Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
COP 25: Les villes et les régions montrent leur unité ‎ afin de relancer l’action pour climat  
À Madrid, le Comité européen des régions (CdR) renforce ses alliances avec les réseaux mondiaux de gouvernements locaux et régionaux, alors même qu’à l’échelle planétaire les villes et les régions s’engagent à continuer d’agir pour le climat dans la perspective de la COP 26 ‎ qui se tiendra à Glasgow.

La COP 25 n’a pas su dégager un accord sur les règles devant permettre une mise en œuvre pleine et entière de l’accord de Paris. Les indicateurs régionaux dans le cadre des «règles de Paris», et l’appel en faveur d’une collaboration à plusieurs niveaux n’ont pas davantage abouti à une décision finale. Néanmoins, le rendez-vous de Madrid a démontré que les villes et les régions du monde sont fermement engagées pour relever le niveau d’ambition et d’action en matière de climat. La délégation du Comité européen des régions (CdR) a vigoureusement défendu le rôle central que jouent les villes et les régions dans la lutte contre le réchauffement climatique et insisté sur la nécessité de formaliser leur rôle dans la gouvernance climatique mondiale. La ville de Glasgow doit accueillir la COP 26 en décembre 2020, et des engagements plus élevés en matière de climat et d’action à plusieurs niveaux sont attendus. Cliquez ici pour accéder à l’album photo «COP 25» du CdR.

La 25 e  conférence des parties (COP) à la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) n’a pas permis de dégager un accord sur les aspects en suspens des «règles de Paris» – à savoir l’ensemble des procédures, règles et mécanismes de notification destinés à mettre en œuvre l’accord de Paris à partir de 2020. Les marchés mondiaux du carbone et les mécanismes d’échange de quotas d’émission, le soutien financier apporté à l’adaptation au changement climatique dans les pays en développement, ainsi que le relèvement des engagements en faveur du climat ont empêché les négociateurs de la COP 25 de parvenir à un accord à Madrid.

Le Comité européen des régions (CdR) a participé à la COP 25 avec une délégation emmenée par Markku Markkula, premier vice-président , et composée des membres suivants: Jean-Noël Verfaillie (RE/FR) , vice-président de la commission ENVE du CdR et membre du conseil général du département du Nord, Benedetta Brighenti (PSE/IT) , conseillère municipale de la commune de Castelnuovo Rangone, Andries Gryffroy (AE/BE) , député au parlement flamand et premier vice-président du sénat, et de Tjisse Stelpstra (ECR/NL) , membre du conseil exécutif de la province de Drenthe.

Par ailleurs, plusieurs membres du CdR étaient présents à la COP 25 pour y représenter leurs administrés. Il s’agit notamment de Ximo Puig (PSE/ES) , président de la région de Valence et président de la délégation espagnole au CdR, de Raffaele Cattaneo (PPE/IT) , ministre de l’environnement et du changement climatique de Lombardie , de Francisco Igea Arisqueta (RE/ES) , vice-président de la junte de Castille-et-León, de Manuel Cardenete Flores (RE/ES) , vice-ministre du tourisme, de la revitalisation, de la justice et de l’administration locale de la junte d’Andalousie, de Virginia Marco Cárcel (PSE/ES) , directrice générale chargée des affaires européennes de la junte des communautés de Castille-La Manche, de Mikel Irujo Amezaga (EA/ES) , directeur général chargé de l’action extérieure du gouvernement autonome de Navarre, de Sirpa Hertell (PPE/FI) , conseillère municipale de la ville d’Espoo et de Witold Stępień (PPE/PL) , membre de la diétine de Łódź.

Deux participants au programme du CdR «Young Elected Politicians United 4 Climate» (jeunes élus unis pour le climat) étaient également présents à la COP 25: Henrik Wickström (RE/FI) , président du conseil municipal de la ville d’Inkoo, et Maximilian Reinhardt (RE/DE) , conseiller municipal chargé des affaires européennes pour la ville de Sindelfingen.

Les membres du CdR sont intervenus dans une vingtaine de manifestations et ils ont participé à plus d’une quinzaine de rencontres bilatérales. Les membres ont participé à plusieurs réunions d’information de haut niveau sur l’état d’avancement des négociations avec la Commission, la présidence finlandaise de l’Union et les députés au Parlement européen. Les principaux messages politiques du CdR lors de la COP 25 sont repris ici.

Voici, en bref, les activités des membres du CdR lors de la COP 25:

Samedi 7 décembre

Les activités de la délégation du CdR lors de la COP 25 débutent le samedi 7 décembre par les interventions lors de l’assemblée générale de la «Under2 Coalition» de Raffaele Cattaneo (IT/PPE) , ministre régional de l’environnement et du changement climatique de Lombardie et de Tjisse Stelpstra (NL/ECR) , membre du conseil exécutif de la province de Drenthe.

La «Under2 Coalition»  est une communauté mondiale d’États et de gouvernements régionaux qui, dans le droit fil de l’accord de Paris, se sont engagés à mener une action ambitieuse en faveur du climat. La coalition rassemble quelque 220 gouvernements qui représentent plus de 1,3 milliards de personnes et 43 % de l’économie mondiale. Un rapport récent confirme que l’action régionale en faveur du climat est plus avancée que celle des gouvernements nationaux. Le CdR s’engage à renforcer sa coopération avec le «Climate Group» , un réseau mondial de gouvernements régionaux, et notamment avec son secrétariat.

La région de Navarre s’exprime en tant que membre actif de la «Under2 Coalition». Elle est représentée par Itziar Gómez , ministre régional de l’environnement et des affaires rurales, et par Mikel Irujo (ES/AE) , membre du CdR.

Au pavillon de l’Union européenne, Markku Markkula , premier vice-président du CdR, participe d’abord à un événement sur le thème «Accélérer la transition: Comment les villes et les régions changent la donne?», organisé en coopération avec l’ICLEI, puis à une discussion intitulée «Des données à l’action politique: libérer le pouvoir des indices pour le développement durable et l’action pour le climat», organisée en collaboration avec le Centre commun de recherche (JCR).

Dimanche 8 décembre

Markku Markkula et Raffaele Cattaneo (IT/PPE) participent à la session «Quel leadership régional dans le contexte de l’urgence climatique? Des solutions fondées sur la nature pour s’adapter et résoudre le problème de l’eau». Raffaele Cattaneo (IT/PPE) prend également la parole devant l’assemblée générale de Regions4 .

Au pavillon Cecilio Rodriguez, dans le parc du Retiro, les membres représentent le CdR lors de la réception de bienvenue à la COP 25 organisée à l’invitation de José Luis Martínez-Almeida, le maire de Madrid.

Lundi 9 décembre

En présence de la délégation du CdR à la COP 25, l’Union européenne organise la «Journée de la Convention mondiale des maires: contributions déterminées au niveau national (CDN) en faveur de la lutte contre le changement climatique: l’heure est venue d’une ‘Journée d’action à plusieurs niveaux’».

Benedetta Brighenti (PSE/IT) présente ses conclusions en présence de Kadri Simson la nouvelle commissaire à l’énergie. «L’année 2020 marquera un tournant pour la Convention puisque c’est à elle qu’il reviendra d’accompagner les villes et les régions vers les objectifs de l’Union européenne pour 2030. La Convention doit pouvoir répondre aux défis à venir, et elle essentielle pour atteindre les objectifs du pacte vert pour l’Europe» , observe Benedetta Brighenti, rapporteure de l’avis du CdR sur «La Convention des maires après 2020» .

Andries Gryffroy (AE/BE) , premier vice-président du sénat belge et membre du CdR, prend la parole lors de la session intitulée «Tendances mondiales en matière de législation et de contentieux sur climat: Renforcer la résilience et l’adaptation».

Au pavillon allemand, Tjisse Stelpstra (ECR/NL) , membre du CdR, est invité à une table ronde sur le thème «Transitions urbaines intelligentes: solutions innovantes et efficaces pour la mobilité.» Le ministre régional et vice-président du conseil exécutif de la province de Drenthe, déclare: «Il est impératif de transformer nos modes de transport. Ceux-ci représentent 23 % du total des émissions européennes, et les coûts externes qu’ils provoquent, que ce soit la pollution, les accidents, le bruit ou les embouteillages, sont beaucoup trop élevés. Il faut développer des approches de la mobilité à la demande, avec une perspective centrée sur l’utilisateur; il faut aussi moderniser les réseaux électriques, le stockage de l’électricité et la gestion des infrastructures publiques pour déployer des technologies innovantes en matière de piles à combustible et de batteries. Jamais nous ne réussirons à décarboner les transports sans une coopération efficace entre tous les niveaux de pouvoir.»

Mardi 10 décembre

À l’occasion de la EU Energy Day @ COP 25 , le pavillon européen reçoit un large éventail de représentants des gouvernements locaux et régionaux, des associations professionnelles, des ONG, des entreprises privées ainsi que des agents de l’Union européenne et de la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Thématiques abordées: la transformation du système énergétique pour atteindre 100 % d’énergies renouvelables; l’accélération de l’innovation pour réaliser le pacte vert pour l’Europe; l’instauration d’une transition juste pour toutes les régions et tous les citoyens; la création de conditions locales favorables pour améliorer la performance énergétique des bâtiments; le rôle du programme européen Copernicus dans la décarbonation de l’Europe.

