Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
COP24: les villes et les régions demandent un rôle formel ‎ dans le cadre de l’accord de Paris  
Le Comité européen des régions s’associe aux réseaux mondiaux de collectivités locales présentes à Katowice pour demander que ces dernières jouent un rôle formel dans le cadre de l’accord de Paris

Les villes sont responsables de 70 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde et les collectivités locales sont à l’origine de plus de 70 % des mesures visant à réduire le changement climatique et jusqu’à 90 % des mesures d’adaptation à celui-ci. Cependant, l’accord de Paris n’est pas parvenu à intégrer de système permettant de suivre et de rendre compte des engagements et des réalisations des villes et des régions en matière de réduction des émissions de CO 2 . L’appel visant à compléter, dans le cadre des règles d’application de l’accord de Paris, les engagements nationaux par des contributions déterminées au niveau infranational, est de mieux en mieux perçu à Katowice, où ces contributions sont de plus en plus considérées comme essentielles pour combler l’actuel écart en matière d’émissions . Le Comité européen des régions (CdR) s’est exprimé devant l’assemblée plénière de la Conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP 24) pour demander qu’un rôle formel soit accordé aux villes et aux régions lors de la mise en œuvre de l’accord de Paris. Ce dernier vise à limiter le réchauffement de la planète à 1,5 °C au-dessus des niveaux préindustriels.

Le Comité européen des régions participe à la COP 24, à Katowice, avec un mandat bien défini, à savoir faire valoir un rôle officiel pour les collectivités locales et régionales au sein de la gouvernance climatique mondiale et de la mise en œuvre de l’accord de Paris. Trois ans après la signature de l’accord de Paris sur le climat, Katowice est l’échéance qui a été volontairement fixée pour adopter un programme de travail en solide vue de traduire l’accord en mesures concrètes.

Vous trouverez ci-dessous un résumé des principales activités et déclarations du CdR à la COP 24.

13 décembre 2018

Markku Markkula (FI/PPE) , premier vice-président du CdR, a tenu un discours de clôture dans le pavillon de l’UE, lors d’une session extraordinaire sur les moteurs permettant à l’industrie européenne de parvenir à un bilan carbone neutre. Le président du conseil municipal d'Espoo a déclaré: «Nous saluons les intentions positives et les tendances des secteurs d’activité à forte intensité énergétique à réduire leur empreinte carbone. Vous pouvez compter sur notre soutien pour créer des partenariats visant à maximiser le potentiel du plan SET et à promouvoir la recherche et l’innovation dans le cadre de la coopération entre l’Union européenne, les États membres, les régions, l’industrie et les instituts de recherche. La transformation industrielle de l’Europe doit constituer une priorité du programme Horizon Europe, ainsi que des investissements régionaux et privés. Sans la décarbonation du secteur industriel, nous ne serons pas en mesure d’atteindre les objectifs de 2030 en matière d’énergie et de climat, ni d’honorer nos engagements au titre de l’accord de Paris, et encore moins de respecter les objectifs de la stratégie pour une neutralité climatique d’ici 2050. Nous devons désormais travailler en étroite coopération pour progresser ensemble sur la voie d’une économie à faible intensité de carbone.» L’événement « Towards a Thriving Carbon Neutral Industry in Europe» a été organisé conjointement par la DG R TD de la Commission européenne, Carbon Market Watch et le PPP SPIRE.

12 décembre 2018

La COP 24 a accueilli la séance de clôture des dialogues avec les villes et les régions au format Talanoa , qui s’est ouverte avec les observations du Secrétaire général des Nations unies, António Guterres . La session était présidée par deux présidents de la COP: Josaia Voreqe Bainimarama , président de la COP 23 et premier ministre fidjien, et Michał Kurtyka , secrétaire d’État du ministère polonais de l’énergie et représentant plénipotentiaire de la présidence de la COP 24.

Devant l’assemblée plénière, Cor Lamers (NL/PPE) , bourgmestre de Schiedam et président de la commission ENVE du CdR, a relayé la demande des collectivités locales du monde entier quant à l’intégration officielle des villes et des régions dans l’accord de Paris. Cor Lamers a relayé le message politique du groupe des collectivités locales et des municipalités ( LGMA ),qui coordonne l’action des observateurs envoyés par les collectivités locales pour participer aux négociations intergouvernementales sur le climat de la CCNUCC.

«Au nom du groupe LGMA, nous appelons les parties à l’accord de Paris à étendre les dialogues de Talanoa au-delà de la COP 24 et à intégrer les contributions déterminées au niveau régional et local aux contributions déterminées au niveau national dans l’accord de Paris. Nous recommandons également à la présidence de la COP 24 de reconnaître officiellement les engagements et les réalisations des collectivités locales et régionales dans la déclaration finale de la COP 24. Les collectivités locales du monde entier sont prêtes à relever le défi. Vous pouvez compter sur nous.», a déclaré Cor   Lamers.

Par le biais du groupe LGMA, les collectivités territoriales demandent à toutes les parties de garantir que la déclaration finale de la COP 24 contienne la mention suivante: «Nous nous félicitons de l’issue et des résultats des dialogues de Talanoa et invitons les parties à les exploiter dans le cadre de leurs contributions déterminées au niveau national (CDN)». Les collectivités locales invitent la présidence de la COP 24 à renforcer ce paragraphe en faisant référence à une action à plusieurs niveaux et à l’intégrer pleinement dans la déclaration finale de la COP 24.

Dans son Rapport 2017 sur l’écart entre les besoins et les perspectives en matière de réduction des émissions (Emissions Gap Report) , l’ONU a souligné le rôle que peuvent jouer les villes et les régions dans la lutte contre le réchauffement climatique, tout en reconnaissant que leur incidence est «peu documentée». Les contributions déterminées au niveau local et régional visent à pallier ce manque de données, tout en réduisant l’écart existant en matière d’émissions et en revoyant les ambitions climatiques à la hausse.

À la fin de la session, les présidences de la COP 23 et de la COP 24 ont annoncé un Appel à l’action Talanoa . Les dialogues de Talanoa ont été lancés l’an dernier par la présidence fidjienne de la COP 23 en tant que cadre visant à faciliter, au niveau mondial, le dialogue visant à dresser le bilan des efforts entrepris par les collectivités locales, la société civile et les entreprises et ce, pour améliorer la prise de décision sur la lutte contre le changement climatique au niveau des Nations unies. Tout au long de l’année 2018, le groupe LGMA a participé à plus de 60 dialogues de Talanoa dans 40 pays, dont 52 ont été organisés par des collectivités locales et régionales, leurs réseaux ou partenaires.

11 décembre 2018

Le 11 décembre, le CdR a pris part à la Journée de l’énergie de l’Union européenne, organisée au pavillon de l’UE. Lors d’une session extraordinaire sur les régions charbonnières, Markku Markkula ( a déclaré : «Le cas des régions charbonnières révèle le caractère essentiel de la gouvernance à multiniveaux dans la mise en place de la transition énergétique. Les gouvernements nationaux, les régions et les villes, les entreprises, le monde universitaire, les citoyens et l’Union européenne doivent coopérer pour faire en sorte que cette transformation soit un succès. Les nouvelles technologies et le renforcement des capacités jouent un rôle crucial dans l’abandon du charbon. Les régions charbonnières doivent bénéficier de mesures financières solides et adaptées. C’est pourquoi nous soutenons la proposition de Jerzy Buzek, député européen , qui demande à allouer 4,8 milliards d’euros au Fonds pour une transition énergétique juste dans le prochain budget pluriannuel de l’UE ». Le CdR apporte son soutien à la plateforme pour les régions charbonnières en transition , créée il y a un an à peine par la Commission européenne dans le cadre du train de mesures sur l’énergie propre.

