Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
Les autorités locales demandent à l’UE de garantir un accès rapide aux financements pour l’adaptation au changement climatique  

La décennie passée a connu les plus hautes températures jamais enregistrées depuis que des relevés mondiaux existent. Le changement climatique provoque un dérèglement des températures moyennes et extrêmes, un changement des niveaux de précipitations, un réchauffement des océans, une élévation du niveau de la mer, une diminution du manteau neigeux et une fonte des glaciers. Ce phénomène ayant avant tout une incidence locale, les membres de l’assemblée de l’UE des autorités locales et régionales participent à l’actuelle révision de la stratégie de l’UE en matière d’adaptation au changement climatique. Lors de sa session plénière, le Comité européen des régions a adopté une série de recommandations.

 

En vue de renforcer la stratégie de l’UE relative à l’adaptation au changement climatique, les villes et les régions recommandent notamment de collaborer avec des compagnies d’assurance pour la prévention des risques, d’élaborer des projections climatiques, ainsi que d’encourager la mise en place d’initiatives de divulgation des risques climatiques, des cadres d’évaluation des risques et de la vulnérabilité, et des réseaux de services climatiques. La contribution des autorités locales arrive à point nommé, sachant que la Commission européenne doit, dans le courant de l’année 2017, faire rapport de la mise en œuvre des mesures d’adaptation au changement climatique devant le Parlement européen et le Conseil.

 

«Le financement de l’action pour le climat est un aspect essentiel que nous devons aborder dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie d’adaptation au changement climatique», a déclaré Sirpa Hertell (Finlande/PPE), conseillère municipale de la ville d’Espoo et rapporteure de l’avis sur le thème «Vers une nouvelle stratégie de l’UE en matière d’adaptation au changement climatique – adopter une approche intégrée». «Nous nous félicitons des instruments de financement dont l’UE dispose pour aider les collectivités territoriales à s’adapter au changement climatique, tels que les Fonds ESI, Horizon 2020, LIFE, le Fonds de solidarité de l’UE et le mécanisme de financement du capital naturel. Néanmoins, l’accès à ces fonds reste particulièrement compliqué. Nous devons envisager de réexaminer les conditions préalables à l’accès rapide aux fonds pour les collectivités territoriales respectueuses du climat, qui ont fait l'objet d'évaluations des risques et de la vulnérabilité, ou qui ont élaboré un plan d’action en matière d’adaptation au changement climatique», a proposé Mme Hertell. Et d’ajouter: «Nous devons mettre sur pied de nouvelles méthodes plus efficaces pour accélérer les actions en matière d’adaptation au changement climatique.»

Le CdR demande aussi à la Commission de continuer à soutenir les villes et les régions en matière de projection climatique et d’évaluation des risques en renforçant ses activités de recherche pour l’identification d’outils et méthodes appropriés de modélisation du risque, le développement de scénarios d’impact climatique macrorégionaux et la création de réseaux de services climatiques dans le cadre du programme de financement Horizon 2020. Les réseaux de services climatiques mobiliseraient des experts et des fournisseurs de données pour compiler et analyser les informations, et rendre les connaissances accessibles aux décideurs locaux et régionaux.

Le CdR invite également la Commission à évaluer les mécanismes d’assurance susceptibles d’encourager la prévention des risques et de soutenir la réduction des dommages ainsi qu’à collaborer avec les compagnies d’assurance afin de s’assurer qu’elles partagent leurs connaissances et leur savoir-faire en matière de modélisation des risques et de gestion des risques de catastrophe avec le secteur public. Les exemples de réussite de partenariats devraient être davantage mis en valeur dans le cadre de la révision afin d’inspirer et de motiver. Les dirigeants locaux soulignent en outre que les villes ou régions considérées à haut risque par les assureurs se heurtent également à des obstacles particuliers en matière d’investissements et de développement. Ils invitent la Commission européenne à étudier la manière de résoudre ces problèmes dans le cadre de la révision de la stratégie.

Les dirigeants locaux et régionaux rappellent que la révision de la stratégie d’adaptation au changement climatique doit mieux prendre en compte les dimensions transfrontières de la gestion des risques climatiques. Selon le CdR, la coopération macrorégionale apparaît comme l'approche à suivre pour faire progresser l’adaptation au changement climatique dans l'Union européenne, en favorisant les échanges d’informations et la mise en commun des efforts par-delà les frontières administratives. Sirpa Hertell encourage la Commission européenne à «envisager d’élargir et de continuer à soutenir ses initiatives transnationales pilotes, telles que celles de la région du Danube, de la mer Baltique, de la région alpine, de l’Adriatique et de la mer Ionienne, à d’autres macrorégions en Europe et au-delà».

Les travaux du Comité européen des régions sur l’amélioration de la stratégie de l’UE relative à l’adaptation au changement climatique arrivent à point nommé, sachant que la Commission européenne doit, en 2017, faire rapport de la mise en œuvre de ladite stratégie devant le Parlement européen et le Conseil. Pour les autorités locales, l’éventuelle révision de la stratégie est une bonne occasion de présenter des recommandations sur la base de leur expérience et de leur expertise en tant que chefs de file de la lutte contre le changement climatique.

Notes à l’attention des journalistes

La Commission européenne a adopté la stratégie de l’UE relative à l’adaptation au changement climatique en avril 2013. Cette stratégie poursuit trois objectifs: encourager les États membres à adopter des stratégies d’adaptation au changement climatique, combler les manques de connaissance grâce à des services d’information tels que la plateforme européenne d’adaptation au changement climatique (Climate-ADAPT), et favoriser l’adaptation dans des secteurs clés vulnérables par l’intermédiaire de politiques en matière d’agriculture, de pêche et de cohésion, afin de garantir une infrastructure européenne plus résiliente et d’encourager le recours aux assurances face aux catastrophes naturelles et anthropiques.

La stratégie de l’UE relative à l’adaptation au changement climatique encourage tous les États membres à mettre en place des mesures dans ce sens, afin de contribuer à une Europe plus résiliente face au changement climatique. La stratégie s’articule autour de trois objectifs clés: favoriser l’action au niveau des États membres; favoriser une prise de décision éclairée; intégrer la résilience au climat dans l'action de l’UE.

L’adaptation au changement climatique et l’atténuation de ce phénomène ont été inscrites dans l’ensemble des programmes de financement pertinents de l’UE pour la période 2014-2020, conformément à notre objectif de consacrer au moins 20 % du budget de l’Union — pas moins de 180 milliards d’EUR — aux actions liées au climat. Ce financement comprend un montant de 864 millions d’EUR mis à disposition par l’intermédiaire du sous-programme «Action pour le climat» du programme LIFE, destiné aux projets ciblant à la fois les efforts d’atténuation et d’adaptation. Le nouveau cycle de financement s’appuie sur le montant de 307 millions d’EUR que le programme LIFE a déjà mobilisé pour faire progresser l’adaptation au changement climatique, ce qui a permis de soutenir des actions allant de la planification stratégique à des mesures spécifiques dans des secteurs tels que l’agriculture, la gestion de l’eau et la foresterie.

Contact:

 

David Crous

+32 470881037
David.Crous@cor.europa.eu

Share: