Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
La peste porcine africaine demeure un défi et une menace: les collectivités locales ‎ et régionales demandent une coopération accrue pour lutter contre la maladie  

Le Comité européen des régions, à l’initiative de Sławomir Sosnowski, membre de la diétine de la voïvodie de Lublin, adoptera un avis relatif à la peste porcine africaine (PPA) lors de sa session plénière d’octobre. Les collectivités locales et régionales font observer que l’épizootie de peste porcine africaine représente une menace pour le développement rural et le marché de la viande de porc.

L’épizootie de PPA met en péril l’environnement, l’économie et, plus grave encore, les populations qui vivent en zone rurale et travaillent dans la production de viande porcine. L’avis du CdR a pour objectif d’inviter la Commission européenne à adopter des mesures et démarches législatives qui soient plus décisives afin de parvenir à un équilibre dans le développement des zones rurales, notamment en régulant les populations de sangliers, principaux vecteurs du virus de la PPA, en Europe centrale et orientale.

Sławomir Sosnowski (Pologne/PPE/Parti populaire polonais) estime que «le problème de la peste porcine africaine ne peut être résolu car il n’existe aucun vaccin contre cette maladie. Nous devons reconnaître qu’il s’agit là d’une problématique qui touche l’ensemble de l’Union européenne, y compris les domaines de l’économie et du commerce. Il importe d’atténuer ses conséquences. Nous devons tout mettre en œuvre pour trouver un vaccin contre la maladie, renforcer la coopération internationale sur cette question et demander un soutien financier.»

Le CdR souligne que la peste porcine africaine représente une menace et un défi aux niveaux local, régional, national et européen; tous les acteurs concernés doivent dès lors collaborer encore davantage pour combattre ce virus extrêmement dangereux. Il importe d’accroître immédiatement et radicalement les fonds destinés à la lutte contre la PPA, à la fois en faveur de mesures ponctuelles et de la recherche sur la maladie, y compris la mise au point d’un vaccin efficace. Le CdR invite aussi la Commission à continuer d’activer, de suivre et d’évaluer les mesures de lutte contre cette maladie au niveau des États membres, avec la participation des collectivités locales et régionales.

La vitesse à laquelle le virus s’est répandu jusqu’au stade actuel pourrait mener à un effondrement du marché européen de la viande de porc et priver de leurs sources de revenus des centaines de milliers d’agriculteurs. Une coopération transfrontière est nécessaire pour combattre cette maladie qui a désormais atteint le stade d’épidémie dans plusieurs États membres et régions de l’Union (entre janvier et mi-avril 2018, on a recensé 1 492 cas en Pologne, 782 sangliers infectés en Lituanie, 286 en Lettonie, 150 cas en Estonie, 25 en République tchèque et 24 en Italie).

Informations complémentaires

La peste porcine africaine est une maladie porcine chronique, virale et grave. Elle a été découverte au Kenya en 1910 et les premiers cas en Pologne ont été recensés en février 2014 chez des sangliers morts. Le virus à l’origine de la peste porcine africaine résiste aux températures élevées et au fumage, et peut même survivre 1 000 jours dans la viande congelée. La mortalité chez les animaux infectés atteint pratiquement 100 %.

La dernière carte choroplèthe de la Commission européenne sur la peste porcine africaine

«A Review of African Swine Fever – Disease that is Now a Big Concern in Europe» («Une analyse de la peste porcine africaine, la maladie qui inquiète terriblement en Europe», article paru dans Contemporary Agriculture en 2018)

Contact:

Wioletta Wojewódzka

Tél. +32 22822289

+32 473843986

wioletta.wojewodzka@cor.europa.eu