Célébration du 25 e  anniversaire du traité de Maastricht: le Comité européen des régions s’unit au mouvement de la jeunesse pour débattre de l’avenir de l’Europe

Les décideurs locaux et régionaux de l’ensemble des cinq familles politiques du Comité européen des régions (CdR) se sont engagés hier dans un «dialogue avec les jeunes citoyens» sur les thèmes du populisme et des «villes du futur», sous la conduite de Markku Markkula et de Karl Heinz Lambertz, président et premier vice-président du CdR. Ces deux thèmes ont été choisis par des jeunes de toute l’Europe en tant qu’angle d’attaque des discussions entre les membres du CdR et des militants des principales organisations de jeunes européens. Les conclusions seront prises en compte dans une contribution officielle du CdR au processus de réflexion sur l’Union européenne, qui a été lancé par Donald Tusk, le président du Conseil européen.


Ce dialogue a eu lieu dans le cadre du festival d’expression politique de la jeunesse (YO! Fest), rassemblement politique annuel organisé par le Forum européen de la jeunesse, qui a réuni des milliers de jeunes, dont les stagiaires du CdR, lesquels ont participé activement au débat sur l’avenir de l’Europe. Cet événement est l’un des temps forts d’«Europe Calling», série de manifestations organisées sur une année par la province néerlandaise du Limbourg et la ville de Maastricht pour célébrer le 25e anniversaire de la signature du traité de Maastricht, qui a ouvert la voie à un approfondissement de l’intégration européenne, avec notamment la création du CdR.

S’adressant aux jeunes, le président Markkula a déclaré: «Pour rétablir la confiance des citoyens dans l’Union européenne, les régions et les villes dépendent actuellement de vous, les jeunes! Nous sommes heureux de nous entretenir avec vous dans le cadre de ces initiatives ascendantes et il est encourageant de voir que l’Europe représente toujours la meilleure solution à vos yeux. Mais je comprends aussi vos inquiétudes en ce qui concerne le manque d’emplois, ce qui se passe à nos frontières et l’état de la planète. Je salue votre enthousiasme, qui démontre que la citoyenneté de l’Union, créée, de même que le Comité des régions, par le traité de Maastricht, est une partie de votre ADN, à un point qui était tout à fait inimaginable pour ma génération. Nous veillerons à ce que vos préoccupations et vos idées soient prises au sérieux et écoutées par les hauts dirigeants de l’UE.»

De son côté, M. Lambertz, le premier vice-président du CdR, a insisté sur le rôle que la jeune génération doit jouer dans le débat sur l’avenir de l’Europe: «La leçon que nous avons tirée du référendum britannique est qu’il est urgent d’écouter les citoyens, et en particulier les jeunes, dans le cadre de ces débats. Nous devons nous assurer que leur voix compte», a-t-il déclaré.

Carina Autengruber , vice-présidente du Forum européen de la jeunesse, a souligné que 2017 est une année importante, au cours de laquelle la nouvelle stratégie de l’UE en faveur de la jeunesse sera définie au niveau de l’Union. Elle a invité les membres du CdR à poursuivre le dialogue avec les jeunes afin qu’ils puissent contribuer à la réussite de cette nouvelle stratégie.

Les jeunes ont désigné par vote le populisme et les «villes du futur» comme les deux sujets les plus importants à aborder dans le débat avec les membres du CdR. Ils ont échangé leurs points de vue sur les moyens de lutter contre le populisme, à savoir notamment investir davantage dans l’éducation, réduire l’écart de pauvreté, apporter de véritables solutions et communiquer au niveau local sur les défis urgents (par exemple, l’immigration, le changement climatique, la pauvreté énergétique). Les participants étaient également désireux de réfléchir à la manière dont ils envisagent les «villes du futur», notamment compte tenu du fait que, d’ici à 2050, l’on estime que 80 % environ de la population mondiale vivra dans des zones urbaines. L’inclusion, l’innovation, l’adoption de nouvelles technologies, la démocratie électronique, la multiplication des initiatives d’autonomie, la durabilité et la transition énergétique figurent parmi les principales ambitions mises en avant par les participants.