Le commissaire européen Miguel Arias Cañete a déclaré: «Dans l’ensemble de l’UE, l’industrie houillère emploie 240 000 personnes. À l’heure actuelle, 41 régions réparties au sein de douze États membres procèdent à l’extraction du charbon. Je souhaite faire du défi de la transition une opportunité pour les régions charbonnières. C’est possible et réalisable. Nous avons déjà accompagné les réformes structurelles menées dans 13 régions pilotes en Slovaquie, en Pologne, en Grèce, en Roumanie, en République tchèque, en Allemagne et en Espagne. »

La délégation du CdR a par ailleurs participé à la séance d’information de la Commission européenne sur l’état d’avancement des négociations de la COP 24, en présence de membres du Parlement européen et de représentants des États membres. Andrew Cooper (UK/AE) , membre du conseil de Kirklees (Royaume-Uni) et rapporteur du CdR sur La gouvernance en matière de climat après 2020 s’est adressé au Commissaire Arias Cañete en soulignant: «Nous voulons examiner la déclaration politique finale de la COP 24 et s'assurer qu’un rôle formel est reconnu aux autorités locales et régionales. Il est temps que soit reconnu le fait que nous sommes ceux qui agissent sur le terrain.». Le commissaire Arias Cañete a répondu: «Nous sommes tout à fait conscients que les villes et les régions sont des acteurs indispensables de la mise en œuvre des politiques de lutte contre le changement climatique. Nous n’avons pas encore connaissance du texte qui sera publié par les présidents cet après-midi. Cette mention a été incluse, et nous nous efforcerons de soutenir cette idée.»

10 décembre 2018

Andrew Cooper s’est adressé à l’assemblée réunie au pavillon de l’UE afin de répéter l’appel lancé par le CdR pour que «les rapports nationaux d’inventaire établis dans le cadre de transparence de l’accord de Paris comprennent une section sur les mesures d’atténuation prises par les gouvernements infranationaux.» Andrew Cooper, accompagné d’ Ashok Sridahan, président de l’ICLEI et maire de Bonn , a transmis ces messages au pavillon allemand lors d’une session intitulée «Les objectifs de développement durable, indicateurs pour les villes et sources d’inspiration pour accroître l’ambition des contributions déterminées au niveau local.»

Le 10 décembre, lors de la Journée de la Convention mondiale des maires organisée au pavillon de l’UE, Markku Markkula a déclaré: «Il est temps de revoir nos ambitions à la hausse et d’intensifier notre action pour lutter contre le changement climatique. Les villes et les régions sont prêtes à accroître leurs contributions en matière climatique, en complément des engagements pris par les États. Le slogan de la présidence polonaise pour la COP 24 est «Changing together» (Tous unis pour le changement). Nous, collectivités locales et régionales, sommes ambitieuses, inclusives et innovantes. Nous savons comment mener à bien la lutte contre le changement climatique. Aujourd’hui, nous affirmons aux membres des Nations unies: vous pouvez compter sur nous.» L’événement était organisé par la DG CLIMA de la Commission européenne, l’ICLEI, le Bureau de la Convention des maires et le CdR. Markku Markkula a rencontré Marcin Krupa , maire de Katowice, et a félicité la ville accueillant la COP 24 d’avoir adhéré à la Convention des maires.

Le 10 décembre, Sirpa Hertell (FI/PPE) , rapporteure de l’ avis du CdR sur la stratégie de l’UE en matière d’adaptation au changement climatique et conseillère municipale d’Espoo, a participé à une réunion avec l’Alliance pour le climat. La rapporteure a déclaré: «Nous nous joignons à nos réseaux partenaires pour dire qu’il est temps d’intensifier les actions locales en faveur du climat. Pour inverser le cours du réchauffement planétaire, nous avons besoin d’un nouveau modèle économique et social, et celui-ci ne peut aboutir que s’il est ancré localement.»

Le même jour la délégation du CdR à la COP 24 a été conviée par le maire de Katowice, Marcin Krupa, à l’événement intitulé Katowice Climate Shift: Culmination of cities and regions at COP24 (Le changement climatique à Katowice: l’apogée des villes et des régions à la COP 24). Ce fut l’occasion de présenter plus de 60  dialogues avec les villes et les régions au format Talanoa et de tenir un débat sur la lutte contre le changement climatique au niveau local, au cours duquel Markku Markkula a relayé les principaux messages politiques du CdR pour la COP24 .

À la fin de la première semaine de la COP 24, Marco Dus (IT/PSE) a pris part au Sommet mondial sur la santé et le changement climatique de 2018 . Le rapporteur de l’ avis du CdR sur le financement de la lutte contre le changement climatique a fait valoir que «les décideurs au niveau local, national et mondial doivent agir pour réduire de manière significative la pollution climatique et développer la résilience au changement climatique. L’accès au financement est un élément-clé pour bon nombre de collectivités en vue de la mise en œuvre de l’action climatique en rapport avec la santé.» L’exposition à la pollution atmosphérique provoque en effet le décès de 7 millions de personnes par an dans le monde. La réalisation des objectifs de l’accord de Paris permettrait d’épargner environ un million de vies par an d’ici à 2050, et ce uniquement grâce à la baisse de la pollution atmosphérique ( OMS ).

Outre la brochure ssur les meilleures pratiques dans le cadre de la COP 24 , et dans l’objectif de continuer à renforcer la visibilité des résultats des villes et des régions en termes d’action climatique, le CdR a coordonné la présence à la COP 24 des villes lauréates des Covenant Cities in the Spotlight awards 2018 . Au cours de cette seconde semaine de la COP 24, la délégation du CdR a été rejointe par Roberto Campelli , maire de Monsano , Erik Lauritzen , maire de Sønderborg , et Frédéric Ximeno , commissaire chargé de l’écologie au conseil municipal de Barcelone .

Contexte:

La délégation du CdR à la COP 24 se compose de:

Markku Markkula (FI/PPE) , premier vice-président du CdR et président du conseil municipal d’Espoo,

Cor Lamers (NL/PPE) , président de la commission ENVE du CdR et maire de Schiedam,

Valter Flego (HR/ADLE) , second  vice-président de la commission ENVE du CdR et préfet de l’Istrie,

Andrew Cooper (UK/AE) , coordinateur AE de la commission ENVE du CdR, rapporteur de l’avis du CdR sur la gouvernance climatique après 2020 et membre du conseil de Kirklees (Royaume-Uni),

Marco Dus (IT/PSE) , rapporteur sur le financement de la lutte contre le changement climatique et membre du conseil municipal de Vittorio Veneto,

Sirpa Hertell (FI/PPE) , rapporteure de l’avis du CdR sur la stratégie en matière d’adaptation au changement climatique et conseillère municipale d’Espoo,

Andres Jaadla (EE/ADLE) , coordinateur ADLE de la commission ENVE du CdR et membre du conseil municipal de Rakvere,

Daiva Matonienė (LT/ECR) , coordinatrice ECR de la commission ENVE du CdR et membre du conseil municipal de Šiauliai,

André Van De Nadort (NL/PSE) , coordinateur PSE de la commission ENVE du CdR et maire de Weststellingwerf.

Messages politiques et délégation à la COP 24

Brochure sur les bonnes pratiques dans le cadre de la COP 24

Contributions déterminées au niveau local et régional

18/11/2018 Changement climatique: Vous pouvez compter sur nous (Avant-propos de Karl-Heinz Lambertz, président du CdR et Markku Markkula, premier vice-président)

15/11/2018 COP 24: Êtes-vous prêts?

19/09/2018 Les pouvoirs locaux revoient les ambitions climatiques à la hausse

06/07/2018 Changement climatique: pour concrétiser l’accord de Paris, il nous faut davantage d’ambition et une nouvelle gouvernance

Pour plus d’informations, consultez la page du CdR consacrée à la COP 24

Contact: David Crous | david.crous@cor.europa.eu | +32 (0) 470 88 10 37