Dans son discours, Markku Markkula , souligne que «le renforcement des capacités des décideurs publics et privés est essentiel. La planification urbaine, la rénovation des bâtiments anciens et les réseaux d’énergie intelligents doivent être des domaines prioritaires dans le cadre d’une collaboration fondée sur la connaissance.»

Le pavillon du Chili accueille l’événement: «La feuille de route pour la COP 26: du Chili au Royaume-Uni». Markku Markkula déclare à cette occasion: «Comment faire pour atteindre les objectifs en matière de climat? C’est un processus d’apprentissage. Et dans ce domaine, comme dans d’autres, les points de repères sont essentiels». La question centrale concerne la façon de «consolider les contributions des villes et de l’échelon infranational afin de relever l’ambition en matière de climat.»

Une délégation de neuf membres du CdR assiste à la séance d’information de Frans Timmermans, vice-président exécutif de la Commission sur l’état d’avancement des négociations de la COP 25 aux côtés de la délégation du Parlement européen, conduite par Bas Eickhout (NL-Verts/ALE) , des députés représentants plusieurs parlements nationaux ainsi que des membres du Comité économique et social européen (CESE). Lorsqu’il évoque les négociations sur les marchés mondiaux du carbone ainsi que sur les mécanismes d’échange de quotas d’émission qui risqueraient de compromettre les efforts en matière de décarbonation, Frans Timmermans concède préférer «une absence d’accord à un mauvais accord» .

Lors d’une réunion bilatérale avec le député au PE Bas Eickhout (NL-Vert/ALE) , Tjisse Stelpstra (NL/ECR) évoque la question de la gouvernance à plusieurs niveaux ainsi qu’un projet dans le domaine de l’hydrogène développé dans la province de Drenthe.

Raffaele Cattaneo (IT/PPE) intervient dans le cadre de la table ronde organisée au pavillon italien intitulée «L’action c’est nous! – Les jeunes montrent l’exemple».

Andries Gryffroy participe à une rencontre organisée par l’Union interparlementaire ( UIP ) en collaboration avec le congrès des députés espagnols pour promouvoir les échanges dans le cadre de l’action parlementaire sur le changement climatique.

Benedetta Brighenti (PSE/IT) s’exprime dans le cadre du «dialogue ouvert du PSE sur l’action climatique» et profite d’une réunion bilatérale avec le ministre italien pour évoquer l’initiative de la Convention des maires.

Mercredi 11 décembre

La délégation complète du CdR à la COP 25, dont Ximo Puig (ES/PSE) , président de la région de Valence et de la délégation espagnole au CdR, rencontre Dimitris Zevgolis, chef adjoint de la délégation de l’UE à la COP 25 , qui fait le point sur l’état d’avancement des négociations.

La communication sur le pacte vert pour l’Europe est également sur la table. Les membres font part de leur volonté d’associer le Comité européen des régions aux nombreux travaux législatifs à venir, rappellent que les villes et les régions sont d’ores et déjà plus ambitieuses que les gouvernements nationaux et réaffirment leur volonté de mettre tout en œuvre pour assurer la transition vers la neutralité climatique au niveau local. Lire le communiqué de presse ici.

Un point de presse avec le vice-président Markkula et le président Puig a lieu dans le pavillon de l’UE après la réunion.

Markku Markkula déclare: « L’Union européenne doit continuer à mener la lutte contre le réchauffement de la planète. La communication sur le pacte vert arrive à point nommé, étant donné que nous entrons dans la phase finale des négociations en vue de la mise en œuvre intégrale de l’accord de Paris. Le CdR réaffirme son engagement à contribuer pleinement aux objectifs du pacte vert, tout en veillant à ce que les villes et les régions y soient totalement associées et que personne ne soit laissé de côté».

Démontrant l’engagement des membres du CdR à promouvoir l’action pour le climat sur le terrain , le président Ximo Puig explique: «L’énergie consommée par l’administration régionale, notamment par les bâtiments administratifs, les écoles publiques et les hôpitaux, proviendra à 100 % de sources d’énergies vertes et renouvelables d’ici la fin de mon mandat» .

Raffaele Cattaneo (IT/PPE) prend la parole au pavillon italien dans le cadre de l’événement de haut niveau intitulé « CDP (Carbon Disclosure Project) Italy report: a dive into the cases of climate leadership and trends by Italian business and local governments ».

Andries Gryffroy (BE/AE) intervient au pavillon du Benelux dans le cadre de l’événement interparlementaire organisé par les Pays-Bas «Pimenter le pacte vert pour l’Europe avec le Parlement du Benelux».

