Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
Les dirigeants régionaux appellent à éviter la concurrence entre la politique de cohésion et le plan de relance de l’UE, trop centralisé  

Le président du CdR a invité les ministres de l’UE chargés de la politique de cohésion à créer un véritable partenariat entre les acteurs européens, nationaux, régionaux et locaux afin de mettre en œuvre la relance dont nos citoyens ont besoin

Apostolos Tzitzikostas, président du Comité européen des régions, est intervenu aujourd’hui lors de la réunion informelle des ministres chargés de la politique de cohésion. Le débat a porté pour l’essentiel sur la manière d’assurer des synergies entre la politique de cohésion et la facilité pour la reprise et la résilience (FRR), l’instrument de 672,5 milliards d’EUR qui constitue la pierre angulaire de l’instrument de relance Next Generation EU, également connu sous le nom de plan de relance pour l’Europe .

Au cours de son intervention, Apostolos Tzitzikostas , président du Comité européen des régions et gouverneur de la région de Macédoine centrale, a déclaré: « La cohésion est bien plus qu’une politique; c’est l’une des valeurs fondamentales sur lesquelles nous avons bâti notre Union et la boussole stratégique des instruments d’investissement les plus puissants de l’Union européenne . La pandémie a eu des répercussions variables sur le plan socio-économique, une réalité dont toutes les mesures de relance doivent tenir compte. Nous devons éviter à tout prix toute concurrence entre les fonds structurels et la facilité pour la reprise et la résilience, dont les investissements clés sont acheminés par l’intermédiaire d’un mécanisme fortement centralisé, pour la simple raison que les règles étant moins complexes, il n’est pas nécessaire de recourir à un cofinancement national. Seul un véritable partenariat entre les acteurs européens, nationaux, régionaux et locaux peut conduire à la relance dont nos citoyens ont besoin. C’est pourquoi j’ai profité de l’occasion qui m’était donnée aujourd’hui pour demander aux ministres de nous aider à renforcer ce partenariat dans chaque État membre. »

En octobre 2020, le CdR a adopté son avis sur la FRR et a mis en garde à plusieurs reprises contre les risques de chevauchement, voire de concurrence, entre les instruments de financement. Christophe Rouillon (FR/PSE), maire de Coulaines et rapporteur général du CdR sur la FRR, souligne le point suivant: « Nous devons saluer l’aspiration de la présidence portugaise à maximiser les synergies entre la politique de cohésion et les plans nationaux de relance et de résilience au niveau opérationnel. Selon nous, ces synergies seraient a priori mieux garanties si les plans nationaux appliquaient également le principe de partenariat avec les collectivités locales et régionales, qui est l’ADN de la politique de cohésion. Il s’impose de veiller à ce que les plans nationaux ne nuisent pas à la cohésion par le biais des réformes dites structurelles. Pour ce faire, la Commission et le Conseil doivent partager leurs analyses des plans nationaux non seulement avec le Parlement européen, mais aussi avec le Comité européen des régions. »

Sur la base des résultats d’une étude ad hoc , le CdR prépare actuellement un avis d’initiative sur la participation des collectivités locales et régionales à la préparation des accords de partenariat et des programmes opérationnels au cours de la période 2021-2027. Juraj Droba (SK/ECR), président de la région autonome de Bratislava et rapporteur de l’avis, a déclaré: « Les principes de partenariat et de gouvernance à multiniveaux sont des conditions préalables à l’élaboration de documents stratégiques de qualité qui refléteront les besoins réels de nos territoires. Par conséquent, nous voulons faire entendre notre voix et être des partenaires à part entière pour nos gouvernements et nos institutions de l’UE. »

Porte-parole du président:

Michele Cercone

Tél. +32 498982349

Michele.Cercone@cor.europa.eu