Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
La coalition européenne pour la cohésion exhorte les gouvernements ‎ des États membres à associer les régions et les villes à l’élaboration ‎ des plans pour la relance post-COVID et à éviter toute «fracture vaccinale» en Europe  

À la veille de la réunion du Conseil européen, l’Alliance pour la cohésion ( #Cohesion Alliance ) – une alliance européenne composée de 12 000 signataires qui réclament une politique de cohésion plus forte après 2020 – demande instamment aux États membres d'associer les pouvoirs locaux et régionaux à l’élaboration, à la mise en œuvre et à la gouvernance des plans nationaux pour la relance et la résilience . L’Alliance pour la cohésion exhorte en outre les parlements nationaux à ratifier dès que possible la décision sur les ressources propres, ce qui permettra à la Commission européenne d’emprunter jusqu’à 750 milliards d’euros sur les marchés des capitaux pour faire face aux effets négatifs de la crise liée à la COVID-19. L’Alliance met en outre en garde les dirigeants de l’UE contre le risque de concurrence en matière de vaccins, étant donné que celle-ci accentuerait les inégalités entre les régions, les villes et les villages d’Europe.

Depuis le début, les collectivités locales et régionales sont en première ligne pour gérer la crise sanitaire. Elles joueront un rôle essentiel pour assurer une relance équitable, durable et résiliente dans toute l’Europe. Au moment où de nombreux États membres élaborent leurs plans nationaux pour la relance, il apparaît toutefois clairement que les régions, les villes et les communes, mais aussi les partenaires socio-économiques, ne sont pas associés de manière significative au processus de planification .

Le succès de la relance de l’Europe dépend de la relance dans chacune de ses régions, de ses villes et de ses villages. Compte tenu de la diversité de leurs besoins, une véritable relance n’est possible que si nous reconnaissons et abordons les nombreux défis et les nombreuses disparités auxquels doivent faire face tous les territoires européens, des régions rurales aux régions frontalières en passant par les régions les plus isolées, les régions les plus urbanisées, les îles, les régions montagneuses et les régions faiblement peuplées. Les investissements doivent correspondre aux besoins des territoires. Si les collectivités locales et régionales n’ont pas véritablement voix au chapitre concernant l’élaboration, la mise en œuvre et la gouvernance des plans nationaux pour la relance et la résilience, le risque est grand que de nombreuses régions soient laissées de côté. Les collectivités locales et régionales sont responsables d’un tiers des dépenses publiques et de la moitié des investissements publics dans l’UE et la relance ne pourra tout simplement pas avoir lieu sans leur participation.

La solidarité européenne consiste à montrer par des actions concrètes que la cohésion est une valeur fondamentale pour l’UE. Nous invitons par conséquent tous les États membres à travailler en partenariat avec les collectivités locales et régionales, les partenaires socio-économiques et la société civile à l’élaboration, à la mise en œuvre et à la gouvernance des plans nationaux pour la relance qui doivent être présentés à la Commission européenne d’ici la fin du mois d’avril. Nous soulignons la nécessité de respecter pleinement les principes de partenariat et de gouvernance à multiniveaux, ainsi que d’adopter une approche fondée sur le territoire dans le cadre de ce processus.

L’Alliance pour la cohésion s’est félicitée de la création de Next Generation EU, l’instrument pour la relance doté de 750 milliards d’EUR, aussi appelé « plan de relance pour l’Europe », en ce qu'il marque un tournant historique pour l’Union européenne. Le moment est maintenant venu de traduire en actions concrètes le plan d’investissement le plus puissant jamais déployé par l’UE. Toutefois, de trop nombreux États membres doivent encore ratifier la décision sur les ressources propres , l’acte législatif qui permettrait à la Commission européenne d’emprunter jusqu’à 750 milliards d’EUR sur le marché des capitaux pour faire face aux conséquences de la crise liée à la COVID-19. Il est essentiel que tous les pays de l’UE ratifient rapidement cette décision afin de stimuler la relance en Europe grâce à de nouveaux fonds. Les parlements nationaux doivent dès lors ratifier la décision dans les meilleurs délais.

Enfin, la solidarité européenne implique de coopérer pour mener à bien une véritable campagne de vaccination européenne. Une campagne fragmentée ne profiterait à personne et compromettrait la relance en creusant les inégalités entre les régions d’Europe. C’est pourquoi, dans la perspective du sommet européen, l’Alliance pour la cohésion met en garde les dirigeants de l’UE contre le risque d’instaurer une concurrence en matière de vaccins sur le terrain. Nous appelons à une coordination étroite entre l’UE, les gouvernements nationaux et les pouvoirs régionaux afin de faire en sorte que les besoins et les attentes de tous les citoyens européens soient satisfaits.

Nous devons tout mettre en œuvre pour éviter une «fracture vaccinale» qui accroîtrait les inégalités entre nos régions, nos villes et nos villages.

Pour contacter le secrétariat de l’Alliance:

CohesionAlliance@cor.europa.eu