Jeudi 12 décembre

Jean-Noël Verfaillie (FR/RE) prend la parole au pavillon français pour discuter de la «Mise en œuvre des stratégies d’adaptation des acteurs territoriaux». Le 2 e vice-président de la commission ENVE du CdR et conseiller départemental du Nord déclare: « Nous devons développer de nouveaux mécanismes financiers comme les obligations vertes, pour mettre en œuvre des projets d’adaptation au changement climatique dans nos villes. La réalisation des objectifs de l’accord de Paris et du pacte vert pour l’Europe passe impérativement par un renforcement des capacités administratives des gouvernements locaux, pour leur permettre d’élaborer des propositions de projets et de garantir la «bancabilité» des investissements potentiels. Je soutiens l’appel du Comité européen des régions à mettre en place un ensemble unique de lignes directrices pour coordonner toutes les mesures de renforcement des capacités financées par l’UE, et à réviser les niveaux de cofinancement de l’UE, étant donné que les collectivités locales et régionales ne disposent pas de la capacité financière nécessaire pour mobiliser des fonds propres suffisants».

Andries Gryffroy (BE/AE) prend part à un débat sur la législation et l’élaboration des politiques en matière d’adaptation au climat au Resilience Lab (Laboratoire de la résilience) de la CCNUCC. «Le réchauffement planétaire touche déjà nos territoires et nous n’avons pas d’autre choix que de développer des politiques efficaces pour s’adapter au changement climatique. Les gouvernements nationaux doivent doter les pouvoirs locaux et régionaux des moyens nécessaires pour rendre nos villes plus écologiques et développer des solutions fondées sur la nature afin de minimiser les risques climatiques et les pertes et dommages qui y sont liés» , explique M. Gryffroy. Le vice-président du Sénat flamand participe également à la discussion sur le thème «La sécurité de l'électricité pour soutenir les efforts d'atténuation et d'adaptation» au pavillon français.

Sirpa Hertell (FI/PPE) prononce un discours au pavillon du Royaume-Uni lors d’un événement organisé par le Grantham Institute , une initiative de la Fondation Grantham pour la protection de l’environnement.

Vendredi 13 décembre

Alors que commence la dernière journée de la COP 25, il semble que les négociations devraient connaître un retard et se prolonger le week-end. Conformément à l’appel lancé par le groupe des collectivités locales et des municipalités (LGMA) aux Nations unies, l’acteur non étatique qui réunit les gouvernements locaux et régionaux de la planète, et le Comité européen des régions demandent à la Commission européenne et à la présidence finlandaise du Conseil de l'Union européenne de soutenir l’inclusion de la «collaboration à plusieurs niveaux» dans la décision finale de la COP 25.

Les négociations achoppant sur les marchés du carbone et l’aide financière à l’adaptation au changement climatique pour les économies en développement, les textes se limitent au plus petit dénominateur commun. De ce fait, aucune référence à la collaboration à plusieurs niveaux, ni même aux indicateurs régionaux dans le cadre des règles de l’accord de Paris n’est intégrée dans les décisions finales.

Néanmoins, le rendez-vous de Madrid a démontré que les villes et les régions du monde sont fermement engagées pour relever le niveau d’ambition et continuer à mener des actions en faveur du climat au niveau local.

En prévision de la COP 26 à Glasgow, le groupe des collectivités locales et des municipalités (LGMA) invite les gouvernements nationaux à revoir à la hausse leur niveau d’ambition climatique et à intensifier leur action dans ce domaine. Il convient notamment de favoriser la pleine participation des gouvernements locaux et régionaux à la préparation des contributions déterminées au niveau national (CDN) actualisées.

Contexte

Sous la présidence du Chili, la 25 e conférence des parties (COP) de la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) a eu lieu à Madrid du 2 au 15 décembre 2019.

Cliquez ici pour accéder au portail du CdR consacré à la COP 25.

Cliquez ici pour découvrir comment des membres du CdR mettent en œuvre des actions en faveur du climat sur le terrain.

Le CdR a réagi à la communication sur le pacte vert de la COP 25. Pour plus d’informations, veuillez cliquer ici .

Vous trouverez ici le communiqué de presse concernant la résolution sur le pacte vert adoptée par le Comité européen des régions lors de sa session plénière du 5 décembre 2019. L’une des propositions emblématiques du CdR porte sur le lancement d’un forum des villes et des régions, qui assurera, avec la Commission européenne et les États membres, le suivi de la mise en œuvre du pacte vert.

Éditorial du président Karl-Heinz Lambertz : «Nous devons agir ensemble et maintenant» – Les dirigeants locaux et régionaux présentent leur vision afin de concrétiser le pacte vert pour l’Europe.

Contact: david.crous@cor.europa.eu / +32 (0) 470 88 10 37