Alliance européenne pour les citoyens transfrontaliers  

Lancée en 2020, l'Alliance européenne pour les citoyens transfrontaliers est une initiative visant à apporter des améliorations dans la vie des citoyens qui, au sein de l'UE, vivent dans des régions frontalières.​

L'Alliance européenne pour les citoyens transfrontaliers est portée par de multiples intervenants:​

  • le Comité européen des régions,
  • l'Association des régions frontalières européennes (ARFE),
  • la Mission opérationnelle transfrontalière (MOT),
le Service d'Europe centrale pour les initiatives transfrontalières (CESCI).

Les régions situées aux frontières internes de l'UE couvrent 40 % de son territoire, abritent 30 % de sa population (150 millions de personnes) et comptent près de 2 millions de travailleurs frontaliers. La mise en place du marché unique et de l'espace Schengen a ouvert nombre de possibilités nouvelles dans les régions frontalières, lesquelles, dans bien des cas, ont cessé d'être des périphéries pour se muer en pôles de croissance.

Les défis du quotidien dans les régions frontalières

Néanmoins, de nombreux obstacles subsistent. Les citoyens qui habitent dans des régions frontalières continuent de se heurter à des difficultés dans leur vie quotidienne, que ce soit pour trouver un emploi, accéder aux services de santé, effectuer leurs déplacements quotidiens ou résoudre leurs problèmes administratifs. De même, les entreprises butent sur des obstacles qui entravent leur croissance et les collectivités locales et régionales restent confrontées à des défis, s'agissant de mettre en place une coopération transfrontalière approfondie, comme des services publics transfrontaliers.

Ces défis ont pris un tour encore plus visible durant la crise de la COVID-19, lorsqu'après des décennies de libre circulation, les frontières se sont fermées du jour au lendemain, mettant en grande difficulté les citoyens et les entreprises des régions frontalières et produisant des répercussions économiques et sociales négatives d'une ampleur considérable. Il est donc primordial de surmonter ces obstacles, afin de tirer parti des possibilités que l'ouverture des frontières offre aux citoyens et aux entreprises, ainsi que de prendre les mesures nécessaires pour y parvenir et préserver ces acquis même dans les situations de crise.

Coopération accrue

D'un autre côté, il convient de noter que la crise a également encouragé de multiples formes de coopération et mis en évidence les interdépendances entre les régions frontalières et les solidarités transfrontalières, qu'il convient à présent de structurer et de renforcer par des politiques publiques, tant européennes que nationales, qui prendront pleinement en compte les spécificités des régions transfrontalières.

Signez la déclaration!

Nous invitons tous les citoyens qui vivent dans des régions frontalières, et tous ceux que cette problématique intéresse, à adhérer à l'Alliance et à signer la déclaration, qui est disponible dans l'ensemble des langues de l'Union européenne, ainsi qu'en serbe et en ukrainien. Nous appelons aussi les structures transfrontalières, comme les groupements européens de coopération territoriale (GECT) et les eurorégions, ainsi que les collectivités locales et régionales, les organisations non gouvernementales et les entreprises à rejoindre l'Alliance et à prendre part à nos travaux sur l'avenir de la coopération transfrontalière.
 

Vous pouvez télécharger la déclaration dans la langue de votre choix dans la rubrique «Informations connexes».

En se fondant sur les apports récoltés grâce à cette Alliance, le Comité européen des régions a l'intention d'adopter une résolution sur l'avenir de la coopération transfrontalilère à l'horizon 2050, qui constituera une contribution officielle à la conférence sur l'avenir de l'Europe.