux se sont retrouvés en proie à de graves difficultés économiques. On ne surestimera jamais assez l’importance des aéroports régionaux, car les citoyens européens en sont tributaires pour toute une série de raisons, qu’il s’agisse de leur emploi, de leurs moyens de subsistance, ou encore de leur connectivité vers d’autres régions. La connectivité joue également un rôle essentiel dans l’avis qui traite de la stratégie de l’Union pour une mobilité intelligente, laquelle vise à poser les éléments fondamentaux en vue de réaliser les objectifs des transitions écologique et numérique de l’Union au sein du secteur européen des transports.

La commission a adopté un premier avis intitulé «L’avenir des aéroports régionaux – Défis et ouvertures» . Son rapporteur, Władysław Ortyl (PL/ECR), maréchal de la voïvodie de Subcarpatie, a déclaré: «Les aéroports régionaux jouent un rôle crucial pour la cohésion territoriale et économique de l’Union car ils assurent la connectivité des régions qu’ils desservent et ils sont indispensables pour la croissance économique. En leur absence, de nombreuses entreprises n’investiraient pas dans d’autres régions que celles des capitales. Le secteur du tourisme en est aussi largement tributaire. Il nous faut un système plus flexible en matière d’aides d’État pour soutenir la reprise des aéroports régionaux au cours de la pandémie et après. Dans l’avis que j’ai élaboré, je souligne également que la majorité des aéroports régionaux en Europe ont besoin d’une aide pour pouvoir survivre dans le contexte de la crise actuelle.»

Le second projet d’avis adopté traite de la stratégie de mobilité durable et intelligente de l’Union européenne. Robert van Asten (NL/Renew Europe), échevin de La Haye et rapporteur de ce projet d’avis, a déclaré: «Les collectivités locales et régionales jouent un rôle essentiel dans la transition de la mobilité qui associe le pacte vert pour l’Europe et la transition numérique en faveur d’une mobilité plus durable et plus intelligente. Les aspects sociaux et d’inclusion constituent des éléments essentiels de l’avis que j’ai élaboré car la transition dans le domaine de la mobilité appelle un changement de comportement dans lequel l’usager joue un rôle central. L’Union européenne peut nous aider à mieux lier la connectivité, l’accessibilité et la santé, non seulement sur le plan financier, mais aussi en faisant en sorte de normaliser et d’harmoniser les règles de l’Union. Nous devons également tenir compte des plans de mobilité urbaine durable de la Commission européenne, qui peuvent constituer un instrument efficace pour la coopération entre différents échelons de gouvernements, mais uniquement s’ils sont suffisamment flexibles et s’ils sont à la hauteur des défis que connaissent les villes et les régions.»

Ces deux projets d’avis seront présentés pour discussion finale et adoption à la session plénière du CdR qui se tiendra du 30 juin au 2 juillet prochains.

La commission a également assisté lors de sa réunion à la présentation d’ une étude commandée par le CdR qui s’attache à analyser l’application des principes de partenariat et de gouvernance à multiples niveaux dans le cadre de la programmation de la politique de cohésion pour la période 2021-2027. Ces deux principes sont des pierres angulaires de la programmation et de la mise en œuvre de la politique de cohésion car ils renforcent la concrétisation des programmes de cette politique en permettant de susciter un sentiment d’appropriation et de territorialiser les investissements.

Les résultats de l’étude montrent ce qui suit:

  • la participation des partenaires, parmi lesquels figurent les pouvoirs publics des échelons nationaux, locaux et régionaux, les partenaires économiques et sociaux et les corps représentatifs de la société civile, ne s’améliore que lentement par rapport à la période de programmation 2014-2020;
  • il n’est pas pleinement tiré parti du potentiel des partenariats et la mobilisation des acteurs concernés demeure un défi crucial;
  • les solutions numériques mises en œuvre du fait des restrictions liées à la COVID-19 peuvent influer favorablement sur la participation des acteurs concernés et un recours accru aux solutions numériques pour associer les acteurs pourrait aider les partenariats à déployer pleinement leur potentiel.

Les conclusions de cette étude nourriront un avis d’initiative sur la participation des collectivités locales et régionales aux travaux préparatoires des accords de partenariat et des programmes opérationnels pour la période 2021-2027, pour lequel la commission a désigné lors de sa réunion un rapporteur en la personne de Juraj Droba (SK/ECR), président de la régions de Bratislava.

Les membres de la commission COTER ont également désigné Agnès Rampal (FR/PPE), vice-présidente de la métropole Nice-Côte d’Azur et maire adjointe de Nice, rapporteure de l’avis intitulé «Vers une stratégie macrorégionale en Méditerranée» et Donatella Porzi (IT/PSE), membre du conseil régional de la région d’Ombrie, rapporteure de l’avis sur le thème «La dimension de genre dans les Fonds structurels et de cohésion pour la période 2021-2027, avec une attention particulière portée à la préparation des programmes opérationnels».

Contact:

Tobias Kolonko

Tél. +32 (2)282 2003

tobias.kolonko@ext.cor.europa.eu