Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
L’UE doit placer l’inclusion au cœur de la transition numérique et écologique  

Lors d’un débat avec la ministre finlandaise des affaires européennes, Tytti Tuppurainen, les représentants locaux et régionaux de l’UE ont appelé l’UE à faire en sorte que toutes les régions et leurs citoyens bénéficient des transitions numérique et écologique qui façonnent nos sociétés. Le 9 octobre, le Comité européen des régions (CdR) a adopté deux avis, demandés par la présidence finlandaise du Conseil de l’UE, qui mettent l’accent sur la résorption de la fracture numérique et sur les actions visant à garantir la cohésion et la solidarité pour tous les Européens.

Dans le but de parvenir à une neutralité carbone dans l’UE d’ici à 2050, la ministre Tuppurainen a déclaré: «Il est de la responsabilité de l’UE et des autres puissances économiques de jouer un rôle de premier plan dans la transition vers une économie numérique, durable et neutre pour le climat. Cette transition devrait être considérée comme une opportunité. Nous devons adopter et modeler les changements induits par la transition verte, l’évolution technologique et la mondialisation de telle sorte que personne ne soit laissé de côté.»

La ministre a ajouté que «la politique de cohésion contribue de manière significative à une croissance durable et inclusive dans toutes les régions de l’UE et nous aide à relever les défis auxquels l’Union est confrontée. Il s’agit d’un outil important pour stimuler une croissance économique durable et réduire les disparités régionales. Dans le même temps, la future politique de cohésion doit privilégier les résultats, être plus efficace et mieux s’organiser autour d’axes thématiques.»

Karl-Heinz Lambertz , président du Comité européen des régions, a quant à lui déclaré: «Toutes les régions et les villes doivent tirer parti de l’économie numérique si nous entendons bâtir une Europe compétitive, inclusive et durable. La transformation numérique de nos économies va de pair avec la cohésion économique, sociale et territoriale de l’Europe. Elle contribuera non seulement à créer des emplois, mais aidera les régions et les villes, en particulier dans les zones rurales et les zones de transition, à s’orienter de toute urgence vers un avenir neutre en carbone, que l’Europe doit atteindre d’ici 2050. Toutefois, en l’absence d’investissements suffisants, les régions et les villes ne pourront y parvenir. La taille et la forme du prochain budget de l’UE définiront notre avenir commun pour les prochaines années. Les coupes dans les investissements régionaux et la centralisation des fonds agiront comme des freins pour l’Europe.»

Le premier des deux avis souligne que l’accès et la participation active à la société numérique sont essentiels au succès du futur développement local et régional, et que la cohésion numérique constitue une dimension supplémentaire importante du concept traditionnel de cohésion économique, sociale et territoriale défini dans les traités de l’UE. Néanmoins, le CdR regrette que les priorités du nouvel agenda politique de la Commission européenne ne mettent pas suffisamment l’accent sur un marché unique numérique inclusif qui profite à tous les citoyens de l’Union européenne.

Selon la rapporteure Anne Karjalainen (FI/PSE), membre du conseil municipal de Kerava, «la transformation numérique doit s’appuyer sur une économie des données durable, concurrentielle et centrée sur l’humain dans l’UE. Plutôt que d’axer le développement de produits sur la technologie, il conviendrait de mettre au point des techniques, des services et des produits centrés sur l’être humain, notamment la conception centrée sur l’utilisateur, la cocréation et des phases d’essai rapides.»

Afin de garantir le droit à la connectivité pour chaque citoyen européen, le CdR plaide en faveur d’un soutien accru au déploiement de réseaux à haut débit et de réseaux 5G dans les communautés locales, indépendamment de leur taille et de leur densité de population. L’avis de M me  Karjalainen appelle également à investir davantage dans les compétences numériques et l’éducation aux médias, la cybersécurité et la protection des consommateurs dans le domaine de l’économie numérique, et souligne le rôle des réseaux régionaux de pôles d’innovation numérique dans la mise en œuvre du nouveau programme pour une Europe numérique.

La numérisation et l’introduction de solutions intelligentes dans les services publics, en particulier dans les secteurs des transports et de l’énergie, sont également essentielles pour accélérer le développement durable au niveau local et régional. Un avis élaboré par le rapporteur Andries Gryffroy (BE/AE), membre du Parlement flamand, met l’accent sur le rôle des villes intelligentes pour assurer une transition équitable vers la neutralité climatique et la mise en œuvre des objectifs de développement durable au niveau local.

M. Gryffroy a souligné que «les villes et les communautés ont un rôle important à jouer dans la transition vers une Europe efficace dans l’utilisation des ressources, neutre pour le climat et riche en biodiversité. Nous devons créer des possibilités plus nombreuses et de meilleure qualité afin d’aider et de soutenir les acteurs locaux et régionaux dans cette évolution. Il y aura lieu d'adopter une approche ascendante, faite d’actions intelligentes issues de la coopération locale. Cette inclusion est tout aussi nécessaire pour combler le fossé numérique, afin de s’assurer que les membres les plus faibles de la société ne soient pas laissés pour compte dans la transition vers une société numérique.»

Contexte

La politique de cohésion est la principale source de financement de l’UE pour améliorer la connectivité: dans le cadre financier pluriannuel actuel de l’UE (2014-2020), 6 940 millions d’euros de fonds ESI ont été alloués au déploiement du haut débit, principalement au titre du Fonds européen de développement régional. D’ici à la fin de 2020, ces financements devraient permettre à 14,6 millions de ménages supplémentaires d’accéder au haut débit, à 77 500 entreprises d’obtenir un soutien pour améliorer leur utilisation des services des TIC et à 41,7 millions de personnes de bénéficier de services de santé améliorés, notamment en ligne. Des fonds sont également alloués au titre du Fonds européen pour les investissements stratégiques (EFSI) et du mécanisme pour l’interconnexion en Europe, dont le Fonds pour la connectivité à haut débit lancé en 2018. Pour en savoir plus .

Depuis 2017, le CdR collabore avec la Commission européenne dans le cadre d’une plateforme consacrée au haut débit , au sein de laquelle des décideurs et des experts locaux étudient la possibilité de déployer des réseaux à haut débit plus rapides, de meilleure qualité et plus durables dans toutes les régions européennes, en s’efforçant d’éliminer la fracture numérique due à la situation géographique ou à une défaillance du marché. La plateforme étend actuellement ses travaux à des aspects plus larges de la société et de l’économie numériques. Le document stratégique l’Europe numérique pour tous , préparé par le président et le premier vice-président du CdR, MM. Lambertz et Markkula, a été présenté lors de la conférence de l’Assemblée numérique 2019 .

Contact:

Lauri Ouvinen

Tél. +32 22822063

lauri.ouvinen@cor.europa.eu