Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
Le Comité européen des régions et le Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l’Europe célèbrent leur 25e anniversaire  

Cette année, le Comité européen des régions (CdR) et le Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l'Europe fêtent tous deux leur 25e anniversaire. Lors de la session plénière tenue en juin par le CdR, une cérémonie s'est déroulée pour marquer l'événement et a été suivie par une conférence commune sur le thème de «La valeur ajoutée des collectivités locales et régionales pour l'unification de l'Europe». Cette rencontre a eu pour objectif de mettre en évidence les synergies entre les efforts que les deux institutions déploient en commun afin de renforcer l'autonomie locale et la démocratie au niveau des communes et des régions.

Durant la session plénière, prenant la parole à l'occasion de cette cérémonie d'anniversaire, le président du CdR, Karl-Heinz Lambertz, s'est exprimé en ces termes: «Bien que nous fassions partie de deux vastes structures bien distinctes, à savoir l'Union européenne et le Conseil de l'Europe, et que nos missions respectives diffèrent quelque peu, le Comité et le Congrès constituent l'un et l'autre des piliers essentiels de la démocratie locale. Grâce aux synergies nouées entre nos deux institutions, nous avons pu engranger bon nombre de succès dans la défense de l'autonomie locale et de la démocratie régionale. Nous avons développé chacun des outils précieux, que nous pouvons utiliser, ensemble bien souvent, afin de protéger les droits des représentants élus, quand des menaces pèsent sur eux, de lutter contre la corruption ou d'aider les responsables locaux dans l'intégration des migrants, pour ne mentionner que ces quelques exemples. Notre message est clair: aucune violation, quelle qu'elle soit, ne peut être tolérée à l'encontre de la démocratie locale ou des droits de représentants élus. En ces temps troublés, nous continuerons à faire notre devoir pour protéger ces droits et libertés.»

Pour sa part, le président du Congrès, Anders Knape, a tenu les propos suivants: «Nos deux institutions présentent une complémentarité indéniable en partageant le même enjeu de défense des politiques publiques de proximité en Europe. Deux rôles distincts et également importants pour œuvrer dans le même sens: ce que les gouvernements ont appelé subsidiarité et que je préfère nommer démocratie partagée.»

Évoquant les réalisations concrètes pour défendre la démocratie territoriale, Anders Knape a, en particulier, mentionné la Charte européenne de l'autonomie locale, un instrument juridique contraignant ratifié par les 47 États membres du Conseil de l'Europe sur lequel le Congrès fonde son monitoring de la situation de la démocratie locale et régionale dans les États membres du Conseil de l'Europe.

Le président du Congrès a insisté sur la nécessité de poursuivre la coopération et la complémentarité des deux institutions face aux dangers auxquels sont confrontées les collectivités européennes: tendance à la recentralisation, manque de consultation par les pouvoirs centraux, populisme, abstention et défiance à l'égard des institutions.

S'adressant aux membres du Congrès et du CdR lors de la conférence sur «La valeur ajoutée des collectivités locales et régionales pour l'unification de l'Europe», le président Lambertz a souligné qu'il était nécessaire de rebâtir de toute urgence la confiance dans le projet européen,et a tracé deux voies pour ce faire: «D'une part, il est possible de renforcer l'action de l'UE par une application correcte du principe de subsidiarité et une meilleure participation des villes et des régions. Cette nouvelle manière de travailler est l'une des recommandations que le groupe de travail sur la subsidiarité a adressées à l'UE. Elle se doit d'opérer un tel changement si elle veut que ses décisions soient mieux adaptées aux besoins de ses citoyens. Dénommée «subsidiarité active», cette nouvelle approche du processus décisionnel est de nature à mieux garantir que les politiques de l'UE produisent une valeur ajoutée européenne. D'autre part, il convient de renforcer le lien entre l'Union et ses citoyens, en augmentant le nombre des canaux qu'emprunte la participation démocratique. C'est pour cette raison que le président du Comité économique et social européen et moi-même avons émis de concert la proposition d'un mécanisme permanent de consultations et de dialogues structurés avec les citoyens. Un engagement de tous les instants avec les citoyens est essentiel pour garantir qu'ils s'approprient davantage le projet européen.»

Pour de plus amples informations:

Contact:

Nathalie Vandelle
nathalie.vandelle@cor.europa.eu
Téléphone: +32 (0)2 282 24 99