Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
Les régions et les villes de l’Union européenne se félicitent de l’augmentation du budget de l’Union pour la santé  

​​​​Le Comité européen des régions soutient l’accord à hauteur de 5,1 milliard d’euros négocié par le Parlement européen.

Le Comité européen des régions s’est vivement félicité de l’accord politique approuvé le 12 novembre par le Parlement européen par lequel l’Union européenne consacrera plus de 5 milliards d’euros à son programme phare pour la santé au cours des sept prochaines années. La création du programme «L’UE pour la santé» avait été annoncée au mois de mai pour réagir immédiatement face au coronavirus qui a jusqu’à présent tué plus de 200 000 personnes dans l’ensemble des 27 États membres de l’Union.

Ce montant est inférieur à celui qu’avaient réclamé les régions et les villes de l’Union, mais il représente le triple du budget voulu par les États membres. Le CdR, à l’instar du Parlement européen, avait plaidé en faveur d’un budget de 9,4 milliards d’euros, tandis que les États membres avaient déclaré en juillet n’être disposés qu’à concéder 1,7 milliard d’euros. Selon un compromis conclu le 10 novembre et approuvé le 12 novembre par le Parlement européen, le nouveau programme «EU4Health » devrait disposer de 5,1 milliards d’euros entre 2021 et 2027 pour armer l’Union face aux menaces et aux crises sanitaires, qu’il s’agisse de les prévenir, de s’y préparer ou d’y réagir.

L’accord négocié par la Présidence allemande du Conseil de l'UE ne requiert pl​us à présent que l’approbation des dirigeants nationaux de l’Union.

La rapporteur du CdR, Nathalie Sarrabezolles (FR/PES), Présidente du conseil départemental du Finistère, a déclaré après le vote du Parlement européen: «L’Union l’a fait!. Suivant les recommandations clés de mon avis et grâce à la persévérance du Parlement européen, le futur budget du programme « L’UE pour la santé » sera renforcé avec 3,4 milliards en plus par rapport à la proposition du Conseil en juillet 2020. Nous devons maintenant faire en sorte que ce programme contribue au renforcement du socle européen des droits sociaux et à la réduction des inégalités en termes de soins de santé. La référence à la dimension régionale du programme aurait pu être plus importante mais l’inclusion des corridors sanitaires transfrontaliers est un pas dans la bonne direction. »

Les membres du Comité européen des régions ont adopté le rapport de Mme Sarrabezolles lors de leur réunion le 14 octobre. Le CdR a également adopté ses recommandations pour mettre en place le mécanisme européen d’urgence sanitaire et pour améliorer les soins de santé transfrontaliers.

Parmi les recommandations de Mme Sarrabezolles figurent des propositions visant à assurer la pleine participation des collectivités locales et régionales et à stimuler la coopération transfrontalière et la télémédecine. Ses recommandations s’appuient sur les données probantes qu’a rassemblées le CdR concernant l’impact de la pandémie de coronavirus sur les régions de l’UE et l’état de préparation des systèmes de soins de santé à l’échelon régional. Ce rapport a constaté de vastes disparités régionales, qu’il s’agisse d’action politique, de dépenses et d’infrastructures dans le secteur des soins de santé, comme par exemple pour ce qui est du nombre de lits d’hôpital pour 100 000 habitants, qui varie du simple au décuple.

Il ressort d’un sondage d’opinion commandé par le CdR et réalisé en septembre que deux tiers des Européens estiment que les collectivités locales et régionales n’ont pas suffisamment d’influence sur les décisions prises au niveau de l’Union européenne. Ils ont également déclaré préférer en tout premier lieu que les villes et les régions aient leur mot à dire sur les décisions prises par l’Union en matière de santé.

Ces conclusions, y compris le sondage d’opinion, ont été rassemblées et présentées au mois d’octobre dans le cadre du baromètre local et régional annuel du CdR. Ce baromètre est consultable dans son intégralité ou sous la forme d’un résumé. Des comptes rendus fondés sur des données concernant l’impact de la pandémie sur les systèmes de santé locaux et régionaux et sur les économies régionales sont également disponibles.

 

L’avis élaboré par Mme Sarrabezolles sur le programme «EU4Health » et le baromètre local et régional annuel participent des vastes efforts déployés par le Comité européen des régions pour faire en sorte que la relance de l’Union européenne, au sortir de la pandémie, contribue à bâtir des communautés résilientes, à développer les économies locales et à promouvoir les initiatives visant à enrichir la démocratie européenne.

Contact:

Andrew Gardner

Tél. +32 473 843 981

andrew.gardner@cor.europa.eu