Cliquez ici pour obtenir une traduction automatique du texte ci-dessous.
Conférence sur l'avenir de l'Europe : les régions se mobilisent pour augmenter la participation des jeunes à la vie démocratique  

Le Comité européen des régions, Régions de France et la Région Grand Est ont discuté le 9 mai avec 200 jeunes sur leurs attentes de la Conférence sur l'avenir de l'Europe et de la manière d'encourager la participation des jeunes à la vie publique

Dans le cadre de l'Année européenne de la jeunesse 2022 et alors que la Conférence sur l'avenir de l'Europe vient de rendre ses travaux au président français Emmanuel Macron qui préside le Conseil de l'Union européenne, à Madame la présidente du Parlement européen Roberta Metsola et à Madame la présidente de la Commission européenne Ursula van der Leyen, le Comité européen des régions, la Région Grand est et Régions de France ont convié ce 9 mai Journée de l’Europe, à Strasbourg, plus de 200 jeunes lycéens, apprentis et membres des Parlements régionaux de la jeunesse pour débattre de leur participation à la vie publique et écouter leurs revendications sur la place qu’ils souhaitent occuper dans l’Europe de demain.

Après avoir écouté les propositions de jeunes de cinq pays européens, dont l’Ukraine, le débat avec des décideurs politiques au niveau local et européen s’est focalisé sur la manière de renforcer la participation des jeunes à la vie publique et aux processus décisionnels, notamment à travers des changements de pratiques qui puissent les encourager à plus s'engager dans la vie démocratique.

Le Forum européen de la jeunesse, la voix des jeunes en Europe et le comité européen des régions ont lancé à cette fin un processus de co-création d'une Charte européenne de la jeunesse et de la démocratie le 4 mars lors du Sommet européen des villes et des régions à Marseille. Les conclusions de cette rencontre à Strasbourg viendront nourrir ce processus qui aboutira, d'ici la fin de l'année, à la formulation de recommandations sur la participation des jeunes dans les espaces démocratiques. Cette Charte s'efforcera de construire et de consolider un espace démocratique favorable aux jeunes afin de garantir que leur voix soit représentée de manière formelle, continue et permanente dans l'Union européenne.

Apostolos Tzitzikostas, gouverneur de Macédoine centrale, président du Comité européen de régions et chef de la délégation des élus locaux et régionaux à la plénière de la Conférence sur l'avenir de l'Europe, a déclaré: «Avec la Région Grand Est et Régions de France nous avons célébré cette Journée de l'Europe 2022 - année dédiée à la jeunesse - avec un dialogue entre les jeunes et les élus locaux et européennes. La jeunesse constitue pour le Comité européen des régions une priorité politique, que ce soit en matière d'accès à l'éducation de haute qualité, protection de l'environnement, accès au marché du travail, ou bien de participation à la vie démocratique. Nous travaillons chaque jour pour rapprocher l'Europe des citoyens, surtout des nouvelles générations, et pour renforcer leur confiance en montrant la valeur ajoutée de l'Europe sur le terrain ».

Pour Carole Delga, Présidente de Régions de France : « Je me réjouis de la mobilisation de la jeunesse de l’ensemble des Régions françaises, de Provence Alpes Côte d’Azur à la Normandie, de Grand Est à la Bretagne, de la Corse au Centre-Val de Loire, en passant par l’Ile-de-France, pour être force de propositions à ce moment charnière de la construction européenne. Alors que nos institutions nationales sont en plein renouvellement et que la voix de la jeunesse s’est peu exprimée au moment des élections, je suis fière que nos jeunes se soient saisis de cette occasion pour faire entendre leur voix et rendre nos démocraties plus efficaces et plus proches des attentes de nos concitoyens. »

Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, a déclaré: « Je suis heureux de pouvoir célébrer l’Europe en cette journée si particulière qu’est le 9 mai. Ce que nous avons à cœur de proposer aux jeunes, c’est un véritable débat, autour de la vie démocratique et de l’avenir de l’Europe. Ils ont d’immenses défis à relever, celui de juguler le réchauffement climatique, de promouvoir l’égalité, de travailler à davantage de justice sociale, de repenser nos mobilités et nos modes de consommation. Cette génération va surtout devoir faire face à une menace que nous espérions sincèrement ne plus avoir à affronter : celle de la guerre. Le conflit ukrainien qui gronde nous rappelle que nous sommes fragiles, que nos désirs, nos rêves et nos biens le sont aussi. Surtout, il nous fait prendre conscience que la démocratie doit être chérie parce qu’elle est le fondement de nos vies, de nos trajectoires individuelles et collectives. C’est justement en sa faveur que j’incite chaque jeune à s’engager, que ce soit dans le monde politique, associatif, dans l’enseignement, le sport, qu’importe, tant qu’ils partagent ces valeurs qui sont les nôtres et qui sont celle de l’Europe ».

Anne Sander, Première Questeure du Parlement européen, a commenté: « La place des jeunes dans la vie publique et dans les processus décisionnels est une question plus que jamais essentielle aujourd’hui. Les défis qui se présentent à nous sont cruciaux et auront un impact considérable pour les nouvelles générations. Alors, afin de pouvoir relever ces nombreux défis, nous avons besoin des jeunes. Nous avons besoin de leur énergie, de leurs talents, de leurs ambitions, de leurs idées, afin de pouvoir avancer ensemble dans un monde plus juste, plus social, plus durable, plus solidaire. Les jeunes doivent donc prendre toute la place et je les invite à s’engager, se mobiliser, à prendre la parole, afin qu’ils puissent défendre leur vision de la société, leurs valeurs, leurs rêves, dans le but de construire l’Europe de demain ».

Silja Markkula, Présidente du Forum européen de la Jeunesse a ajouté: « Tout au long de la conférence, les jeunes ont partagé avec enthousiasme leurs espoirs, leurs rêves et leurs idées pour l'Europe qu'ils veulent voir. Ils veulent relever les défis du marché du travail des jeunes, s'attaquer aux inégalités intergénérationnelles et renforcer la participation des jeunes à la vie démocratique. Les institutions doivent veiller à ce que ces aspirations soient mises en œuvre et qu'il existe des mécanismes permettant aux jeunes de continuer à faire entendre leur voix dans toutes les politiques futures.

L'introduction d'un test jeunesse de l'UE - un outil d'évaluation d'impact qui verrait toute nouvelle législation à travers le prisme de la jeunesse, y compris par le biais d'une consultation des jeunes - est l'une des propositions qui permettrait de réaliser cette ambition de manière concrète. Nous nous réjouissons de travailler sur le Youth Test et d'autres propositions avec les institutions, et de co-créer cette Charte de la démocratie pour renforcer encore cet objectif de participation des jeunes avec nos partenaires du Comité des régions ».

Plus tôt dans l'après-midi, à l’invitation de la Présidente du Parlement européen Roberta Metsola, les 200 jeunes ont pu échanger avec la Présidente, le Secrétaire d’État français chargé des affaires européennes, Clément Beaune, le Président de la Région Grand Est, Jean Rottner, le Président du Comité européen des Régions, Apostolos Tzitzikostas, et toute l’équipe de la série « Parlement » dont la saison 2 était lancée le même jour. Les débats ont tourné autour de l’engagement des jeunes dans la sphère publique européenne grâce à la culture et au cinéma.

Regardez l'évènement

Partager :