Pour la conclusion de ces discussions avec les jeunes, des représentants de la manifestation YO! Fest participeront activement à la session plénière du CdR qui se tiendra le 9 février à Bruxelles, à l’occasion d’un débat sur l’avenir de l’Europe devant déboucher sur l’adoption d’une résolution sur le 60e anniversaire du traité de Rome. Ils ont eu la possibilité de déposer officiellement un «amendement de la jeunesse» au texte afin de renforcer la position du CdR du point de vue des jeunes.

***

Les manifestations du CdR à Maastricht ont démarré par la visite du bâtiment du gouvernement du Limbourg où le traité de Maastricht a été signé en 1992. Étant donné que le traité prévoyait la création du CdR en tant que moyen de donner aux collectivités locales et régionales la possibilité de faire entendre directement leur voix en matière d’affaires européennes, les membres du CdR ont profité de cette visite pour commémorer l’événement, dresser un bilan et réfléchir à l’avenir de l’Europe.

Dans son allocution de bienvenue adressée à la délégation du CdR, Theo Bovens, membre du CdR et commissaire du roi de la province du Limbourg, a souligné l’importance des régions pour le développement de l’Europe: «Pour la première fois, le traité de Maastricht a donné aux régions un rôle dans la poursuite de l’intégration européenne. Mon expérience me fait dire que les régions peuvent nouer des liens bien plus forts que les nations, et que les problèmes internationaux ne peuvent être résolus sans être considérés dans une perspective régionale». À titre d’exemple, il a évoqué l’étroite coopération entre Aix-la-Chapelle, en Allemagne, et Liège, Eupen et Hasselt, en Belgique, dans le domaine de la collaboration transfrontalière des forces de l’ordre.

Annemarie Penn-Te Strake , la bourgmestre de Maastricht, a mis l’accent sur le fait que «Il y a 25 ans, lorsque le traité de Maastricht a été signé, cet événement a donné lieu à beaucoup d’optimisme et d’enthousiasme», mais que, depuis, «cet optimisme a diminué». Dans ce contexte, elle a salué le «rôle actif que joue le CdR dans la promotion des débats sur l’avenir de l’Europe».

Agenda des manifestations

Galerie photos Flickr

Suivez le débat sur Twitter avec les mots-dièses #MeAandEU, #YoFest, #eulocal

Note à l’intention des journalistes

Membres du Comité des régions qui ont pris part au débat:

Tony Buchanan, membre du conseil d’East Renfrewshire, Royaume-Uni (AE)

Luis Gomes, maire de Vila Real, Portugal (PPE)

Rob Jonkman, échevin d’Opsterland, Pays-Bas (ECR)

Kata Tűttö, représentante de la municipalité du 12e arrondissement de Budapest, Hongrie (PSE)

Jean-Noël Verfaillie, conseiller départemental du Nord, France (ADLE)

Les préoccupations des jeunes et leurs ambitions concernant l’avenir de l’Europe seront prises en compte dans les recommandations adressées par le CdR au président du Conseil européen, Donald Tusk, qui a chargé le CdR d’élaborer un avis intitulé «Réflexions sur l’Europe: la voix des collectivités locales et régionales pour redonner confiance dans l’Union européenne». Le but est d’obtenir une meilleure perception de la réalité du terrain dans le contexte du 60e anniversaire des traités de Rome.

Contact:
Nathalie Vandelle
Tél. +32 (0)2 282 24 99

nathalie.vandelle@cor.europa.eu

Vos données personnelles sont traitées conformément aux dispositions du règlement (CE) nº 45/2001 relatif à la protection des personnes physiques à l’égard du traitement des données à caractère personnel par les institutions et organes communautaires. Sur simple demande, vous pouvez demander un relevé détaillé de vos données personnelles, rectifier toute donnée personnelle inexacte ou incomplète, ou demander que vos données soient retirées de notre liste de diffusion.

Pour toute question concernant le traitement de vos données personnelles, veuillez envoyer un courriel à l’adresse suivante: PresseCdr@cor.europa.eu . Vous pouvez également prendre contact avec le délégué à la protection des données pour le CdR à l’adresse data.protection@cor.europa.eu Pour les questions liées au traitement de vos données personnelles, vous avez le droit de saisir à tout moment le contrôleur européen de la protection des données (http://www.edps.europa.eu/EDPSWEB/).