L'Assemblée de l'UE des représentants régionaux et locaux
Vous êtes ici > Page d'accueil > Actualités > L'ARLEM préconise une politique de cohésion et une stratégie macrorégionale pour la Méditerranée
Help us improve. Did you find what you wanted? - Please leave us a comment:
Your update was successful.
Actualités
L'ARLEM préconise une politique de cohésion et une stratégie macrorégionale pour la Méditerranée

La mise en œuvre de la coopération territoriale grâce à une politique de cohésion pour la Méditerranée, la création d'une stratégie macrorégionale et le renforcement des capacités des collectivités locales et régionales afin de garantir le développement économique et social guideront les travaux de l'Assemblée régionale et locale euro-méditerranéenne (ARLEM). Tel a été le message diffusé le 24 février dernier par les élus locaux et régionaux réunis à Tanger (Maroc), à l'occasion de la 5e session plénière de l'ARLEM. En définissant ces priorités, l'ARLEM confirme son engagement en faveur de la décentralisation, de la coopération régionale, du soutien au développement territorial ainsi qu'au processus démocratique dans la région méditerranéenne.

La session plénière a été accueillie par la ville de Tanger à l'invitation de Fouad El Omari, maire de Tanger et président de l'association des maires du Maroc, et présidée par les coprésidents de l'ARLEM, Ramón Luis Valcárcel Siso, président du Comité des régions, et Youssef Ali Abdel-Rahman, gouverneur de Gizeh. Chakri Draiss, ministre délégué auprès du ministre marocain de l'intérieur, et Mbarka Bouaida, ministre déléguée auprès du ministre marocain des affaires étrangères et de la coopération, étaient également présents.

"La décentralisation et le développement territorial sont essentiels à la consolidation du processus démocratique dans la région. Les politiques modelées sur la base des stratégies de cohésion et macrorégionale de l'UE offrent des possibilités intéressantes pour renforcer la démocratie et les structures locales, et assurer le développement économique et social de tous les territoires", a déclaré le coprésident, M. Valcárcel Siso. "Pour mettre en œuvre la coopération et la politique de cohésion, il est essentiel, de renforcer les capacités des collectivités locales et régionales. Le projet de l'ARLEM concernant le renforcement des capacités en matière de développement urbain resserrera les liens avec l'Union pour la Méditerranée (UpM)", a déclaré M. Valcárcel Siso dans son allocution d'ouverture.

Youssef Ali Abdel-Rahman a quant à lui souligné: "L'ARLEM entame désormais une nouvelle phase de son engagement dans le partenariat euro-méditerranéen. Les actions envisagées soutiendront les objectifs stratégiques de l'Assemblée et apporteront la preuve de sa confiance et de son engagement croissants dans le cadre de ses travaux visant à renforcer les capacités des villes et des régions en vue de garantir le développement économique et social. Cela dépendra largement des stratégies développées par les pays méditerranéens, mais aussi par l'Union européenne. L'avenir de l'Europe ne saurait être dissocié de celui de ses voisins méditerranéens."

Présentant un rapport sur "Une politique de cohésion pour la Méditerranée", Joana Ortega i Alemany, vice-présidente de la Généralité de Catalogne et présidente de la Commission interméditerranéenne de la CRPM, a souligné l'importance d'une approche stratégique macrorégionale, qui permettrait une mise en œuvre effective, plus efficace, mieux ciblée et mieux coordonnée, de la coopération méditerranéenne dans le cadre de la politique européenne de voisinage (PEV) et de l'UpM. "Le moment est venu de développer une politique de cohésion pour la Méditerranée, d'étendre les méthodologies et concepts de la politique de cohésion à la PEV et de la combiner à une approche macrorégionale intégrée. J'espère que le Conseil de l'UE donnera suite à notre demande de création de nouvelles stratégies macrorégionales pour la Méditerranée dans un avenir proche" a indiqué Joana Ortega.

Le rapport annuel de l'ARLEM sur la dimension territoriale de l'UpM, également lors de cette plénière, a démontré l'engagement croissant des acteurs locaux et régionaux et leurs efforts pour consolider la décentralisation et veiller à la dimension territoriale des politiques sectorielles de l'UpM.

Les différents aspects de la mobilité urbaine durable en Méditerranée en tant que levier essentiel de développement économique et social ont été discutés sur base d'un rapport de Karim Bennour, président de l'Assemblée populaire de la Wilaya d'Alger. Le rapport indique clairement que le transport ne doit pas être ramené à une simple question d'infrastructure mais doit faire partie intégrante d'une politique d'aménagement urbain centrée sur l'accessibilité des destinations et des services et les besoins des citoyens.

La feuille de route de l'ARLEM pour la décentralisation et son initiative visant à renforcer les capacités institutionnelles des collectivités locales et régionales en matière de développement urbain en vue de territorialiser cette priorité politique de l'UpM ont été l'occasion de débattre des nouvelles priorités de la PEV pour soutenir une approche macrorégionale.

L'ARLEM a également décidé d'inscrire parmi ses priorités pour 2014 deux sujets d'actualité, à savoir la migration et la gestion des déchets Ces thèmes feront l'objet de rapports élaborés respectivement par António Costa, maire de Lisbonne, et Mohamed Boudra, président de la région de Taza-al Hoceima-Taounate.

L'Assemblée régionale et locale euro-méditerranéenne

L'Assemblée régionale et locale euro-méditerranéenne (ARLEM) a été créée en 2010 dans le but de conférer une dimension territoriale à l'Union pour la Méditerranée (UpM). Il s'agit d'une assemblée conjointe permanente qui réunit 80 élus locaux et régionaux issus de l'Union européenne et de ses partenaires méditerranéens. Elle garantit la participation des collectivités locales et régionales au débat politique euro-méditerranéen. Son but est de promouvoir une dynamique territoriale dans la politique européenne de voisinage et la coopération euro-méditerranéenne, de manière à adapter dans la pratique l'approche à niveaux multiples et la dimension territoriale des politiques sectorielles de l'UpM. L'ARLEM jouit du statut d'observateur au sein de l'UpM et participe régulièrement aux réunions de hauts fonctionnaires.

Informations connexes
Liens