Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
Les villes demandent que la conférence sur l’avenir de l’Europe contribue à la promotion d’une démocratie plus participative, verte et inclusive dans l’UE  

Lors de la manifestation intitulée «Les villes stimulent la démocratie dans l’Union européenne: une perspective urbaine pour alimenter la conférence sur l’avenir de l’Europe», coorganisée par le Comité européen des régions (CdR), Eurocities et le Conseil des communes et régions d’Europe (CCRE), les dirigeants locaux et régionaux ont fait part de leurs attentes concernant la conférence sur l’avenir de l’Europe et de leurs expériences en matière de renforcement de la démocratie locale. Ils ont examiné des exemples d’exercices participatifs innovants, de projets écologiques, de services numériques aux citoyens ou d’intégration civique. La manifestation a débouché sur l’adoption de conclusions qui alimenteront la conférence sur l’avenir de l’Europe .

Apostolos Tzitzikostas (EL/PPE), président du Comité européen des régions et président de la région de Macédoine centrale en Grèce, a déclaré: «Que nous parlions de "citizen" en anglais, de "citoyen" en français, de "cittadino" en italien ou de "πολίτης" en grec, la racine du mot fait toujours référence à la ville. Les villes et la démocratie sont indissociables. La démocratie est née dans les villes, à la base de la société. Les villes constituent l’échelon le plus proche de la démocratie, le niveau auquel on observe les bonnes pratiques démocratiques. Elles sont les piliers de la démocratie. Les citoyens souhaitent s’investir, et il est de notre devoir de concevoir les outils appropriés pour les y aider. C’est pourquoi je suis intimement convaincu que les villes sont de véritables laboratoires permettant d’enrichir, de moderniser et de renforcer la démocratie. »

Dario Nardella , président d’ Eurocities et maire de la ville de Florence, a indiqué: «Comme le montrent les nouvelles recherches d’Eurocities , la quasi-totalité de nos villes ont mis en place des formes de démocratie participative, et bon nombre d’entre nous ont recours à des pratiques innovantes au quotidien. Les villes estiment que la conférence sur l’avenir de l’Europe doit donner lieu à l’élaboration d’une stratégie en matière de participation européenne. L’Europe devrait profiter de l’impulsion donnée par la conférence pour poursuivre l’exercice de la démocratie participative, et ainsi ouvrir la voie à une nouvelle forme de collaboration avec les villes et leurs habitants, afin de rapprocher l’Europe des citoyens.»

Christoph Schnaudigel , coprésident du Conseil des communes et régions d’Europe (CCRE) et président du comté de Karlsruhe, a affirmé: «Le niveau local et régional, qui est le niveau d’administration le plus proche des citoyens, peut servir de relais pour permettre à tout un chacun de communiquer directement avec les responsables de l’Union. Les citoyens doivent être mieux représentés auprès des institutions européennes. Pour ce faire, nous pourrions mettre en place un mécanisme permanent de l’UE permettant un dialogue structuré avec les citoyens, par l’intermédiaire des représentants des collectivités locales et régionales.»

Le CdR, Eurocities et le CCRE se sont accordés sur plusieurs conclusions qui alimenteront la plateforme numérique de la conférence sur l’avenir de l’Europe:

1. La conférence sur l’avenir de l’Europe offre l’occasion de promouvoir des moyens innovants d’associer les citoyens au fonctionnement de l’Union européenne et d’élaborer une stratégie en matière de participation européenne. Il y a lieu de promouvoir et de relayer davantage, y compris au niveau de l’UE, les pratiques participatives et délibératives, telles que la gestion participative des finances publiques municipales et la gestion conjointe de l’espace public, lesquelles renforcent notre démocratie européenne fondée sur les valeurs. Nous estimons qu’il conviendrait de créer un mécanisme permanent de l’UE permettant un dialogue structuré avec les citoyens, par l’intermédiaire des représentants des collectivités locales et régionales . Ce mécanisme permettrait 1) aux villes de collaborer avec leurs citoyens sur les questions européennes qui les concernent directement; 2) aux décideurs européens d’élaborer des politiques adaptées aux villes et auxquelles les citoyens souscrivent; 3) aux citoyens de prendre part à un processus politique qui, en définitive, a une influence sur leur vie quotidienne. Un tel dialogue pourrait inclure les questions politiques suivantes, qui comportent une forte dimension urbaine et territoriale et bénéficient de contributions des échelons locaux et régionaux:

2. Les villes, quelle que soit leur taille, sont au cœur de la transition écologique , étant donné qu’elles sont responsables de 70 à 80 % des émissions mondiales. Par ailleurs, les collectivités locales et régionales mettent en œuvre 70 % des mesures d’atténuation du changement climatique et 90 % des politiques d’adaptation au changement climatique. Les villes et municipalités doivent dès lors être reconnues comme des protagonistes de la transition écologique vers la neutralité climatique, notamment par l’intermédiaire d’échanges réguliers d’idées et de bonnes pratiques, d’une participation accrue à l’élaboration et à la mise en œuvre des programmes et d’un soutien financier de la part de l’UE, y compris en vue du renforcement de leurs capacités.

3. Les villes et municipalités sont les pionnières de la transformation numérique dans la mesure où elles élaborent et mettent en pratique des solutions innovantes et intégrées à l’intention des citoyens et des communautés. Il est nécessaire d’accélérer le déploiement de l’infrastructure à large bande ainsi que le renforcement des capacités au niveau local afin de combler la «double fracture numérique» causée par l’accès inégal aux technologies et l’illectronisme. En outre, de nombreuses plateformes en ligne ont une incidence considérable au niveau local, sur les transports urbains et régionaux, les logements, l’hébergement touristique et la fourniture de services publics; ces domaines doivent être pris en compte dans les approches adoptées par l’Europe pour résoudre les problèmes.

4. Les villes et municipalités rencontrent et ont déjà relevé de nombreux défis dans leurs efforts pour stimuler la cohésion sociale , bâtir des sociétés inclusives et promouvoir la diversité. C’est pourquoi elles doivent être pleinement associées, en faisant part de leurs expériences et des outils stratégiques adéquats, aux stratégies européennes et nationales en matière d’intégration sociale, qui traitent notamment des questions d’égalité entre les hommes et les femmes, des évolutions démographiques, des handicaps et de l’intégration des migrants. Il est essentiel de garantir aux villes et municipalités un accès direct et rapide aux financements de l’Union afin de leur permettre de remplir leur mission d’intégration sociale.

5. La nouvelle charte de Leipzig , qui s’appuie sur la force transformatrice des villes pour le bien commun, le programme urbain renouvelé pour l’UE et l’ agenda territorial 2030 devraient permettre aux villes et aux municipalités de participer à l’élaboration des politiques européennes qui les concernent et d’agir comme des points de référence pour la mise en œuvre dans la pratique des politiques de l’UE dans l’ensemble des États membres. Ces initiatives doivent permettre aux institutions européennes, aux États membres, aux villes et aux municipalités d’interagir au moyen d’une plateforme politique visant à soutenir le pacte vert pour l’Europe et son déploiement au travers des différentes politiques ancrées au niveau des villes et des collectivités locales.

Contacts:

CdR : Marie-Pierre Jouglain

Mobile: +32 473524115

mariepierre.jouglain@cor.europa.eu

CCRE : Georgina Mombo

Mobile : +32 489471630

georgina.mombo@ccre-cemr.org

EUROCITIES : Alex Godson
Mobile: +32 495298594

alex.godson@eurocities.eu  

Share: